Bienvenue Sur Medecine Pro


TRAUMATISMES DU MEMBRE SUPÉRIEUR  
45  
Traumatisme du bras  
Objectifs  
Repérer les signes de gravité.  
Soulager la douleur (rôle propre et rôle sur prescription).  
Évaluer l’importance du traumatisme.  
Définition  
Les traumatismes du bras sont dominés par les fractures de la diaphyse  
humérale.  
Ces fractures peuvent être dues à des chocs directs ou à des mécanis-  
mes indirects : chute avec réception sur le coude.  
Le trait de fracture peut être transversal avec ou sans coin de flexion,  
oblique, spiroïde ou communitif.  
Le déplacement est presque constant chez l’adulte.  
Le risque majeur de ces fractures est la paralysie du nerf radial, en  
particulier pour les fractures de la jonction tiers moyen-tiers  
inférieur de l’humérus.  
Signes  
Impotence fonctionnelle totale du bras.  
Le patient se présente toujours avec une attitude du traumatisé du  
membre supérieur : le membre sain maintient le membre traumatisé  
par le bras.  
La déformation est souvent évidente.  
Premiers gestes – Questions au patient  
Repérer ces malades pour les installer le plus rapidement possible (rôle  
de l’infirmier(e) organisateur de l’accueil).  
Prises des constantes et recherche de troubles vasculaires ou neurosen-  
sitifs.  
Immobiliser le membre coude au corps avec l’aide du médecin.  
Poser une voie veineuse après avoir procédé à un prélèvement pour le  
bilan préopératoire et, surtout, débuter rapidement un traitement  
antalgique sur prescription médicale.  
2
39  
TRAUMATISMES DU MEMBRE SUPÉRIEUR  
4
5
Traumatisme du bras  
Après avoir correctement installé et soulagé le patient, l’infirmière doit  
procéder avec l’aide d’une aide-soignante au déshabillage du patient et  
ôter tous les bijoux.  
En cas de fracture ouverte, procéder à la confection du pansement et  
débuter le traitement antibiotique sur prescription médicale.  
Conjointement avec le médecin, prévenir et rassurer la famille.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Recherche de complications  
Entreprendre rapidement un examen clinique à la recherche de  
complications.  
Lésion du nerf radial : cf. encadré.  
Lésions vasculaires : plus rares, elles doivent être recherchées systéma-  
tiquement par la palpation des pouls périphériques.  
Ouverture cutanée : rare, elle impose une prise en charge chirurgicale  
plus rapide. En attendant, il faut :  
procéder à la confection d’un pansement bétadiné ;  
initier un traitement antibiotique ;  
vérifier la vaccination antitétanique.  
LÉSION DU NERF RADIAL  
Cette lésion peut avoir lieu :  
initialement lors du traumatisme ;  
secondairement lors du traitement chirurgical ;  
plus tardivement, par inclusion dans le cal osseux.  
Ceci impose un examen clinique initial minutieux et une surveillance rigou-  
reuse :  
troubles moteurs, au premier plan :  
l’extension du poignet est impossible, le poignet est en flexion ;  
la rétropulsion du pouce est impossible ;  
l’extension des premières phalanges est impossible après avoir maintenu  
le poignet en extension.  
troubles sensitifs de la face dorsale de la première commissure.  
Bilan radiologique  
Un humérus de face et de profil.  
2
40  
 
TRAUMATISMES DU MEMBRE SUPÉRIEUR  
4
5
Traumatisme du bras  
Un coude de face et de profil.  
Une épaule de face.  
Traitement  
Traitement orthopédique  
Le plâtre pendant :  
Il permet une réduction progressive de la fracture ; cette réduction est  
maintenue par le poids du plâtre.  
Inconvénients :  
-
durée d’immobilisation (45 à 60 jours), empêchant d’entreprendre les  
séances de kinésithérapie.  
-
difficulté de la manipulation en position allongée.  
Le Dujarrier :  
Cette technique est surtout utilisée chez l’enfant pour immobiliser une  
fracture incomplète ou une fracture non ou très peu déplacé.  
Le but est le maintien du coude au corps au moyen de bande.  
Traitement chirurgical  
L’ostéosynthèse est souvent préconisée pour le traitement des fractures de  
la diaphyse humérale chez l’adulte. Plusieurs techniques peuvent être uti-  
lisées :  
Plaque vissée. Inconvénients :  
ouverture du foyer de fracture avec le risque infectieux qu’il comporte  
et le risque de retard de consolidation voire de pseudarthrose en raison  
des lésions du périoste ;  
lésions iatrogènes du nerf radial.  
Embrochage ascendant ;  
Enclouage centromédullaire.  
Le traitement chirurgical à foyer fermé reste le traitement de choix pour  
les fractures de l’adulte.  
Surveillance – Évaluation  
Réévaluation régulière de la douleur pour adapter le traitement antalgi-  
que jusqu’au départ du patient du service.  
Fiche 116, Immobilisation des membres.  
Fiche 107, Douleur (évaluation de la –).  
Fiche 108, Douleur (traitement de la –).  
2
41  
× Home
  • Urgences traumatiques
  • Traumatisme de la cheville
  • Fractures du nez
  • Plaie du globe oculaire
  • Traumatismes abdominaux
  • Traumatismes de l’épaule
  • Prise en charge des polytraumatisés
  • Accouchement inopiné
  • Éclampsie
  • Hémorragie du post-partum précoce
  • Grossesse extra-utérine
  • Traumatisme durant la grossesse
  • Dyspnée laryngée chez l’enfant
  • Convulsion chez l’enfant
  • Corps étranger des voies aériennes
  • Douleur abdominale chez l’enfant
  • Traumatismes du coude
  • Traumatismes de l’avant-bras
  • Traumatismes du poignet
  • Traumatismes de la cuisse
  • Traumatismes du genou
  • Traumatismes de la jambe
  • Traumatisme crânien
  • Corps étranger superficiel de l’œil
  • Orientation devant des douleurs
  • Déshydratation aiguë du nourrisson
  • Dyspnée chez l’enfant
  • Traumatisme du bras
  • Asthme chez l’enfant
  • Fièvre chez l’enfant
  • Diarrhée chez l’enfant
  • Plaies de la main
  • Traumatismes de la hanche, du bassin
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook