Bienvenue Sur Medecine Pro


 
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
36  
Prise en charge des plaies aux urgences  
Objectifs  
Évaluer toute plaie afin d’éviter de méconnaître une lésion profonde ou de  
s’exposer à des complications infectieuses ou esthétiques.  
Signes  
Devant une plaie, l’IOA doit rechercher les signes de gravité ou les élé-  
1
ments devant rendre prioritaire la prise en charge du patient :  
Mécanisme lésionnel :  
Plaies pénétrantes : arme blanche, arme à feu.  
Plaies par injection sous pression.  
Morsures complexes.  
Amputations partielles ou complètes.  
Brûlure : cf. Fiche 34.  
Siège :  
Tête et cou :  
-
Face : nerf trijumeau, nerf facial, globe oculaire, voies lacrymales, canal  
de Sténon, vaisseaux faciaux, muscle releveur de la paupière supérieure.  
-
-
Cuir chevelu : fracture de la voûte crânienne.  
Cou : axes vasculaires, trachée, cervicales.  
Abdomen : intestin, rate, vessie, péritoine…  
Thorax : médiastin, poumons, gros vaisseaux, rachis…  
Racine des membres : lésions articulaires, tendineuses ou vasculo-  
nerveuses.  
Main et pied : atteintes fonctionnelles ++.  
Présence de signes de détresse vitale :  
Hémodynamique :  
-
Pouls > 120/min (± hémorragie extériorisée)  Prise en charge immé-  
diate (bloc opératoire).  
-
État de choc (PAS < 90 mm Hg à confronter à la PA habituelle).  
Respiratoire :  
-
-
-
FR > 25/min.  
Cyanose périphérique.  
SpO < 90 %.  
2
1
. Conférence de consensus sur la prise en charge des plaies aux urgences (hors brûlu-  
res et plaies chroniques). SFMU, 2005.  
1
95  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Neurologique : trouble de la conscience + plaie du cuir chevelu  TC  
associé ?  
Troubles en aval de la lésion :  
Douleur, froideur, blancheur ou cyanose du membre.  
Perte des pouls (SpO non captée).  
2
Paresthésie ou paralysie.  
EVA > 6 (critère de priorité, non de gravité).  
Syndrome infectieux systémique ou infection locorégionale extensive  
ou infection locale non contrôlée par l’antibiothérapie.  
Ces situations prioritaires doivent répondre à des protocoles de  
prise en charge et faire appeler le médecin, dès l’accueil du  
patient.  
Premiers gestes – Questions au patient  
L’IOA évalue objectivement (dépose des pansements) et décrit les  
lésions : taille, profondeur apparente, type, souillures, gonflement,  
déformation, perte de substance.  
Les corps étrangers ne doivent pas être mobilisés.  
Les membres amputés sont conservés dans un sac propre et  
réfrigéré sans contact avec la glace.  
Ôter précocement les bijoux en aval et sur les zones lésées.  
Évaluer la douleur et la traiter selon protocole.  
Laisser à jeun tout patient présentant une amputation ou un  
critère de gravité (cf. « Signes »).  
Laver la plaie au NaCl 0,9 %.  
Réaliser un pansement sommaire occlusif, voire compressif.  
Installer le patient en fonction des éléments relevés lors de l’entretien  
d’accueil :  
Immobiliser un membre suspect de fracture.  
Respecter la position fonctionnelle, notamment des articulations.  
Plaie du thorax : position semi-assise.  
Plaie de l’abdomen : décubitus dorsal, jambes repliées.  
En cas d’hémorragie, exercer une compression locale et mettre le  
membre au zénith.  
L’IOA complète son interrogatoire.  
1
96  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Paramètres vitaux :  
pouls, PA, FR, SpO ;  
coloration, marbrures ;  
évaluation neurologique ;  
pouls périphériques en aval de la plaie.  
Outre les signes de priorisation (cf. « Signes »), recherche d’éléments  
influençant la prise en charge :  
2
traitement par corticoïdes, immunosuppresseurs, anticoagulants, chi-  
miothérapie, antiagrégants ;  
antécédents : troubles trophiques, cicatrice chéloïde.  
En cas de lésion due à un courant électrique, la prise en charge est prio-  
ritaire :  
prise des constantes ;  
réalisation systématique d’un électrocardiogramme ;  
recherche d’un point d’entrée et d’un point de sortie ;  
surveillance par électrocardioscope.  
S’il existe des signes de gravité ou une atteinte profonde  
associée  
Dans certains cas, il est nécessaire d’organiser une prise en charge au  
bloc opératoire en même temps que ces premiers gestes ;  
soit que le geste chirurgical doive être effectué sans délai ;  
soit que l’indication de celui-ci soit évidente.  
L’avis médical dès l’accueil facilite, par des décisions rapides d’imagerie  
et de soins locaux d’attente, le déroulement du passage aux urgences.  
C’est le cas, par exemple :  
des plaies souillées ;  
des corps étrangers visibles en place ;  
d’une amputation partielle ;  
d’une brûlure.  
Premiers soins permettant l’attente de la prise en charge  
médicale  
Si la plaie est à risque tétanigène (présence de particules de terre),  
le statut vaccinal du patient doit être contrôlé. L’interrogatoire  
n’étant pas fiable dans ces situations, un test de dépistage rapide  
des anticorps antitétaniques peut être réalisé aux urgences (en  
concertation avec le laboratoire de biologie), permettant de  
connaître la protection du patient. Devant une plaie à risque  
tétanigène et un patient non protégé, une immunoprophylaxie et  
un vaccin antitétanique doivent être réalisés aux urgences.  
1
97  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Devant toute plaie, dès l’accueil, une décontamination par un lavage est  
réalisée ; il s’agit d’un lavage à l’eau et au savon. Si le patient peut lui-  
même laver sa plaie, il sera installé devant le lavabo de la salle de soins.  
Trois familles d’antiseptiques sont utilisées dans la pratique courante : les  
dérivés iodés, les dérivés chlorés et les biguanides.  
Il est impératif avant l’utilisation d’un antiseptique, de s’enquérir d’éven-  
tuels antécédents allergiques. Si le patient rapporte une allergie, une autre  
famille sera utilisée.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Installation du patient  
Le patient doit être installé confortablement sur un brancard pour l’exa-  
men clinique. Le patient est installé en position allongée ; si la plaie siège  
sur le membre supérieur, celui-ci est disposé sur la table à suture à hauteur  
du brancard.  
La salle d’examen doit permettre au médecin de tourner autour du  
brancard.  
Scialytique orientable.  
Brancard à hauteur réglable.  
Matériel de suture (à usage unique ou non).  
Instruments spécifiques.  
Fil à peau, colle dermique, agrafeuse.  
Collecteurs de déchets.  
Point d’eau.  
Prise en charge de l’urgence vitale  
Pose d’une voie veineuse périphérique.  
Jamais en aval d’une plaie de membre.  
Examens complémentaires  
Radiographie, scanner…  
Examen de la plaie  
Préparer le matériel nécessaire à l’opérateur  
Gants stériles.  
Surblouse.  
1
98  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Lunettes de protection.  
Coiffe chirurgicale.  
Masque chirurgical.  
Lavage, désinfection de la plaie  
Il est recommandé de réaliser le lavage avec du NaCl 0,9 % en raison  
du risque de lyse cellulaire.  
En cas de souillure importante, un premier lavage à l’eau et au savon de  
la zone lésée a été réalisé auparavant.  
L’utilisation d’une seringue pour irrigation de la plaie avec du  
NaCl 0,9 % permet un lavage avec une pression plus importante et éli-  
mine mieux les souillures.  
Dans certains cas, pour compléter ce lavage, l’indication d’un brossage  
permet l’exclusion de corps étrangers adhérents. Il faut alors prévoir  
une analgésie au préalable.  
Une décontamination est ensuite réalisée de manière centrifuge. Il est  
utilisé le même antiseptique qu’au début de la prise en charge en res-  
pectant les compatibilités.  
Le rasage est à proscrire ; on peut utiliser la tondeuse avec parcimonie.  
Analgésie  
Pour certaines localisations, une analgésie locorégionale (ALR) est réali-  
sée, préalablement à l’installation. Il s’agit d’une analgésie de la gaine  
des fléchisseurs pour un doigt, une anesthésie des nerfs radial, médian  
ou ulnaire pour les plaies des mains, ou des blocs de la face pour les  
plaies de cette région.  
