Bienvenue Sur Medecine Pro


DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
41  
Anémie  
Objectifs  
Reconnaître un patient anémié.  
Apprécier la gravité d’une anémie.  
Mettre en place les premiers gestes nécessaires à la prise en charge.  
Définition  
L’anémie se définit par une diminution de la concentration d’hémoglo-  
bine (Hb) dans le sang, l’hémoglobine étant la protéine contenue dans  
les globules rouges qui transporte l’oxygène.  
L’anémie s’interprète en prenant en compte les éléments de la NFS  
(
cf. tableau).  
Valeurs limites de la normalité  
Homme  
4,5-5,9  
40-54  
14-18  
4-9  
Femme  
4-5,4  
Enfants (< 10 ans)  
3,2-4  
Hématies1 (× 1012/L)  
Hématocrite (%)  
37-45  
12-16  
4-9  
32-40  
Hémoglobine (g/dL)  
10-13  
9
Leucocytes (× 10 /L)  
5-11  
9
Plaquettes (× 10 /L)  
150-400  
150-400  
150-400  
1
. Les globules rouges sont aussi appelés indifféremment hématies ou érythrocytes.  
Leur durée de vie normale est de 120 jours.  
La classification des anémies peut se faire de deux manières :  
en séparant les anémies aiguës (d’installation rapide) des anémies chro-  
niques (installation progressive) ;  
en distinguant les anémies centrales (défaut de production) des ané-  
mies périphériques (raccourcissement de la durée de vie des globules  
rouges).  
Une anémie périphérique qui se prolonge peut devenir centrale, de  
même qu’une anémie chronique peut avoir des aggravations aiguës.  
Les classifications ne sont donc pas exclusives les unes des autres.  
L’anémie chronique est mieux tolérée que l’anémie aiguë. Ce point  
est particulièrement pris en compte pour les décisions de  
traitement et d’orientation.  
2
18  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
1
Anémie  
Le risque est d’être faussement rassuré au début d’un saignement  
massif (baisse d’Hb différée par le phénomène de réduction du  
volume plasmatique total). Le diagnostic clinique et la surveillance  
clinique sont plus importants que le taux initial d’Hb. C’est un piège  
classique, par exemple dans le cas des traumatismes graves ou des  
GEU rompues.  
Premiers gestes – Questions au patient  
La rapidité avec laquelle on doit traiter une anémie dépend de sa  
tolérance générale.  
Évaluation clinique à la recherche d’une intolérance ou de  
signes de gravité  
Fonction cardiaque : tachycardie, hypotension, pâleur, cyanose, froi-  
deur cutanée, pâleur du cul-de-sac conjonctival.  
Fonction respiratoire : dyspnée d’effort, polypnée, détresse.  
Fonction neurologique : score de Glasgow, ralentissement psychomo-  
teur, agitation, confusion, prostration…  
Interrogatoire  
L’interrogatoire du patient et de son entourage précise :  
le contexte (notion de traumatisme ou non) ;  
les traitements médicaux en cours (+++) (anticoagulant, Aspirine, anti-  
inflammatoires) ;  
les antécédents médicaux (+++) (éthylisme chronique, ulcère gastri-  
que…) ;  
l’évaluation de l’abondance et de la durée si le saignement est extério-  
risé (ne pas oublier d’y inclure les règles).  
l’existence d’un saignement extériorisé et sa localisation ;  
l’ancienneté de l’anémie si elle était connue, le dernier taux d’hémoglo-  
bine connu ;  
les signes associés (vertige, malaise…).  
Attention aux traitements anticoagulants ou antiagrégants  
plaquettaires lors d’un traumatisme ou d’une hémorragie.  
Premiers gestes  
S’il existe un saignement actif : mettre en œuvre immédiatement les  
moyens disponibles pour l’arrêter (par exemple, comprimer une artère  
qui saigne !) ; installer le patient immédiatement en salle de soins et  
2
19  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
1
Anémie  
prévenir l’équipe médico-infirmière ; de même si le patient présente des  
signes de choc.  
Si l’anémie est fortement suspectée sans signe de gravité, l’infirmière  
peut réaliser un Hémocue pour compléter son évaluation.  
Avertir le médecin référent de l’accueil.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Anémie mal tolérée, ou bien tolérée mais avec hémorragie  
persistante  
Installer le patient en SAUV.  
Faire un ECG (apprécier le retentissement cardiaque).  
Mettre le patient sous surveillance scopique continue : PA, pouls, FR.  
En cas de troubles de la conscience, préparer le chariot d’urgence pour  
une éventuelle intubation. Surélever les jambes du patient installé en  
décubitus dorsal.  
Poser l’oxygène : 6 L/min, même si la saturation est bonne.  
Poser deux voies d’abord de bon calibre (cathlon 18, 16 ou 14 G), pour  
assurer un remplissage vasculaire avec perfusion de colloïdes ou cristal-  
loïdes suivant la prescription médicale.  
Faire un bilan sanguin en vue d’une transfusion en urgence au décours  
de la pose d’une des voies d’abord :  
NFS ;  
hémostase ;  
ionogramme et créatinine ;  
groupe sanguin, rhésus :  
-
deux déterminations ;  
-
joindre la demande de culots globulaires en précisant le degré  
d’urgence ;  
recherche d’agglutinines irrégulières (RAI) ;  
anémie aiguë et absence d’argument pour un saignement : rechercher  
une hémolyse (test de Coombs, haptoglobine, LDH à obtenir en  
urgence) ;  
étiologie à l’évidence non périphérique : prélever fer, ferritine, folates,  
B12 ; dosages qui pourront être faits sans urgence mais dont la valeur  
d’avant la transfusion sera utile à connaître.  
Ce bilan est à compléter en fonction de la situation clinique.  
2
20  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
1
Anémie  
Bien vérifier la corrélation entre l’identité du patient et  
l’identification des tubes prélevés — remarque valable pour tout  
examen sanguin.  
Anémie avec signes de choc  
Il s’agit d’un patient qui risque de s’aggraver : une surveillance  
rigoureuse s’impose.  
Continuer la surveillance régulière et rapprochée du patient : paramè-  
tres, comportement, évolution des signes hémorragiques.  
Tout mettre en œuvre ou vérifier que les mesures prises sont efficaces  
pour arrêter ou limiter le saignement s’il en existe un : compression,  
méchage, suture, lavage gastrique, lavage de vessie, administration de  
vitamine K, de facteurs de la coagulation, de plasma, selon le cas.  
Administrer les solutés de remplissage prescrits en attendant la transfu-  
sion de culots globulaires. S’assurer de la bonne perméabilité des voies  
d’abord pour un remplissage de qualité avec un très bon débit.  
Si une transfusion est envisagée, il est important d’informer au préala-  
ble le patient de son intérêt, de sa durée et de ses possibles effets indé-  
sirables.  
Avant transfusion : contrôle ultime prétransfusionnel du sang du don-  
neur et de celui du receveur au lit du malade.  
Si l’état du patient le permet, lui faire signer le formulaire  
d’information sur le Creutzfeld-Jakob, la contamination par les  
hépatites B et C et le VIH.  
Il est impératif d’obtenir son accord pour administrer la  
transfusion. S’il refuse, et seulement en cas d’urgence vitale, faire  
appel au procureur de la République.  
La recherche de la cause sera complétée par des examens paracliniques :  
Traumatisme : scanner thoraco-abdomino-pelvien pour rechercher  
l’origine du saignement :  
état clinique stable : adresser le patient au scanner ;  
état clinique instable : faire une échographie en SAUV ou adresser au  
bloc opératoire directement ;  
Femme en âge de procréer : β-HCG (plasmatiques ou urinaires) et écho-  
graphie pelvienne en urgence pour rechercher une grossesse extra-uté-  
rine.  
Cirrhose connue ou prise d’anti-inflammatoires : sonde gastrique pour  
préparer la fibroscopie gastrique en urgence.  
Autres : selon le contexte clinique.  
2
21  
DÉSORDRE BIOLOGIQUE  
4
1
Anémie  
Faire les β-HCG chez toute femme ou jeune fille ayant une anémie  
aiguë en âge de procréer.  
Surveillance – Évaluation  
Vérifier que toutes les mesures de mise en bonne condition sont appli-  
quées.  
Surveiller régulièrement les paramètres.  
Évaluer le saignement : Est-il bien maîtrisé ? Ne récidive-t-il pas ?  
Signaler toute modification du comportement pouvant évoquer une  
aggravation de l’état clinique :  
signes de gravité ;  
complications du traitement (transfusion mal tolérée ou accident trans-  
fusionnel).  
Transmissions écrites de tous les soins faits au patient à joindre au dos-  
sier médical.  
Orientation  
Si l’anémie est bien tolérée et paraît chronique :  
Après l’évaluation aux urgences, la suite du bilan et l’initialisation du  
traitement peuvent se programmer hors des urgences.  
Un bilan biologique minimum est à prévoir : NFS pour contrôler l’évolu-  
tion de l’anémie et, si l’étiologie n’était pas connue, on ajoute au moins  
les réticulocytes, fer, ferritine, folates, B12, avec un suivi par le médecin  
traitant ou toute autre structure médicale adaptée.  
D’autres examens pourront être envisagés, notamment : fibroscopie  
digestive ou examen gynécologique.  
Expliquer au patient la marche à suivre ; compléter l’information avec  
l’entourage si nécessaire.  
Si l’état du patient nécessite une hospitalisation en urgence :  
Signes de choc ou état clinique instable : réanimation.  
État clinique stable, mais surveillance et/ou recherche de l’étiologie en  
hospitalisation immédiate nécessaires : service de médecine ou de spé-  
cialité selon l’orientation.  
Hémorragie interne (y compris GEU) ou externe nécessitant une inter-  
vention : bloc en urgence.  
Fiche 139, Transfusion en urgence.  
2
22  
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook