Bienvenue Sur Medecine Pro


SITUATIONS MÉDICO-LÉGALES  
SITUATIONS MÉDICO-LÉGALES  
85  
Complications physiques aiguës  
des drogues  
Objectifs  
Reconnaître une intoxication.  
Connaître les grandes familles parmi la variété des substances illicites pré-  
sentes sur le marché ou les médicaments détournés de leur usage.  
Reconnaître les signes de gravité.  
Savoir orienter pour un sevrage après l’épisode aigu des urgences.  
Les patients admis pour intoxications aux stupéfiants sont admis comme  
tout patient.  
Signes  
Insuffisance respiratoire et arrêt respiratoire pour les opiacés (substan-  
ces naturelles : opium, morphine, méthadone, codéine, et substances  
synthétiques : héroïne, buprénorphine — Subutex, Temgésic) et les  
tranquillisants de type benzodiazépines, éventuellement associés avec  
l’alcool.  
Hyperthermie, troubles cardiovasculaires et neurologiques pour les exci-  
tants de type cocaïne et amphétamines.  
Troubles du comportement : agressivité, anxiété ou excitation (cocaïne,  
ecstasy, dopants), hallucinations (cannabis, LSD, colle, kétamine, cham-  
pignons…).  
Le cannabis riche en principe actif peut occasionner des troubles  
proches de ceux provoqués par la cocaïne et les amphétamines.  
Overdose aux opiacés  
Les signes cliniques d’une overdose aux opiacés commencent 2 à 5 min  
après l’injection ou la consommation de drogue fumée en cigarette ou en  
pipe à eau :  
Myosis serré bilatéral.  
Coma calme, pas d’hallucinations.  
Dépression respiratoire avec FR < 10.  
Cyanose généralisée.  
Hypotension artérielle.  
3
89  
SITUATIONS MÉDICO-LÉGALES  
8
5
Complications physiques aiguës des drogues  
Hypothermie.  
Bradycardie.  
Complications :  
Arrêt respiratoire.  
Hypothermie.  
Œdème aigu pulmonaire lésionnel.  
Pneumopathie d’inhalation.  
L’arrêt respiratoire est le risque majeur.  
Intoxication à la cocaïne ou aux amphétamines  
Les signes cliniques d’une intoxication à la cocaïne ou aux amphétamines  
commencent 2 à 5 min après l’injection ou la consommation de drogue  
fumée en cigarette ou en pipe à eau :  
Mydriase bilatérale :  
aréactive : amphétamines ;  
réactive : ecstasy.  
Coma avec convulsions (type état de mal).  
Tachycardie et troubles du rythme.  
Hypertension artérielle.  
Hyperthermie.  
Hallucinations  
Complications :  
Arrêt cardiaque.  
Hyperthermie sévère.  
Troubles neurologiques à type d’hémiplégie ou de paralysie partielle.  
Lésions ischémiques (infarctus du myocarde, infarctus cérébraux).  
Les troubles du rythme conduisant à l’arrêt cardiaque sont le risque  
majeur.  
Sevrage aux opiacés  
Stade 0 : anxiété, agitation débutante.  
Stade 1 : hypersécrétion nasale, lacrymale et sudorale.  
Stade 2 : mydriase.  
Stade 3 : tachycardie, HTA, hyperthermie.  
Stade 4 : déshydratation, vomissements, diarrhée.  
3
90  
SITUATIONS MÉDICO-LÉGALES  
8
5
Complications physiques aiguës des drogues  
Prise en charge  
Overdose aux opiacés  
Stimuler la respiration, oxygénothérapie.  
Tout surdosage à l’héroïne doit être traité par naloxone (antagoniste  
morphinique), Narcan, en cas de dépression respiratoire ou de coma.  
Surveillance pendant l’administration du Narcan par voie IV et en perfu-  
sion :  
FR (++).  
État de vigilance et de conscience.  
Lutter contre l’hypothermie.  
Si le Narcan est inefficace ou en cas de persistance du coma : prépara-  
tion à l’intubation.  
Le réveil ne doit pas être trop brutal car il y a risque d’apparition  
de troubles du comportement, risque de fugue et, si la dose est  
insuffisante, possibilité d’une récidive rapide du coma et de la  
dépression respiratoire.  
En cas de gravité : réanimation avec intubation et ventilation  
artificielle.  
Intoxication aiguë aux excitants de type cocaïne  
ou amphétamines.  
Traitement de l’hyperthermie.  
Traitement des effets excitants et du risque convulsif (benzodiazépines  
antiépileptiques de type diazépam, Valium, ou clonazépam, Rivotril).  
Traitement symptomatique des effets vasculaires : hypertension, isché-  
mie.  
Traitement symptomatique des complications éventuelles vasculaires  
cérébrales ischémiques ou hémorragiques.  
Contrôle de l’ECG.  
Orientation  
Patient conscient : UHCD.  
Patient inconscient ou présentant des troubles cardiaques ou neurolo-  
giques : réanimation.  
3
93