Une analgésie par mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde  
d’azote (MEOPA), peut également être proposée soit en complément  
de l’ALR, soit seul pour des gestes d’une durée inférieure à 1 h (plaies  
superficielles, pansements…).  
En attente d’une exploration immédiate ou d’un transfert au bloc,  
lorsqu’une plaie d’un membre saigne au point de gêner l’exploration,  
on installe un garrot pneumatique. Le membre est mis en position ver-  
ticale puis, après une minute, le garrot est gonflé pour être maintenu à  
une pression supérieure à la pression systolique du patient. L’heure de  
pose du garrot est consignée dans le dossier médical. L’utilisation de ce  
matériel doit faire l’objet d’une procédure de service.  
Exploration des lésions  
Le premier temps de l’examen médical est la recherche des lésions pro-  
fondes potentielles ; les tests tendineux et vasculo-nerveux d’aval sont  
réalisés.  
1
99  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Dans certains cas, l’exploration justifie une hémostase de la plaie. Elle  
peut être effectuée par des points ou par un bistouri électrique. L’utili-  
sation d’un bistouri électrique impose des règles précises de manipula-  
tion, devant être connues des soignants (procédure de service).  
Si le médecin constate une lésion profonde, même partielle, le patient  
sera confié au chirurgien pour une prise en charge au bloc opératoire :  
Comme pour les autres situations, un pansement d’attente est réalisé.  
Le transfert du patient est organisé, l’acte opératoire préparé en con-  
certation avec les équipes chirurgicales et anesthésiques.  
Le bilan préopératoire répond aux règles émises par la Société française  
d’anesthésie et de réanimation (SFAR) ; il n’existe pas de bilan préopé-  
ratoire systématique.  
Conditionner le patient pour le bloc et préparer le dossier.  
Le rassurer et faire prévenir la famille.  
Appel du spécialiste :  
Plaie du globe oculaire.  
Embarrure, fuite de LCR.  
Plaie de paupière dépassant le plan cutané ou intéressant le bord libre.  
Plaies profondes des joues, plaie extensive de la langue et de la cavité  
buccale.  
Plaies transfixiantes de l’oreille et du nez.  
Plaies avec perte de substance.  
Si l’exploration a pu être complète et élimine une lésion profonde, la  
réparation cutanée est réalisée aux urgences.  
L’exploration d’une plaie aux urgences impose certaines règles d’hygiène  
à mettre en œuvre, une installation particulière du patient et du médecin :  
Préparer la table de suture avec matériel de suture et anesthésie.  
Assister le médecin.  
Le lavage des mains comprend un lavage simple effectué avec un savon  
non antiseptique et la désinfection des mains effectuée avec un savon  
antiseptique type Scrub ou par une friction alcoolique par solution  
hydro-alcoolique (SHA).  
2
00  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
MATÉRIEL  
Le matériel nécessaire à l’exploration et à la suture d’une plaie comprend :  
porte-aiguilles ;  
pince à griffes ;  
pince(s) hémostatique(s) (une à deux) ;  
paire de ciseaux ;  
cupule pour l’antiseptique ;  
compresses stériles ;  
champ perforé stérile à usage unique ;  
matériel pour l’anesthésie locale : cupule, seringue à usage unique,  
aiguille intradermique ou intramusculaire, aiguille à biseau court et, si  
besoin, un neurostimulateur.  
Parfois, le médecin doit avoir à disposition du matériel complémentaire ;  
écarteurs ;  
système pour un drainage, crins de Florence.  
Le médecin indique le matériel de fermeture ;  
fil résorbable ou non, ainsi que sa taille du 6/0 au 2/0 (le diamètre étant  
inversement proportionnel au premier chiffre) ;  
ou un autre matériel de fermeture (agrafes, colle, sutures adhésives).  
Réparation cutanée  
La suture permet de maintenir le rapprochement des deux berges d’une  
plaie pour faciliter la cicatrisation. Elle justifie de rapprocher chaque plan  
de la profondeur à l’épiderme.  
Lorsque la fermeture des plans profonds ne peut être complète, il sera  
nécessaire d’installer un drainage par des crins de Florence. Il s’agit de fils  
monobrins non résorbables de gros diamètre et peu flexibles. Trois à qua-  
tre d’entre eux sont installés au fond de la plaie, dans son grand axe. Une  
fois la suture terminée, les extrémités des crins sont nouées avec les brins  
restants. Sous  
couvert d’un pansement légèrement compressif, ce drainage est laissé en  
place 2 à 4 jours.  
Toutes les plaies ne justifient pas d’une technique de fermeture. La cicatri-  
sation dirigée, qui suit la cicatrisation spontanée du patient, est indiquée  
lors d’une perte de substance. Elle nécessite alors un suivi en consultation  
pour la réfection des pansements et leur choix en fonction de l’évolution  
du bourgeon.  
2
01  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Après la fermeture de la plaie  
La zone cutanée est nettoyée, pour éliminer les débris et le sang restés  
adhérents en périphérie de la plaie.  
Si la plaie se trouve sur une zone de frottement, un pansement humide ou  
gras est réalisé. En dehors de ces situations la plaie est laissée à l’air libre.  
Des antalgiques doivent être prescrits pour les deux premiers jours.  
Antibiothérapie  
La décision d’instaurer un traitement antibiotique doit tenir compte des  
facteurs de risque d’évolution vers une infection et doit être discutée dans  
les situations suivantes :  
Délai prolongé de prise en charge.  
Présence de souillure (en particulier terre et débris organiques).  
Présence de corps étrangers.  
Certaines plaies par morsures.  
Mécanisme de la plaie par écrasement ou lacération avec présence de  
tissus dévitalisés.  
Ischémie locale, état d’immunodépression, diabète.  
Il n’y a pas lieu de faire de prélèvements bactériologiques systématiques.  
En revanche, l’apparition de signes régionaux ou généraux d’infection,  
comme une lymphangite, des adénopathies ou de la fièvre, doit faire prati-  
quer un prélèvement et débuter une antibiothérapie d’une durée de 10 jours.  
Lors des morsures animales, le patient est dirigé vers un centre  
antirabique pour une décision ou non de traitement contre la  
rage.  
La mise en place d’un pansement adapté (Tulle gras, compresses)  
et suffisamment protecteur d’un choc secondaire est un temps  
infirmier essentiel à l’issue de la suture. Respecter la position  
anatomique et la flexion. Ne pas faire de garrot avec le bandage.  
Sortie  
Lors de la sortie du patient, il faut lui expliquer les suites :  
Réalisation du premier pansement en consultation ou par le patient lui-  
même.  
Ablation de fils à réaliser.  
Surveillance de l’état de la plaie, avec compréhension des signes de  
surinfection.  
2
02  
LÉSIONS TRAUMATIQUES  
3
6
Prise en charge des plaies aux urgences  
Les signes évoquant une complication doivent amener le patient à con-  
sulter en urgence. Ils sont à connaître par le patient et l’infirmier(e)  
organisateur de l’accueil :  
Rougeur.  
Douleur anormale.  
Coloration anormale de la plaie ou des extrémités.  
Écoulement de sang, de liquide, de pus.  
Gonflement.  
Fièvre, frissons.  
Ouverture de la plaie.  
Odeur désagréable.  
Crépitation (bruit de pas dans la neige).  
L’ablation des fils est à programmer dès la sortie (cf. tableau).  
Une fiche de conseil est remise au patient ; elle comprend :  
Suites des soins à réaliser.  
Soins locaux.  
Ablation des fils, drains, agrafes.  
Signes évoquant une complication et imposant une consultation.  
Délai préconisé d’ablation des fils en fonction de la localisation  
Visage  
5 jours  
Paupières  
Cou  
3 jours  
10 à 14 jours  
10 à 14 jours  
6 à 8 jours  
Oreille  
Scalp  
Tronc  
15 à 21 jours  
10 à 14 jours  
15 à 21 jours  
12 à 14 jours  
8 à 10 jours  
12 à 14 jours  
Main  
Membre inférieur  
Pied  
Pénis  
Membre supérieur  
La conférence de consensus réalisé par la Société française de médecine  
d’urgence propose une fiche modèle de surveillance des plaies, ainsi  
qu’une fiche spécifique de prise en charge par l’IOA (p. 44 du document :  
http://www.sfmu.org/documents/consensus/cc_plaies_longue.pdf).  
2
03  
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook