Bienvenue Sur Medecine Pro


Fractures : cou-de-pied


Spécialité : traumatologie /

Présentation clinique / CIMU

SIGNES FONCTIONNELS

  • Douleur
  • Impotence fonctionnelle totale

CONTEXTE

Circonstances de survenue

  • Choc direct latéral
  • Traumatisme indirect en inversion (adduction, supination, extension du pied) :
    • en équin (extension du pied ; atteinte marginale postérieure du tibia)
    • en varus (adduction de la cheville et supination du pied ; atteinte malléolaire)
  • Traumatisme indirect en éversion (abduction, pronation, flexion du pied) :
    • en flexion (atteinte marginale antérieure du tibia)
    • en valgus (abduction de la cheville et pronation du pied => fracture du péronée au-dessus de l'articulation tibio-péronière inférieure, fracture de la malléole médiale)

EXAMEN CLINIQUE

  • Œdème
  • Palpation douloureuse
  • Le diagnostic est évident lorsque la fracture est déplacée avec cheville déformée, oedème important et impotence fonctionnelle totale
  • Le diagnostic de certaines fractures non déplacées peut être méconnu si l'impotence fonctionnelle est peu importante, si l'examen clinique est succinct et si l'on applique les règles d'Ottawa (pas de radio systématique dans les traumatismes de la cheville)
  • Toute fracture isolée de la malléole interne doit conduire à palper la diaphyse péronière et à demander une radiographie de la jambe à la recherche d'une fracture de Maisonneuve
  • Troubles vasculo-nerveux d'aval (coloration et temps de recoloration cutanée des orteils, mobilité et sensibilité)

_913 - - - Examen clinique de cheville et de pied

Signes paracliniques

  • La radiographie (face + profil) viendra confirmer le diagnostic (voir « diagnostic étiologique »)

Diagnostic étiologique

FRACTURES MALLEOLAIRES

Fractures de la malléole interne (médiale)

Fractures de la malléole externe (latérale)

Fractures de la malléole postérieure

Fractures bimalléolaires

  • Elles se définissent par rapport au trait de fracture situé sur la malléole externe
  • On distingue :
    • les fractures sus-ligamentaires (trait de la malléole externe situé au-dessus des ligaments tibio-péroniers inférieurs) dans lesquelles il y a toujours une lésion de la syndesmose tibio-péronière inférieure
      • _430 Photo Fracture bimalléolaire droite sus-ligamentaire
    • les fractures sous-ligamentaires dans lesquelles il n'y a jamais de lésion de la syndesmose
      • _431 Photo Fracture bimalléolaire droite sous-ligamentaire
    • les fractures inter-ligamentaires où la syndesmose peut être lésée ou non
      • _432 Photo Fracture bimalléolaire gauche inter-ligamentaire
    • la fracture de Maisonneuve qui intéresse la malléole interne et la diaphyse péronière souvent au niveau du col du péroné
      • _433 Photo Fracture de Maisonneuve
    • les équivalents de fracture bimalléolaire qui intéressent le ligament collatéral médial (sans fracture de la malléole interne) et la malléole externe jusqu'à la diaphyse péronière (équivalent de fracture de Maisonneuve)
      • _434 Photo Fracture bimalléolaire

Fractures trimalléolaires et équivalents

  • Malléole interne ou ligament collatéral médial, plus malléole externe, plus malléole postérieure

_435 Photo Fracture trimalléolaire : incidence de face  

_436 Photo Fracture trimalléolaire : incidence de profil

Fractures du tubercule de Chaput (tubercule tibial sur lequel s'insère le ligament tibio-péronier antérieur et inférieur)

FRACTURES DU PILON TIBIAL

Fractures marginales antérieures

_437 Photo Fracture marginale antérieure du pilon tibial : incidence de face

_438 Photo Fracture marginale antérieure du pilon tibial : incidence de profil

Fractures marginales postérieures

Fractures margino-malléolaires antérieures ou postérieures

_439 Photo Fracture margino-malléolaire postérieure du pilon tibial : incidence de face

_440 Photo Fracture margino-malléolaire postérieure du pilon tibial : incidence de profil

Fractures bimarginales ou bimargino-malléolaires

  • Elles sont souvent associées à une fracture plus ou moins complexe de la malléole externe

_441 Photo Fracture bimarginale du pilon tibial : incidence de face

_442 Photo Fracture bimarginale du pilon tibial : incidence de profil
 

Traitement

AVANT RADIOGRAPHIES

APRES RADIOGRAPHIES

Ce qui n'est pas chirurgical

  • Toutes les « fissures » et fractures sous-périostées non déplacées :
    • botte plâtrée (ou une résine) :
      • traitement le plus fiable et le moins onéreux
      • la durée de l'immobilisation peut aller de 45 à 75 jours (45 jours pour une malléole externe et 75 jours pour un pilon tibial)

_876 - - - Botte pédieuse

_945 - - - Botte plâtrée

_443 Photo Diastasis astragalo-malléolaire interne

    • tout diastasis, aussi minime soit-il, doit faire demander un avis chirurgical
    • il s'agit dans bien des cas d'un traitement chirurgical car toute négligence conduit rapidement à une arthrose tibio-tarsienne

Ce qui est chirurgical

  • Fractures déplacées

_444 Photo Ostéosynthèse d'une fracture bimalléolaire : incidence de face

_445 Photo Ostéosynthèse dune fracture bimalléolaire : incidence de profil

_446 Photo Ostéosynthèse par plaque en trèfle d'une fracture du pilon tibial : incidence de face

_447 Photo Ostéosynthèse par plaque en trèfle d'une fracture du pilon tibial : incidence de profil

  • Fractures susceptibles de se déplacer (équivalents de fracture bimalléolaire par exemple)
  • Fractures ouvertes 
  • Dans tous ces cas, il faut demander un avis spécialisé :
    • le chirurgien devra faire une réduction parfaite car il s'agit de fractures articulaires dont le risque d'arthrose est majoré par une réduction approximative
    • l'ostéosynthèse doit être stable pour permettre une rééducation dès la cicatrisation cutanée obtenue

Premiers gestes devant une fracture-luxation

  • Fractures-luxations ou les fractures très déplacées :
    • il faut savoir réduire rapidement les fractures-luxations ou les fractures très déplacées surtout si le chirurgien n'est pas disponible immédiatement
    • les risques de complications cutanées, vasculaires et nerveuses doivent interdire la contemplation et pousser à agir rapidement

_448 Photo Fracture bimalléolaire avec luxation tibio-tarsienne : incidence de face

_449 Photo Fracture bimalléolaire avec luxation tibio-tarsienne : incidence de profil

  • Fractures malléolaires :
    • il faut réduire en « rechaussant » le pied (manoeuvre de l'arrache-botte) et immobiliser la cheville dans une botte plâtrée (pas de traction trans-calcanéenne)

_876 - - - Botte pédieuse

_945 - - - Botte plâtrée

Surveillance

  • Il faut toujours faire une radio de contrôle après la réduction ou après la mise en traction, ce qui permettra une analyse plus fine des traits de fracture et facilitera la stratégie thérapeutique
     

Devenir / orientation

CRITERES D'ADMISSION

  • Ce qui est chirurgical (voir « traitement »)

CRITERES DE SORTIE

  • Ce qui n'est pas chirurgical (voir « traitement »)

ORDONNANCE DE SORTIE

  • Antalgiques
  • ± AINS
  • HBPM

RECOMMANDATIONS DE SORTIE

  • Surveillance plâtre
  • Il faut faire une radio de contrôle après 8 jours de marche effective, et ensuite à l'ablation du plâtre
  • Durée de l'immobilisation peut aller de 45 à 75 jours
     

Bibliographie

  • Traumatologie à l'usage de l'urgentiste. Sous la direction de Dominique Saragaglia. Editions Sauramps Médical. 2004

Auteur(s) : Jean-Jacques BANIHACHEMI, Dominique SARAGAGLIA

× Home
  • Pneumothorax
  • Urgences dentaires
  • Rhabdomyolyse
  • Brûlure grave de l'adulte
  • Luxation dentaire
  • Blasts
  • Traumatisme du coude à radiographies normales
  • Traumatisme épaule à radiographies normales
  • Contusion myocardique
  • Hypertension intracrânienne
  • Contusion pulmonaire
  • Fractures : os zygomatique
  • Corps étranger intra-auriculaire
  • Coagulopathie post-traumatique
  • Plaies de la face et du crâne
  • Luxations : cheville et pied
  • Luxation : coude
  • Luxations antérieures aiguës de l'épaule
  • Luxations : genou
  • Fractures : clavicule
  • Disjonctions acromio-claviculaires
  • Fractures : scapula
  • Fractures : extrémité supérieure humérus
  • Fractures : palette humérale de l'adulte
  • Fractures : diaphyse humérale
  • Pneumomédiastin
  • Perforation tympanique
  • Rupture traumatique isthme de l'aorte
  • Rupture diaphragmatique
  • Traumatisme vésical
  • Fractures : diaphyse fémorale
  • Fractures : phalange distale P3
  • Traumatisme splénique
  • Traumatisme thoracique pénétrant
  • Traumatisme rénal
  • Traumatismes de la ceinture pelvienne
  • Traumatismes de cheville à radios normales
  • Luxation : articulation MCP du pouce
  • Traumatisme rachidien
  • Traumatisme hépatique
  • Traumatisme abdominal ouvert
  • Traumatisme abdominal fermé
  • Traumatisme urétral
  • Traumatisme thoracique fermé
  • Méthémoglobinémie
  • Traumatisme crânien mineur de l'adulte
  • Traumatisme crânien grave de l'adulte
  • Lésions tendineuses du membre inférieur
  • Fractures : cotyle
  • Fractures : cuboïde et cunéiformes
  • Entorses/luxations métacarpophalangiennes
  • Luxations traumatiques de la hanche
  • Plaies de la main et des doigts
  • Fractures : métatarsiens
  • Luxations postérieures aiguës de épaule
  • Lésions musculaires aiguës
  • Lésions des nerfs périphériques
  • Fractures : scaphoïde tarsien
  • Lésions méniscales
  • Genou traumatique aigu
  • Fractures : cou-de-pied
  • Fractures : calcanéum
  • Disjonctions sterno-costo-claviculaires
  • Fractures de fatigue
  • Fractures : coronoïde
  • Fractures : jambe
  • Fractures : rotule
  • Fractures : tête radiale
  • Fractures : astragale
  • Fractures : avant-bras
  • Fractures : extrémité inférieure radius
  • Traumatisme du coude
  • Fractures : olécrane
  • Contusions du genou
  • Luxation temporo-mandibulaire antérieure
  • Fractures : os du carpe
  • Convulsions de l'enfant
  • Rupture-avulsion tendon distal biceps brachial
  • Rupture-avulsion triceps brachial
  • Rupture du chef long du biceps
  • Luxations carpo-métacarpiennes
  • Fractures : métacarpiens M2 à M5
  • Fractures : première phalange P1
  • Brûlures de l'enfant
  • Dissection : artère vertébrale
  • Compression médullaire
  • Chute chez la personne âgée
  • Epaule douloureuse chronique
  • Corps étranger intrarectal
  • Fractures : coude
  • Traumatismes de la hanche
  • Traumatisme crânien de l'enfant
  • Pronation douloureuse
  • Fractures : plateau tibial
  • Entorses et luxations des interphalangiennes proximales des doigts longs
  • Traumatisme facial
  • Hématome sous-unguéal
  • Hématome extradural
  • Fractures : plancher de l'orbite
  • Crush syndrome
  • Entorses du genou
  • Corps étranger intracornéen
  • Corps étranger intra-nasal
  • Fractures : os propres du nez
  • Fractures : mandibulaires
  • × accueil
  • accueil
  • cardiologie
  • dermatologie
  • endocrinologie
  • gastro-enterologie
  • génito-urinaire
  • gynécologie
  • hematologie
  • infectieux
  • metabolisme
  • neurologie
  • ophtalmologie
  • orl
  • pathologies circonstancielles
  • pediatrie
  • pneumologie
  • psychiatrie
  • rhumatologie
  • stomatologie
  • symptomes
  • système immunitaire
  • toxicologie
  • traumatologie
  • vasculaire
  • A propos de l'auteur
  • page facebook
  • Fermer