Bienvenue Sur Medecine Pro


Urgences non traumatiques  
DÉFAILLANCE CIRCULATOIRE AIGUË  
DÉFAILLANCE CIRCULATOIRE AIGUË  
1
États de choc  
Objectifs  
L’état de choc est une urgence vitale de mauvais pronostic qui impose :  
une prise en charge précoce ;  
un travail en équipe indispensable qui allie qualité et rapidité ;  
une surveillance constante du patient.  
Définition  
L’état de choc est une insuffisance circulatoire responsable de souffrance  
d’organes. Le système cardiovasculaire est alors incapable de fournir aux  
tissus une quantité suffisante d’oxygène pour maintenir le métabolisme  
cellulaire. Il faut le distinguer du collapsus, qui n’est qu’une baisse transi-  
toire de la pression artérielle.  
Les différents états de choc :  
Choc cardiogénique : Insuffisance circulatoire aiguë consécutive à une  
défaillance fonctionnelle primaire de la pompe cardiaque (IDM, EP, tam-  
ponnade, dissection aortique).  
Choc non cardiogénique :  
Choc hypovolémique :  
-
par perte réelle de la masse volémique circulante (choc hémorragique,  
déshydratation, hémolyse) ;  
-
par modification du contenant qui augmente (choc vasoplégique,  
choc anaphylactique).  
Choc septique : anoxie brutale des tissus par incapacité d’utilisation de  
l’O en rapport avec une infection bactérienne, et ce indépendamment  
2
de tout trouble des échanges gazeux.  
OXYGÉNATION TISSULAIRE  
La fonction essentielle du système circulatoire est d’assurer l’approvision-  
nement en oxygène des tissus. L’oxygénation tissulaire dépend de quatre  
paramètres principaux :  
le débit cardiaque ;  
les résistances vasculaires périphériques ;  
la saturation en oxygène du sang ;  
le taux d’hémoglobine.  
4
DÉFAILLANCE CIRCULATOIRE AIGUË  
1
États de choc  
Des mécanismes compensatoires sont mis en jeu pour corriger de façon  
limitée et transitoire la défaillance : augmentation du tonus sympathique  
(tachycardie et hypercontractilité cardiaque), redistribution du sang vers  
les organes nobles (rein, cerveau…), sécrétion de vasoconstricteurs, aug-  
mentation des résistances vasculaires périphériques. Lorsque la carence en  
apport d’oxygène se poursuit, des phénomènes d’ischémie tissulaire appa-  
raissent et le métabolisme cellulaire devient anaérobie. La production  
d’énergie (ATP) se fait alors par la dégradation du sucre (glycolyse anaéro-  
bie). Cette voie de secours est non seulement moins efficace, mais, surtout,  
elle produit de l’acide lactique responsable d’une acidose métabolique.  
Premiers gestes – Questions au patient  
L’évaluation initiale à l’accueil est d’abord fondée sur l’observation cli-  
nique. La perception de signes d’un état de choc doit conduire l’IOA à  
accompagner le patient en SAUV sans délai.  
Signes :  
Hypotension.  
Extrémités froides, marbrures, sueurs, pâleur.  
Tachycardie.  
Pouls filant.  
Agitation et altération de la conscience.  
Polypnée.  
L’interrogatoire est réduit au minimum en cas d’atteintes majeures  
des fonctions vitales (tachycardie, hypotension, dyspnée,  
marbrures).  
Interrogatoire  
Il permet de connaître les antécédents médicaux et chirurgicaux du  
patient, le traitement, les circonstances de survenue des signes, par le biais  
de la famille et des acteurs sanitaires ayant pris en charge le patient.  
Premiers gestes  
Installation en salle de déchocage.  
Installation buste relevé.  
Déshabillage du patient.  
Monitorage : avec surveillance de la PA, du pouls, de la saturation en  
O et de la FR en continu. La première PA doit être prise aux deux bras.  
2
5
DÉFAILLANCE CIRCULATOIRE AIGUË  
1
États de choc  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Rassurer le patient : calmer son angoisse, expliquer les traitements et  
l’environnement, pour une coopération totale lors des soins.  
Oxygénothérapie au masque haute concentration.  
Perfuser avec cathéters veineux périphériques courts et de gros calibres  
(
14 G ou 16 G) ; deux voies veineuses périphériques sont habituelle-  
ment requises.  
Remplissage vasculaire pour restaurer la perfusion tissulaire en oxygène.  
ECG 18 dérivations (en cas de douleur thoracique).  
Bilan sanguin sur prescription  
permettant d’apprécier le retentissement du choc et d’en identifier  
l’étiologie : ionogramme, NF-plaquettes, GDS, lactates, TP ;  
et en fonction de l’étiologie : ± CRP, ± hémocultures, ± groupe et RAI,  
±
CPꢀ-Mꢁ et troponine, ± bilan hépatique et pancréatique.  
Traitement  
Traitement symptomatique  
Remplissage vasculaire à l’aide de colloïdes (macromolécules) ou de cris-  
talloïdes (solutés glucosés, chlorure de sodium).  
Catécholamines permettant d’augmenter les résistances vasculaires  
périphériques et ou la contractilité myocardique : dobutamine, dopa-  
mine, noradrénaline, adrénaline.  
Oxygénothérapie.  
Traitements spécifiques à chaque état de choc  
Transfusion (choc hypovolémique).  
Antibiothérapie (choc septique).  
Thrombolyse, angioplastie et pontage coronarien (choc cardiogénique).  
Dérivés nitrés (réduire la congestion pulmonaire, augmenter la perfu-  
sion tissulaire), diurétique (réduire la volémie donc la congestion).  
Adrénaline, corticoïdes, antihistaminiques (choc anaphylactique).  
En fonction de la gravité et lors de la nécessité d’un transfert  
secondaire, le patient pourra être pourvu d’une voie veineuse  
centrale (préférentielle pour les amines) et d’un cathéter artériel  
(
surveillance tensionnelle).  
6
DÉFAILLANCE CIRCULATOIRE AIGUË  
1
États de choc  
Imagerie  
Radiographie pulmonaire.  
Scintigraphie (EP).  
Coronarographie (IDM).  
ꢁodyscan.  
Surveillance – Évaluation  
Noter les constantes ainsi que l’évolution clinique du patient (toutes les  
0 min) dans le dossier de soins.  
3
Noter les éventuelles apparitions de signes de gravité.  
Surveiller l’état de conscience du patient grâce au score de Glasgow.  
Évaluer la douleur pour adapter l’antalgie.  
Veiller au confort et à la sécurité du patient.  
Noter les effets secondaires des traitements (fibrinolytiques, hépa-  
rine…).  
Veiller au respect des règles transfusionnelles et à la transmission de  
tous les éléments du dossier transfusionnel.  
7
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook