Bienvenue Sur Medecine Pro


SYNDROME HÉMORRAGIQUE  
SYNDROME HÉMORRAGIQUE  
18  
Hémorragie digestive haute  
Objectifs  
Évaluer qualitativement et quantitativement l’hémorragie.  
Repérer les signes cliniques et paracliniques de gravité.  
Gérer le patient sur le plan vital et psychologique.  
Définition  
Hématémèse : vomissement par la bouche de sang rouge ou digéré.  
Ne pas confondre avec une hémoptysie qui est un crachement de  
sang au cours d’une quinte de toux, ou suite à la morsure de  
langue lors d’une crise d’épilepsie, ou une épistaxis déglutie.  
Les hémorragies représentent 65 000 cas par an, 2 000 décès ; deux tiers  
des patients sont des hommes dont l’âge moyen est de 64 ans.  
Étiologie : varices œsophagiennes ou gastriques rompues, ulcère gastri-  
que ou duodénal, gastrite aiguë.  
La prise de bêtabloquant a diminué le nombre d’hémorragie digestive  
chez les personnes atteintes de cirrhose.  
La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, d’Aspirine doit être évitée  
car ils favorisent l’hémorragie digestive.  
Premiers gestes – Questions au patient  
Interrogatoire  
Identifier à quand remonte le premier vomissement.  
Identifier le nombre de fois que la personne a vomi.  
Demander si les vomissements sont en jet.  
Identifier si l’hémorragie est consécutive à une prise d’anti-inflammatoi-  
res non stéroïdiens ou d’Aspirine.  
Identifier si la personne est sous anticoagulant.  
Identifier si le patient a des antécédents de maladie digestive telle que  
cirrhose, varices œsophagiennes ou antécédent d’hémorragie digestive,  
existence d’un alcoolisme chronique.  
Installation prioritaire en SAUV, car risque de choc hypovolémique.  
1
04  
 
SYNDROME HÉMORRAGIQUE  
1
8
Hémorragie digestive haute  
Premiers gestes  
Évaluer quantitativement et qualitativement la perte de sang depuis le  
début de l’épisode (interrogatoire du patient, de l’entourage et des  
acteurs sanitaires).  
Évaluer de façon globale les signes cliniques de gravité (polypnée, cya-  
nose, troubles de la conscience, marbrures, pâleur, froideur…).  
Évaluation des fonctions vitales (FC, PA, SpO + Hémocue).  
Installer le patient sur un brancard en position semi-assise, mettre à sa  
disposition un haricot, mettre les barrières pour assurer sa sécurité.  
2
Laisser à jeun.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Évaluer l’état clinique et paraclinique afin d’identifier l’état général du  
patient et mettre en place les premiers gestes.  
Enlever l’éventuel dentier du patient dès son entrée.  
Installer en position demi-assise pour éviter l’inhalation, la personne  
supporte difficilement d’être allongée.  
Poser un ou deux accès veineux de gros calibre (16 gauges) ; le but est  
de perfuser de grosses molécules, du sang, des solutés de remplissage  
rapidement en cas d’état de choc.  
Scoper la personne pour avoir les paramètres vitaux en continu.  
Oxygénothérapie si la saturation en oxygène est inférieure à la normale.  
Mise en place sur prescription d’une sonde gastrique à double courant  
(
Charrière 18, sonde de Salem) en aspiration douce : éviter les vomisse-  
ments.  
Lors du temps de diagnostic et de soin, il y a surveillance et  
recherche des signes d’alarme :  
Évaluer la quantité de sang émise, la couleur (rose claire, rouge).  
Pour l’état circulatoire : la pression artérielle est inférieure à la normale,  
ce qui peut être dû à une hypovolémie, un état de choc. Le pouls est  
rapide, filant.  
Le faciès est pâle, les extrémités cyanosées et froides, le corps marbré.  
La température peut être inférieure à la normale.  
Pour la conscience : ouverture des yeux, réponse aux questions,  
réponse motrice sont des éléments pour évaluer le score de Glasgow.  
Pour la respiration : la fréquence respiratoire est augmentée (polypnée),  
la saturation en oxygène est diminuée (en air en ambiant, inférieur à  
90 %).  
1
05  
SYNDROME HÉMORRAGIQUE  
1
8
Hémorragie digestive haute  
Pour l’élimination : le patient urine peu.  
Pour la surveillance de l’hémoglobine : l’Hémocue permet d’identifier  
une anémie.  
Le matériel d’intubation est prêt en cas d’aggravation.  
Une personne présentant une hématémèse peut rapidement  
évoluer vers un état de choc.  
Bilans  
Bilan biologique :  
Ionogramme pour identifier un déséquilibre hydroélectrolytique : risque  
d’hypokaliémie suite aux vomissements.  
NFS-plaquettes : l’hémorragie diminue le taux de globules rouges ainsi  
que l’hémoglobine (risque d’anémie).  
TP, TCA : recherche d’une perturbation de la coagulation du sang et  
INR en cas de traitement AVK.  
Groupe sanguin (deux déterminations), rhésus, bilan prétransfusionnel  
avec les RAI : le risque d’anémie est majeur.  
Électrocardiogramme, recherche d’une hypokaliémie.  
Prise en charge  
Mise sous scope, PA, pouls, température. L’oxymétrie transcutanée est  
systématique et doit être régulièrement prise au cours de la prise en  
charge.  
Écrire les différents paramètres sur une feuille de surveillance (traçabi-  
lité).  
Surélever les jambes pour favoriser le retour veineux et agir sur la pres-  
sion artérielle.  
Après la pose de la sonde gastrique, réaliser une radiographie vérifiant  
son emplacement.  
Régler les fourchettes des alarmes du scope.  
Le vomissement de sang est une situation anxiogène. Rassurer le  
patient en lui expliquant les soins, la situation.  
Lavage gastrique  
Cf. Fiche 113.  
Le port de gants par les soignants est systématique lors du lavage  
gastrique afin de se protéger des risques infectieux.  
1
06  
SYNDROME HÉMORRAGIQUE  
1
8
Hémorragie digestive haute  
Fibroscopie gastrique  
Trente minutes avant la fibroscopie (FOGD), l’infirmière passe en perfusion  
50 mg d’érythromycine, ce qui assure la vidange de l’estomac avant  
2
l’examen et permet au médecin de le visualiser.  
Le médecin identifie l’étiologie de l’hémorragie digestive lors de la fibros-  
copie. Il peut, au cours de la fibroscopie, scléroser par injection d’adréna-  
line les varices.  
Traitement médicamenteux  
Prescription d’un inhibiteur de la pompe à protons ou un anti-H2  
Mopral) à administrer par voie veineuse.  
(
En pompe à débit constant, injection de somatostatine (Sandostatine,  
Modustatine), vasoconstricteur diminuant la pression veineuse au  
niveau des varices.  
Transfusion de culots globulaires en cas d’anémie.  
Évaluation – Surveillance  
Les traitements diminuent puis arrêtent l’hémorragie.  
La pression artérielle et le pouls sont de nouveau dans les normes.  
Le patient a un teint coloré.  
Fiche 113, Évacuation gastrique en urgence.  
1
07  
× Home
  • Urgences non traumatiques
  • Déficit neurologique
  • Palpitations
  • Hypothermie accidentelle
  • Coup de chaleur
  • Surdité brusque, acouphènes
  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
  • Intoxication par les fumées d’incendie
  • Suspicion de syndrome coronaire aigu
  • Suspicion d’embolie pulmonaire
  • Fièvre : orientation diagnostique
  • Infection urinaire fébrile
  • Pneumopathies
  • Paludisme
  • Prurit
  • Infections cutanées
  • Hypoglycémie
  • Épilepsie de l’adulte
  • Dyspnée laryngée chez l’adulte
  • Asthme
  • Hypertension artérielle
  • Vertige
  • Chutes à répétition
  • Hypovolémie
  • Hémorragie digestive haute
  • Rectorragies
  • États de choc
  • Coma toxique
  • Douleur abdominale non traumatique
  • Douleurs de membre ou du rachis
  • Algie faciale
  • Méningite
  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Choc septique
  • Brûlures
  • Brûlures oculaires par produits
  • Prise en charge des plaies aux urgences
  • Œdèmes
  • Éruptions
  • Coma
  • Anémie
  • Hyperglycémie
  • Hyperglycémie
  • Accident vasculaire cérébral
  • Malaise
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook