Bienvenue Sur Medecine Pro

LE GENOU  
I – RAPPELS ANATOMIQUES  
C’est une articulation complexe qui unit le fémur, le tibia, la rotule  
et qui comporte des ménisques, elle est mobile, supporte le poids du corps,  
elle est très sollicité, siège de traumatisme, sa stabilité est assuré par un  
système ligamentaire et musculaire complexe. C’est une articulation ayant  
un valgus physiologique. Le fémur est orienté en bas et en dedans, les  
jambes sont orientées en bas et en dehors.  
Surfaces articulaires :  
-
- L’extrémité inférieure du fémur : Il existe 2 saillies, les condyles,  
l’interne étant plus long que l’externe. En bas et en arrière, les  
surfaces condyliennes sont séparées par l’échancrure inter-  
condylienne, ces condyles répondent aux cavités glénoïdes du tibia,  
en avant les surfaces condylienne fusionnent pour former une  
surface articulaire à 2 joues, le trochlée, l’externe est plus grosse  
que l’interne. La trochlée reçoit et maintient la rotule. Au milieu se  
trouve la fossette sus-trochléenne.  
-
- L’extrémité supérieure du tibia : Il existe 2 surfaces articulaires  
latérales et une partie centrale non articulée, les cavités glénoïdes  
qui sont concaves et asymétriques et reçoivent les condyles  
fémoraux. L’espace inter-glénoïdien s’appelle l’échancrure inter-  
condylienne. Cet espace porte les 2 épines tibiales (externe et  
interne) qui prolonge la surface articulaire des glènes et forment  
une articulation spino-condylienne.  
-
-
- Face postérieure de la rotule : Les ¾ supérieur sont articulé. La pointe  
de la rotule est extra-articulaire. Une crête verticale mousse la  
sépare en 2 facettes qui correspondent aux joues de la trochlée.  
- Les ménisques : Ce sont 2 fibrocartilages semi-lunaires qui sont  
appliqués sur la périphérie des glènes, le ménisque externe est plus  
fermé que le ménisque interne. Ils ont 2 extrémités que sont les  
cornes. Ils sont triangulaires à la coupe, la face supérieure concave  
est condylienne, la face inférieure, plate est glénoïdienne, la base  
périphérique est capsulaire. Les cornes antérieures et postérieures  
des ménisques s’incèrent sur la surface pré et rétro-spinales par  
les freins méniscaux. Ils permettent une stabilisation et sont un  
amortisseur de pression.  
Il existe 2 grandes articulations :  
-
-
fémoro-tibiale  
-
-
fémoro-patellaire  
Chacune comporte un compartiment interne et un externe. Ces 2  
compartiments sont anatomiquement dé symétriques.  
L’articulation fémoro-tibiale comporte 3 articulations : ménisco-fémoral,  
ménisco-tibial et spino-condylien.  
Les moyens d’unions :  
-
-
-
-
-
-
la capsule  
les ligaments  
la synoviale  
-
La capsule : est un manchon fibreux qui unit les 3 os. Elle s’incère sur les  
rebords cartilagineux parfois à distance. La pointe de la rotule  
reste extra-articulaire.  
-
-
Les ligaments : Ils sont complexes et puissant assurant la  
stabilité du genou. En avant, se trouvent les ligaments extenseur,  
en arrière, les ligaments fléchisseurs, puis les ligaments latéraux,  
interne et externe. Il existe un système de ligaments axiaux : les  
ligaments croisés.  
II – TECHNIQUES ET MATERIELS UTILISES  
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Films lents, écrans à grains fins  
Films mono couches  
Format 24*30  
En petit foyer  
On travaille en direct ou au Potter  
DFF 1m  
Constantes : 50 kV 30 à 50 mAs  
Cotation : Z=15 pour 2 incidences, Z=17 pour 3  
ou 4 incidences, Z=24 pour 5 incidences et plus  
III – INCIDENCES FONDAMENTALES  
FACE  
-
-
-
-
Le patient est debout  
Les jambes sont en extension  
-
-
Les rotules sont au zénith  
RAYON DIRECTEUR  
-
-
Il est descendant de 5° environ  
-
-
Il est centré 1 cm au dessous de la pointe de la  
rotule  
CRITERES DE REUSSITE  
-
-
-
-
On doit voir les parties molles, la corticale et la  
médullaire  
-
L’interligne fémoro-tibial doit être enfilé, donc  
visible  
-
La rotule est centrée au milieu des 2 condyles  
et doit se projeter au dessus de l’interligne  
articulaire  
VARIANTES  
-
-
En décubitus dorsal, pour une étude plutôt  
morphologique et non pas statique  
-
-
Elle peut être bilatérale et comparative  
-
-
Elle peut être en appuis monopodal  
INTERET  
-
-
En charge on étudie la statique fémoro-tibiale à  
la recherche d’éventuelles déformations,  
désaxassions ou pincement articulaire  
ANATOMIE RADIOLOGIQUE  
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1
1
1
1
– Fémur  
– Rotule  
– Condyle interne  
– Limite externe du condyle interne  
– Echancrure inter-condylienne  
– Limite interne du condyle externe  
– Condyle externe  
– Epine tibiale externe  
– Epine tibiale interne  
0 – Bord antérieur du plateau tibial  
1 – Bord postérieur du plateau tibial  
2 – Tête du péroné  
3 – Interligne articulaire  
IMAGE NORMALE  
FACE EN CHARGE A 30° DE FLEXION  
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Le patient est debout  
En position antéro-postérieure  
Rotules au zénith  
En appuis bipodal  
Il fléchit les genoux de 30° dans l’axe  
RAYON DIRECTEUR  
-
-
Il est ascendant de 5 à 10° et parallèle aux  
plateaux tibiaux  
Il est centré au milieu de l’articulation fémoro-  
tibiale, 1 à 2 cm au dessous de la pointe de la rotule  
-
-
CRITERES DE REUSSITE  
-
-
On doit avoir l’interligne fémoro-tibial dégagée  
On doit voir l’échancrure inter condylienne  
-
-
dégagée de toute superposition  
INTERET  
-
-
Cette incidence permet une étude parfaite des  
interlignes fémoro-tibiales, des zones  
cartilagineuses critiques dans la gonarthrose  
-
-
On a un agrandissement géométrique crée par  
la flexion des genoux qui est parfois intéressant si  
le sujet est bien immobile lors de la prise du cliché  
VARIANTE  
-
-
On peut la réaliser en postéro-antérieur en  
diminuera l’agrandissement mais l’immobilité sera  
parfaite  
ANATOMIE RADIOLOGIQUE  
1
2
3
4
5
– Echancrure inter-condylienne  
– Fossette poplité  
– Condyle externe  
– Condyle interne  
– Epines tibiales  
PROFIL  
-
-
Le sujet est en appuis latéral du coté à  
-
-
table  
-
-
Le genou est légèrement fléchi de 15° ( la  
rotule s’engage dans la trochlée à 15°)  
-
-
L’autre jambe est appuyée en avant de celle qui  
est radiographiée  
RAYON DIRECTEUR  
-
-
Il est ascendant de 5 à 10° ( pour pallier  
l’inégalité de longueur des 2 condyles)  
Il est centré 1 cm en arrière du tendon rotulien  
-
-
CRITERES DE REUSSITE  
-
-
On doit avoir une superposition parfaite des 2  
condyles fémoraux  
L’interligne fémoro-tibial et fémoro-patellaire  
doivent être dégagé  
-
-
VARIANTES  
-
-
On peut réaliser un profil interne chez un sujet  
en décubitus dorsal, avec un rayon horizontal et la  
cassette entre les jambes  
ANATOMIE RADIOLOGIQUE  
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1
1
– Tubercule du grand adducteur  
– Fond de l’échancrure inter-condylienne  
– Trochlée  
– Crête rotulienne médiane  
– Bord interne et externe de la rotule  
– Epines tibiales  
– Condyles  
– Plateaux tibiaux  
– Tubérosité tibiale antérieure  
0 – Interligne fémoro-tibial  
1 – Interligne fémoro-patellaire  
IMAGE NORMALE  
IV – INCIDENCES COMPLEMENTAIRES  
INCIDENCE DE L’ECHANCRURE INTER-CONDYLIENNE  
-
-
Le patient est en décubitus dorsal  
Le genou est à demi fléchi  
-
-
-
-
En dynamique, on peut être amené à réaliser un  
incidence avec puis sans contraction du quadriceps  
CRITERES DE REUSSITE  
On doit voir l’interligne fémoro-patellaire  
-
-
dégagé, sans dédoublement de la face postérieure  
de la rotule  
ANATOMIE RADIOLOGIQUE  
-
-
A 30° : On explore le 1/3 inférieur de la rotule  
et le 1/3 supérieur de la trochlée. C’est l’incidence  
la plus utile pour voir des sub-luxation ou arthroses  
externes débutantes  
-
-
-
A 60° : On explore le 1/3 moyen des surfaces  
articulaires  
-
A 90° : On étudie le 1/3 supérieur de la rotule  
et le 1/3 inférieur de la trochlée. Elle permet de  
voir l’arthrose interne débutante  
-
-
-
Le compartiment externe est le plus développé,  
car le valgus physiologique crée plus de pression en  
externe  
-
La crête de la rotule est en regard de la gorge  
de la trochlée  
ANATOMIE RADIOLOGIQUE  
1
2
3
4
5
– Facette articulaire interne  
– Crête  
– Facette articulaire externe  
– Trochlée fémorale  
– Interligne fémoro-patellaire  
INCIDENCE DE SETTEGART  
-
-
-
-
Le sujet est en pro cubitus  
La jambe du coté à radiographier est fléchie  
sur la cuisse et peut être maintenue par une sangle  
RAYON DIRECTEUR  
-
-
Il est vertical ou ascendant selon la flexion  
Il est tangentiel à l’articulation fémoro-  
-
-
patellaire et centré sur la pointe de la rotule  
CRITERES DE REUSSITE  
-
-
On doit voir l’articulation fémoro-patellaire  
bien dégagée  
INTERET  
-
-
C’est une vue axiale de la rotule pour les  
personnes que ne peut pas réaliser les défilés  
classiques  
V – QUELQUES IMAGES PATHOLOGIQUES  
FRACTURE DU PLATEAU TIBIAL EXTERNE  
× Home
  • L’AVANT-BRAS
  • LE POIGNET
  • LA MAIN
  • LE RACHIS DORSAL
  • GRILL COSTAL
  • LE RACHIS LOMBAIRE
  • L’ABDOMEN
  • LE BASSIN
  • LA HANCHE
  • LA CUISSE
  • LE CRANE
  • LE GENOU
  • LA JAMBE
  • LA CHEVILLE
  • LE PIED
  • LE RACHIS CERVICAL
  • L’EPAULE
  • L’OMOPLATE
  • RADIO THORACIQUE
  • L’HUMERUS
  • LE COUDE
  • page facebook