Bienvenue Sur Medecine Pro


PÉDIATRIE  
74  
Corps étranger des voies aériennes  
1
inférieures chez l’enfant  
Objectifs  
Connaître le syndrome de pénétration bronchique.  
Il faut toujours croire un patient qui se plaint d’un corps étranger.  
Définition  
Les corps étrangers des voies aériennes inférieures peuvent se voir aussi  
bien chez l’enfant que chez l’adulte, mais le syndrome de pénétration  
bronchique chez l’enfant présente un tableau typique (circonstances,  
clinique).  
Ce peut être une véritable urgence mais, parfois, il est passé inaperçu  
lors de l’accident parce que l’enfant jouait seul quand il a inhalé un petit  
jouet qu’il portait à la bouche.  
Le plus souvent, lorsqu’on assiste à l’accident, le diagnostic est facile.  
SYNDROME DE PÉNÉTRATION BRONCHIQUE CHEZ LENFANT  
Circonstances : mouvement brusque, bousculade, chute.  
L’objet est avalé involontairement et ne suit pas la voie naturelle mais  
franchit la margelle et passe les cordes vocales.  
Selon sa taille il peut :  
se bloquer dans la sous-glotte (endroit le plus étroit de la partie haute de  
l’arbre respiratoire) ;  
tomber dans la trachée et y rester car il est trop gros pour entrer dans  
une bronche souche (généralement la droite qui suit à peu près l’axe de la  
trachée) ;  
entrer dans une bronche souche et même poursuivre son trajet jusqu’à  
une bronche dont le diamètre n’est pas suffisant pour la taille du corps  
étranger.  
L’enfant est pris d’une quinte de toux extrêmement violente avec  
asphyxie et lutte. Le visage est convulsif, les muscles du cou tendus à  
l’extrême. L’enfant fait tous les mouvements possibles pour essayer  
d’expulser le corps étranger sans y parvenir.  
1. Pour les autres corps étrangers ORL : cf. Fiche 56.  
3
38  
PÉDIATRIE  
7
4
Corps étranger des voies aériennes inférieures  
Il peut mourir pendant cette pénétration dans le cas, surtout, où le corps  
étranger est bloqué dans le larynx.  
Mais, le plus souvent :  
En un quart d’heure vingt minutes, la crise s’apaise.  
L’enfant est exténué et couvert de sueurs.  
Se sentant coupable d’une grosse bêtise, s’il est seul, il ne va rien dire à  
ses parents.  
Il se couche par terre et va même s’endormir quelques instants.  
Quand il se réveille, il n’y a plus de trace de l’accident et il reprend ses jeux.  
Si la mère est présente, elle conduit son enfant aux urgences.  
Signes  
Trois tableaux sont à envisager :  
Il existe une détresse ou bien l’état de l’enfant inquiète.  
Il n’y a pas de détresse mais l’entourage ou le parent décrit très bien le  
syndrome de pénétration.  
Le syndrome de pénétration est passé inaperçu et c’est à l’occasion d’un  
cliché pulmonaire ou pour une infection pulmonaire récidivante que  
l’on découvre une atélectasie pulmonaire traduisant l’exclusion d’un  
territoire du poumon.  
Premiers gestes – Questions au patient  
En cas de détresse ou d’état inquiétant  
Transférer immédiatement l’enfant dans un centre spécialisé qui dis-  
pose et du matériel et des spécialistes.  
Le diagnostic étant évident, il n’y a rien d’autre à faire.  
Les manœuvres de compression thoracique de Mofenson ou  
d’Heimlich sont toujours inefficaces en cas de détresse et épuisent  
encore plus l’enfant.  
En cas d’extrême urgence (l’enfant n’atteindra pas le centre), on  
peut tenter une trachéotomie aux urgences.  
Interrogatoire  
Notion d’introduction d’un corps étranger, de syndrome de pénétration  
bronchique, de syncopes.  
3
39  
PÉDIATRIE  
7
4
Corps étranger des voies aériennes inférieures  
Premiers gestes  
Subodorer l’urgence : corps étranger bronchique qui a déjà fait une ou  
deux syncopes.  
L’entourage décrit le syndrome de pénétration bronchique  
Il faut rassurer les parents, d’autant que l’enfant va de mieux en mieux  
depuis sa grande crise de toux.  
Expliquer qu’il faut retirer ce corps étranger bronchique et le faire  
d’autant plus vite qu’il s’agit d’un aliment ou d’un objet susceptible de  
fermenter dans la bronche.  
On pourra demander des clichés et repérer le corps étranger et la bron-  
che qui le recèle.  
L’enfant est hospitalisé dans le centre qui est équipé pour ce type d’acci-  
dent.  
Le soignant doit anticiper pour raccourcir le délai d’extraction.  
Le syndrome de pénétration est passé inaperçu  
Le soignant qui accueille ce patient suspect d’avoir inhalé un corps étran-  
ger doit tout faire pour obtenir de l’enfant qu’il raconte cet épisode.  
Évaluation – Surveillance  
Lorsque tout a été prévu pour l’extraction du corps étranger et qu’il ne  
reste qu’à trouver une place, la surveillance s’impose mais elle n’a pas  
de caractère particulier.  
Cependant, si l’enfant a fait des syncopes ou en fait aux urgences, il  
faut avoir de quoi y parer.  
Une trachéotomie est toujours possible et il est nécessaire d’avoir  
aux urgences une boîte toute prête, l’intubation n’étant jamais  
aussi efficace qu’une trachéotomie si le corps étranger est trachéal.  
Fiche 56, Corps étranger ORL.  
3
40  
× Home
  • Urgences en pathologie materno-foetale et pédiatrie
  • Convulsion chez l’enfant
  • Corps étranger des voies aériennes
  • Douleur abdominale chez l’enfant
  • Accouchement inopiné
  • Éclampsie
  • Hémorragie du post-partum précoce
  • Grossesse extra-utérine
  • Traumatisme durant la grossesse
  • Dyspnée laryngée chez l’enfant
  • Fièvre chez l’enfant
  • Diarrhée chez l’enfant
  • Déshydratation aiguë du nourrisson
  • Dyspnée chez l’enfant
  • Asthme chez l’enfant
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook