Bienvenue Sur Medecine Pro


TROUBLES DE LA CONSCIENCE  
5
Épilepsie de l’adulte  
Objectifs  
Identifier une crise comitiale.  
Dépister un état de mal.  
Au service d’urgence, l’épilepsie sera souvent évoquée dans le cadre d’un  
malaise.  
L’évaluation du risque de récidive conditionnera l’orientation du patient.  
La crise d’épilepsie représente de 0,3 à 1,2 % des passages d’un service  
d’urgence.  
Définition  
Une convulsion est définie par une modification soudaine du compor-  
tement caractérisée par un changement de la perception sensorielle ou  
de l’activité motrice en relation avec un fonctionnement neuronal anor-  
mal.  
Cliniquement, on retrouve :  
des crises motrices focales ou généralisées ;  
une altération de l’état de conscience ;  
une altération des expériences sensorielles ou psychiques ;  
mais aussi des désordres du système nerveux autonome.  
Le plus fréquemment, c’est une crise de type grand mal avec trouble de  
conscience, mouvements tonicocloniques des quatre membres, suivie  
d’une phase stertoreuse avec respiration ample et bruyante et, le plus  
souvent, retour progressif sur quelques minutes à plusieurs dizaines de  
minutes à une conscience normale.  
L’état de mal épileptique est défini par une succession de crises d’épi-  
lepsie sans retour à une conscience normale entre les crises ou à une  
crise d’épilepsie durant plus de 5 min.  
L’état de mal épileptique généralisé est une urgence vitale.  
Le risque dans la population générale de présenter une crise comitiale  
est estimé à 5 %.  
La prédominance est masculine (60 %) et la moyenne d’âge varie en  
fonction des études de 31 à 53 ans. Un quart consulte aux urgences  
pour un premier épisode.  
3
5
 
TROUBLES DE LA CONSCIENCE  
5
Épilepsie de l’adulte  
La consommation excessive d’alcool ou le sevrage alcoolique sont des  
facteurs de risques majeurs retrouvés dans 18 à 25 % des crises convul-  
sives.  
Les crises d’épilepsie sont classées en :  
crise d’épilepsie accompagnée (cf. encadré) ;  
crise d’épilepsie isolée ;  
état de mal épileptique.  
CRISE DÉPILEPSIE ACCOMPAGNÉE  
La crise accompagnée est définie par la présence d’au moins un des critères  
suivants :  
Répétition de la crise au service d’accueil.  
État de mal convulsif.  
Confusion mentale anormalement persistante.  
Fièvre > 38 °C.  
Déficit postcritique.  
Alcoolisation.  
Sevrage alcoolique.  
Éthylisme chronique.  
Intoxication.  
Trouble métabolique.  
Traumatisme crânien.  
Maladie générale (cancer, lymphome, sida).  
Grossesse.  
Signes  
Les données à rechercher systématiquement sont : antécédents de con-  
vulsions, description de la crise et de ses différentes phases, circonstan-  
ces de survenue, facteurs favorisants, existence d’une aura, d’une  
morsure de langue, d’une obnubilation et/ou d’un déficit postcritique.  
Aucun symptôme n’est spécifique de l’épilepsie, mais ils peuvent aider  
au diagnostic : la perte d’urine est fréquente dans les crises convulsives  
mais elle est également présente dans beaucoup de syncopes lorsque la  
vessie est pleine.  
La morsure de langue et l’impression de « déjà-vu » précédant la crise  
paraissent actuellement plus suggestives.  
3
6
TROUBLES DE LA CONSCIENCE  
5
Épilepsie de l’adulte  
Premiers gestes – Prise en charge – Bilan  
La prise en charge est conditionnée par trois modes de présentation :  
patient conscient et coopérant ;  
patient inconscient mais sans crise tonicoclonique ;  
patient inconscient avec mouvement tonicoclonique.  
Patient conscient  
Le patient se présentera souvent dans le cadre d’un malaise ; l’interroga-  
toire du patient mais surtout de l’entourage permet de poser le diagnostic  
dans plus de 70 % des cas.  
Il faudra savoir si le patient est diabétique ou épileptique connu et recher-  
cher les signes d’accompagnements.  
Premiers gestes  
La glycémie capillaire ainsi que la réalisation d’un ECG est systématique.  
En cas de doute diagnostique, une augmentation des lactates artériels  
prélevés moins de 2 h 00 après le malaise est en faveur d’un événement  
convulsif.  
Un test de grossesse sera réalisé (éclampsie).  
Bilan  
En cas de crise accompagnée, le bilan sera étiologique et guidé par le  
contexte, pouvant comprendre un bilan toxique, infectieux dont ponc-  
tion lombaire, métabolique et/ou tomographique. La pose d’un accès  
veineux est recommandée. Le patient est hospitalisé.  
En cas de crise isolée chez un patient épileptique connu et présentant  
des facteurs déclenchants (mauvaise observance ou modification théra-  
peutique récente, anxiété, infection, dette de sommeil…), un ajuste-  
ment thérapeutique avec ou sans avis neurologique en urgence  
permettra le retour à domicile. La décision pourra s’appuyer sur le  
dosage sanguin des antiépileptiques.  
En cas de premier épisode de crise d’épilepsie isolée, une hospitalisation  
de 24 h est indiquée face au risque de récidive précoce (environ 15 %).  
L’EEG n’est indiqué qu’au-delà de la 24 heure. De 40 à 50 % des résul-  
e
tats seront des faux négatifs et jusqu’à 2 % des faux positifs. Un scan-  
ner cérébral sera réalisé rapidement mais c’est l’IRM, le plus souvent  
différée dans ce contexte, qui est l’examen de référence, seule capable  
de diagnostiquer plus de 50 % des lésions responsables de crise comi-  
tiale.  
3
7
TROUBLES DE LA CONSCIENCE  
5
Épilepsie de l’adulte  
Patient inconscient sans mouvement tonicoclonique  
Dans ce contexte, c’est l’entourage du patient, ses antécédents ou les  
témoins du malaise qui feront suspecter la comitialité. La persistance  
d’une confusion mentale (ou de troubles des fonctions supérieures : trou-  
ble de la vigilance, manifestations psychiatriques) pendant plus de 6 h  
après la crise, modifie la stratégie de prescriptions d’examens. Dans ce cas,  
la réalisation d’un scanner cérébral est impérative (traumatisme crânien,  
AVC…) de même que la réalisation d’un EEG en urgence si suspicion de  
méningoencéphalite herpétique ou d’état de mal non convulsivant.  
Premier geste  
Prise des constantes et monitorage du patient.  
Pose d’un accès veineux (NaCl 0,9 %).  
Glycémie capillaire.  
ECG.  
Test de grossesse.  
Le bilan biologique sera orienté par le contexte mais comprendra au  
minimum une numération globulaire et un ionogramme sanguin (hypo-  
natrémie).  
Crise comitiale tonicoclonique  
Récidive ou premier épisode  
La prise en charge paramédicale consiste à :  
durant la crise convulsive :  
-
-
éviter toute manœuvre intempestive ;  
éviter au patient de se blesser ;  
en post-critique :  
-
-
-
-
installer le patient en PLS ;  
assurer la liberté des voies aériennes supérieures ;  
pratiquer une oxygénation ;  
réaliser une glycémie capillaire.  
Le traitement consiste en une injection de Rivotril 1 mg en IV, pose de  
l’accès veineux et contrôle de la glycémie capillaire. Un monitorage et  
une oxygénation sont mis en place ainsi qu’une surveillance des fonc-  
tions vitales.  
État de mal convulsif  
Le diagnostic d’état de mal est retenu devant des crises se succédant sans  
reprise de conscience après 30 min, devant des convulsions en série à  
intervalles rapprochés. La confusion post-critique est anormale si supé-  
3
8
TROUBLES DE LA CONSCIENCE  
5
Épilepsie de l’adulte  
rieure à 30 min et peut évoquer un état de mal non convulsivant (pour  
lequel seul l’EEG ou le test thérapeutique aux benzodiazépines permet le  
diagnostic).  
Sa fréquence varie selon les dernières études entre 1 à 4 % des patients.  
Pour les personnes âgées, l’incidence de l’état de mal est deux fois plus  
importante que dans la population générale avec une mortalité également  
majorée estimée à 38 % contre 10 % dans la population générale. Les  
plus de 80 ans auraient même une mortalité de plus de 50 %.  
Premiers gestes  
Le pronostic vital peut être engagé.  
Le patient est orienté vers la SAUV :  
oxygénation ;  
pose d’une canule de Guédel ;  
pose d’un accès veineux ;  
contrôle glycémique ;  
monitorage.  
Le traitement consiste en l’association avec les benzodiazépines (Rivotril 1-  
2
mg adulte) d’un traitement par un antiépileptique de demi-vie longue :  
soit le phénobarbital : 10 mg/kg maxi pour l’adulte, compléter à  
0 mg/kg ;  
soit le Prodilantin : pour un adulte de 75 kg, 3 amp. de Prodilantin  
500 mg d’E-PHT) en 10 min.  
2
(
En cas d’échec thérapeutique (30 min), l’administration d’une seconde  
dose d’antiépileptique de demi-vie longue est conseillée.  
En cas de nouvel échec (50 min) ou d’hypoxie, de troubles hémodyna-  
miques ou en cas de contexte étiologique particulier, le recours à une  
procédure d’intubation est obligatoire pour l’usage d’antiépileptique  
dépresseur respiratoire comme le thiopental (3-5 mg/kg puis  
5
5
0 mg/5 min pour l’adulte, et entretien par perfusion continue 1 à  
mg/kg/h pour l’adulte).  
Bilan  
Le bilan comprend systématiquement :  
scanner cérébral ;  
EEG ;  
bilan biologique standard ;  
test de grossesse.  
Les autres examens sont guidés par le contexte étiologique : toxique,  
métabolique, neurologique, traumatique, infectieux ou maladie épilep-  
tique.  
Le patient est orienté vers l’unité de réanimation.  
3
9
TROUBLES DE LA CONSCIENCE  
5
Épilepsie de l’adulte  
Orientation  
Critères d’hospitalisation et de sortie devant une crise généralisée aux  
urgences :  
1
CRISE CONVULSIVE GÉNÉRALISÉE  
CRISE ACCOMPAGNÉE  
État de Mal  
CRISE ISOLÉE  
CRISE  
OCCASIONNELLE  
MALADIE  
ÉPILEPTIQUE  
RÉANIMATION  
Âge  
< 60 ans  
Bonne  
Observance  
Mauvaise  
Observance  
Âge  
60 ans  
>
AVIS NEUROLOGUE  
SOUHAITABLE  
HOSPITALISATION  
SORTIE  
1
Critères nécessaires pour une sortie sans hospitalisation :  
Retour à un état clinique basal, en particulier en l’absence totale de  
symptômes neurologiques.  
Normalité de toutes les investigations cliniques et paracliniques (en  
dehors des dosages des antiépileptiques).  
Transmission d’un document écrit précisant toutes les recommanda-  
tions de sécurité nécessaires à cette pathologie.  
Accompagnement d’une personne responsable garantissant la sécurité  
du patient dans le suivi immédiat.  
Adhésion au suivi médical ultérieur.  
1. Selon mise à jour de la conférence de consensus 2006.  
4
0
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook