Bienvenue Sur Medecine Pro


INTOXICATIONS  
22  
Intoxication par les fumées d’incendie  
Objectifs  
Assurer une ventilation correcte : 50 % des patients nécessitent une venti-  
lation assistée.  
Traiter les brûlures et les traumatismes associés : les lésions associées sont  
fréquentes (brûlure, traumatismes, blast) et aggravent le pronostic.  
Définition  
L’intoxication par les fumées d’incendie combine trois mécanismes :  
Brûlure thermique.  
Irritation bronchopulmonaire.  
Détresse respiratoire asphyxique.  
Signes  
Les victimes d’incendies peuvent subir une polyagression :  
Brûlure thermique, cutanée et respiratoire.  
Traumatisme : blast par explosion, défenestration dans la fuite, etc.  
Action des toxiques asphyxiants : oxyde de carbone, acide cyanhydri-  
que.  
Altération des fonctions supérieures et coma.  
Collapsus, arrêt cardiaque brutal.  
Acidose métabolique.  
Action des toxiques irritants (acides et vapeurs d’acides nitreuses ou  
chlorhydriques) : irritation oculaire, atteinte ORL avec dysphonie,  
atteinte bronchopulmonaire.  
Premiers gestes – Questions au patient  
Interrogatoire  
L’interrogatoire :  
aide à estimer la conscience, les troubles neurologiques ;  
permet de juger de la raucité de la voix ;  
permet de préciser les circonstances (durée d’exposition, type de feu,  
traumatisme associé, etc.) et les antécédents + allergie.  
Noter la présence de suie dans les narines, sur la langue.  
1
21  
INTOXICATIONS  
2
2
Intoxication par les fumées d’incendie  
Premiers gestes  
Pour la respiration : oxygénothérapie systématique, à fort débit, en FiO2  
100 % sans attendre les résultats du bilan biologique pour corriger une  
hypoxémie et déplacer le CO de l’hémoglobine (saturométrie). Évaluer  
dyspnée et toux.  
Bilan radiologique au lit : une radiographie pulmonaire initiale anormale  
est toujours un signe de haute gravité (recherche d’atélectasie,  
d’œdème, de SDRA).  
Pour la circulation : monitoring scope, PA, pouls.  
Pour la conscience : score de Glasgow.  
Pour les traumatismes : déshabillage complet de la victime.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Bilans  
Le bilan respiratoire est particulièrement attentif :  
recherche de suie dans les voies aérodigestives supérieures (confirme  
l’intoxication) ;  
recherche de signes d’atteinte des voies aériennes supérieures :  
érythème et œdème muqueux au niveau de l’oropharynx, raucité ou  
extinction de la voix ;  
recherche de signes d’atteinte des voies respiratoires : dyspnée, toux,  
douleur thoracique, tachypnée, râles sibilants et crépitants, débit expi-  
ratoire de pointe diminué.  
Le bilan traumatique est particulièrement attentif :  
brûlures : estimation de la surface corporelle brûlée et du degré des  
brûlures (signe une exposition longue aux fumées) ;  
recherche d’un collapsus par brûlure ou par hémorragie interne (trau-  
matique).  
Recherche des facteurs aggravants :  
troubles de la conscience, agitation ;  
intoxication alcoolique ou médicamenteuse ;  
polytraumatismes associés ;  
âges extrêmes : moins de 5 ans et plus de 64 ans ;  
pathologies associées (notamment cardiopulmonaires).  
Le bilan toxicologique recherche :  
une intoxication au CO (prélèvement sur sang hépariné avec seringue à  
gaz du sang et analyse par tout laboratoire hospitalier) ;  
1
22  
INTOXICATIONS  
2
2
Intoxication par les fumées d’incendie  
une intoxication à l’acide cyanhydrique (prélèvement sur tube lithium-  
héparine et analyse par laboratoire de toxicologie spécialisé) ;  
dosage des lactates sériques (intoxication au cyanure associée si  
>
10 mmol/L).  
Le bilan biologique recherche :  
des perturbations respiratoires (gaz du sang) :  
-
-
hypoxémie ;  
acidose métabolique (signe de gravité) ;  
des anomalies associées : ionogramme sanguin, urée, créatinine pertur-  
bés ;  
une augmentation des CPK : insuffisance rénale, rhabdomyolyse chez  
une victime longtemps immobilisée ou écrasée par un pan de mur ou  
une poutrelle.  
Prise en charge  
Prise en charge symptomatique  
Ventilation non invasive (ventilation spontanée et pression expiratoire  
positive) : ce mode de ventilation semble améliorer le pronostic lorsque  
l’intubation n’est pas indiquée.  
Ventilation assistée avec intubation oro-trachéale (cf. encadré).  
Oxygénothérapie hyperbare : en cas d’intoxication oxycarbonée et par  
acide cyanhydrique.  
Compensation des pertes hydroélectrolytiques en cas de brûlures cuta-  
nées.  
QUI INTUBER ?  
Une victime encéphalopathe, confuse, agitée, dysphonique.  
Une victime comateuse ou présentant une brûlure de la face.  
Une victime avec œdème des voies aériennes ou bronchospasme réfrac-  
taire au traitement.  
Une victime avec troubles cardio-circulatoires et modification de l’ECG.  
Prise en charge de l’intoxication par acide cyanhydrique  
Hydroxocobalamine par perfusion en 15 à 30 min : perfusion de  
0 mg/kg (ou 5 g chez l’adulte) à renouveler une fois en l’absence de  
réponse.  
7
1
23  
INTOXICATIONS  
2
2
Intoxication par les fumées d’incendie  
La prise en charge de l’intoxication par acide cyanhydrique est  
systématique s’il y a troubles hémodynamiques ou de la  
conscience.  
Surveillance – Évaluation  
Fonction respiratoire : FR, SpO , auscultation, radiographies pulmonai-  
res répétées.  
2
Fonction cardio-circulatoire : FC, PA, état circulatoire périphérique, ECG  
répétés.  
Mesure de la diurèse.  
État de conscience.  
La radiographie pulmonaire initiale peut être normale.  
INDICATION À HOSPITALISER  
Exposition de plus de 10 minutes dans l’incendie.  
Présence de suie dans les voies aériennes.  
PaO2 < 60 mm Hg (initiale ou après oxygénothérapie en FiO2 100 %).  
Acidose métabolique.  
HbCO > 15 %.  
Bronchospasme.  
Brûlure de la face.  
Fiche 34, Brûlures.  
Fiche 21, Intoxication par le monoxyde de carbone (CO).  
Fiche 62, Prise en charge des polytraumatisés.  
Fiche 117, Intubation.  
Fiche 118, Intubation difficile.  
Fiche 143, Ventilation non invasive.  
1
24  
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook