Bienvenue Sur Medecine Pro


DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
43  
Hyperglycémie  
Objectifs  
La découverte fortuite d’une hyperglycémie doit faire rechercher une  
éventuelle décompensation et un facteur déclenchant.  
Penser à faire une glycémie capillaire chez le patient non diabétique.  
L’adaptation du traitement repose sur l’évolution des glycémies capillaires  
et des bandelettes urinaires.  
Définition  
L’hyperglycémie correspond à une élévation de la glycémie au-delà des  
valeurs normales. Ces valeurs seuils varient dans la journée avec le repas.  
On parle d’hyperglycémie lorsque les glycémies sont :  
supérieures ou égales à 2 g/dL à n’importe quel moment de la journée ;  
ou supérieures ou égales à 1,26 g/dL à jeun.  
ÉTIOLOGIE  
La découverte d’une hyperglycémie peut être fortuite, lors d’une prise de  
sang, d’une glycémie capillaire ou d’une bandelette urinaire systématique.  
Elle peut être également découverte lors d’une décompensation d’un dia-  
bète méconnu.  
Diabète sucré  
La principale cause d’hyperglycémie est le diabète sucré. Il en existe diffé-  
rents types :  
Diabète insulinodépendant : carence absolue en insuline, liée à la des-  
truction des cellules ß des îlots de Langerhans, d’origine le plus souvent  
immunologique.  
Diabète non insulinodépendant : résistance à l’insuline responsable d’un  
épuisement de sa sécrétion et donc d’un déficit de sécrétion de l’insuline.  
C’est le plus fréquent, dont on retrouve plusieurs facteurs prédisposants,  
essentiellement les antécédents familiaux et le surpoids.  
Diabète gestationnel.  
Autres causes  
Diabète secondaire à une maladie pancréatique : pancréatite chronique  
ou aiguë, hémochromatose…  
Autres endocrinopathies.  
2
30  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
3
Hyperglycémie  
Médicaments : corticoïde, thiazidique.  
Causes génétiques responsables d’un déficit de fonction des cellules ß.  
Causes immunologiques.  
Décompensations de diabète sucré  
Coma acido-cétosique : il survient le plus souvent chez le diabétique insu-  
linodépendant lors d’une décompensation d’un diabète connu, mais il  
représente souvent le mode de découverte.  
Coma hyperosmolaire : tableau de déshydratation chez un patient diabé-  
tique non insulinodépendant.  
Acidose lactique : elle survient chez des patients non insulinodépendants  
traités par biguanide.  
Signes  
Hyperglycémie isolée  
Les signes sont peu spécifiques : soif, urines plus abondantes et fréquentes  
(syndrome polyuro-polydypsique), troubles de la vision, crampes, asthénie.  
Signes de décompensation  
Syndrome polyuro-polydypsique : soif intense avec une consommation  
quotidienne pouvant dépasser 3 L par jour, accompagnée de mictions  
très fréquentes responsables d’une déshydratation.  
Déshydratation : langue sèche, plis cutanés, hypotension, trouble de la  
conscience…  
Haleine cétonique : odeur de pomme de reinette.  
Respiration rapide.  
Douleur abdominale et troubles digestifs.  
Trouble de la conscience.  
Fatigue.  
Infections ou mycoses à répétition.  
Sensation de faim non justifiées au regard des apports.  
Premiers gestes – Questions au patient  
Interrogatoire  
Recherche d’antécédent diabétique personnel ou familial.  
Recherche d’un syndrome polyuro-polydypsique : Buvez-vous beau-  
coup ? Urinez-vous beaucoup ? Avez-vous perdu du poids ?  
2
31  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
3
Hyperglycémie  
Recherche d’un facteur déclenchant : Avez-vous eu de la fièvre ? Avez-  
vous eu des signes urinaires ? Avez-vous eu une toux ?  
Premiers gestes  
Réalisation d’une glycémie capillaire.  
Prise des constantes : pouls, pression artérielle, saturation, fréquence  
respiratoire, température.  
La respiration : une fréquence respiratoire élevée va renseigner sur une  
éventuelle décompensation acido-cétosique.  
Le pouls, la tension sont importants car il peut exister un collapsus lié à  
la déshydratation qui peut être intense.  
La conscience : ouverture des yeux, réponse verbale, réponse motrice.  
Pose d’une voie veineuse périphérique avec un NaCl 0,9 %.  
Réalisation d’une bandelette urinaire.  
Réalisation d’une cétonémie capillaire.  
Si le patient est bien orienté : rechercher avec lui les causes possibles  
(
apports sucrés, etc.).  
Prise en charge – Bilans, traitement  
La prise en charge du patient va dépendre de l’existence et du type de  
décompensation, et du type de diabète.  
Insuline  
Le traitement de l’hyperglycémie repose sur l’administration d’insuline  
dont la voie d’administration va dépendre de l’existence d’une décompen-  
sation ou non :  
L’hyperglycémie isolée va être traitée par de l’insuline administrée par  
voie sous-cutanée, et dont la posologie sera adaptée en fonction des  
glycémies capillaires (3 à 4 fois/jour).  
Les décompensations diabétiques seront traitées, le plus souvent, par  
insuline rapide à la seringue électrique avec adaptation du traitement à  
la glycémie capillaire horaire.  
Réhydratation  
L’hyperglycémie supérieure à 1,8 g/dL est responsable d’une polyurie et  
donc d’une déshydratation si les apports ne sont pas suffisants. Le trai-  
tement repose donc sur l’hydratation par voie IV, en général par du  
sérum salé isotonique.  
Cette réhydratation sera plus importante et plus rapide s’il existe une  
chute de tension témoignant d’un collapsus, voire d’un choc, un rem-  
plissage par macromolécules pouvant initialement être recommandé.  
2
32  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
3
Hyperglycémie  
La réhydratation sera accompagnée également d’apports de sodium et  
de potassium adaptés à la situation biologique.  
En moyenne, un patient acido-cétosique est déficitaire de 5 à 10 L  
d’eau.  
Évaluation – Surveillance  
La surveillance d’une hyperglycémie repose sur :  
les glycémies capillaires à rythme adapté (si seringue électrique, sur-  
veillance horaire) ;  
la recherche de corps cétoniques soit par bandelette urinaire soit par  
bandelette capillaire ;  
la prise des paramètres vitaux : pouls, pression artérielle, saturation,  
température ;  
la diurèse toutes les 4 h qui permet d’adapter les apports ;  
la réalisation de bilans sanguins adaptés à la situation, permettant de  
suivre la réanimation hydroélectrolytique ;  
la surveillance de la kaliémie par ionogrammes sanguins répétés et  
ECG ;  
les GDS pour évaluer l’état acido-basique du patient en cas d’acido-  
cétose.  
Orientation  
La découverte d’une hyperglycémie au service des urgences doit mener à  
une orientation du patient de la façon suivante :  
Existence d’un coma ou de troubles hémodynamiques non rapidement  
résolutifs : orientation vers un secteur de réanimation.  
Décompensation hyperosmolaire ou acido-cétosique non compliquée :  
orientation vers l’UHCD ou service d’endocrinologie.  
Hyperglycémie isolée : orientation vers le service d’endocrinologie.  
Un facteur déclenchant spécifique peut imposer l’orientation (sepsis, AVC,  
IDM, etc.).  
2
33  
This page intentionally left blank  
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook