Bienvenue Sur Medecine Pro


MALTRAITANCE, VIOLENCES  
82  
Victime de violences conjugales  
Objectifs  
Évaluer le traumatisme physique et psychique.  
Mettre en place les gestes de première urgence.  
Gérer la victime tant sur le plan des soins que sur le plan social et médico-  
légal.  
Définition  
La violence est un délit aggravé s’il est commis par le conjoint ou le  
concubin de la victime, ou l’ex-conjoint ou l’ex-concubin depuis la  
loi d’avril 2006.  
La violence conjugale a de multiples aspects :  
Violences physiques.  
Violences verbales : réaction de stress aigu possible.  
Violence psychologique : la présentation de la victime sera un tableau  
dépressif ou un passage à l’acte en réaction (tentative de suicide par  
divers moyens).  
Violence économique : avec carence alimentaire et/ou carence en soins  
associées.  
Violences sexuelles : reconnues depuis la loi d’avril 2006 comme des  
violences sexuelles aggravées si elles sont occasionnées par un mari ou  
un ex-mari, un concubin ou un ex-concubin.  
Premiers gestes – Questions au patient  
Interrogatoire  
Amenée par les pompiers, la police, des voisins ou venant d’elle-  
même, la victime peut venir aussi amenée par son compagnon  
pour chute accidentelle.  
L’interrogatoire doit néanmoins être mené en dehors de la  
présence du mari ou concubin accompagnant.  
La victime doit toujours être vue seule loin de tout son entourage, dans un  
endroit isolé et à l’abri des regards. Ces violences entraînent toujours une  
grande culpabilité de la part de la victime.  
Quel type de violence a-t-elle subi ? À plusieurs reprises ? Depuis  
quand ?  
3
75  
MALTRAITANCE, VIOLENCES  
8
2
Victime de violences conjugales  
La victime veut-elle prévenir un proche, la police ou la gendarmerie ?  
De quoi se plaint-elle le jour de la prise en charge ?  
A-t-elle besoin d’un traitement antalgique ?  
A-t-elle besoin d’un soutien psychologique immédiat ?  
A-t-elle besoin d’un soutien social immédiat (hébergement, mesures de  
protection, etc.) ?  
ÉVALUATION PSYCHOLOGIQUE INFIRMIÈRE DU DISCOURS  
DE LA VICTIME PENDANT LENTRETIEN  
Impatience.  
Raisonnement confus.  
Agitation.  
Idées suicidaires exprimées.  
Déni des faits ou de la gravité des faits.  
Banalisation de la violence ou minimisation.  
Angoisse.  
Évitement du regard.  
Premiers gestes  
Évaluer les lésions et leurs répercussions sur l’état général de la victime.  
Évaluation des constantes primordiales :  
Respiration : rythme et amplitude ; mesure de la saturation d’oxygène  
en air ambiant inférieure.  
Circulation : FC, nature du pouls (accéléré, régulier ou non…), mesure  
de la pression artérielle.  
Conscience : score de Glasgow.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Bilans  
Bilan lésionnel  
Il est particulièrement attentif. Chez une victime de violences conjugales  
pouvant être répétitives, la recherche de lésions d’âges différents est pri-  
mordiale. Au mieux, pour le bilan lésionnel, radiographies et photogra-  
phies seront réalisées.  
Bilan psychotraumatique  
Il évalue notamment le risque suicidaire.  
Prise en charge des lésions physiques  
Cf. Fiche 81, Victime de violences.  
76  
3
MALTRAITANCE, VIOLENCES  
8
2
Victime de violences conjugales  
Prise en charge des lésions psychologiques  
L’entretien avec le soignant doit être fait de manière bienveillante, sans  
jugement, mais avec mise à distance du soignant : ne pas s’impliquer. Il a  
pour but de faire une première évaluation psychologique de la victime et  
de lui proposer toutes les solutions adaptées, notamment un examen et  
un bilan psychiatrique aux urgences si la personne est particulièrement à  
risque.  
Dépôt de plainte  
Expliquer à la victime les procédures existantes lui permettant de dépo-  
ser plainte ou de faire appel à des structures existantes.  
Lui indiquer qu’en cas de non-dépôt de plainte, si la victime le refuse,  
un certificat médical descriptif peut être gardé pour elle et qu’elle peut  
se faire utilement conseiller par des associations d’aide aux victimes.  
Ne pas influencer la décision ; respecter celle-ci.  
En cas de non-dépôt de plainte lui donner plusieurs conseils pratiques :  
Apprendre par cœur un numéro d’urgences.  
Protéger les papiers importants, en faire des photocopies.  
Préparer si possible une valise au cas où, et la déposer chez une per-  
sonne de confiance.  
Essayer de trouver des personnes ressources.  
Fournir les adresses d’associations d’aide.  
Le rôle infirmier est aussi un rôle de conseil pour les démarches à  
entreprendre, si la victime veut déposer plainte : l’infirmier(e) la  
renseigne entre autres sur les nouvelles mesures en faveur des  
victimes de violences conjugales contenues dans la loi d’avril 2006  
(
dont l’éviction du domicile du mari violent, par décision  
judiciaire).  
Surveillance – Évaluation  
La bonne gestion du trauma, le traitement de la douleur, la prise en charge  
psychologique sont primordiales dans la prise en charge de toute victime  
de violences conjugales.  
3
77  
MALTRAITANCE, VIOLENCES  
8
2
Victime de violences conjugales  
DISPOSITIONS LÉGALES  
L’infirmier(e) doit renseigner la victime sur les formalités utiles pour dépo-  
ser plainte ou faire signaler les violences, dans le respect des conditions  
légales.  
La loi d’avril 2006 a renforcé les mesures de protection des victimes de vio-  
lences dans le couple (marié ou en concubinage, pendant et après la vie  
commune).  
Le certificat fait figurer une durée d’incapacité totale (au sens pénal) qui  
n’est pas un arrêt de travail professionnel mais la durée de la gêne réelle et  
totale à faire les gestes de la vie courante, comme se vêtir, faire sa toilette,  
s’habiller, se nourrir.  
Un certificat médical doit toujours être établi et un double gardé  
dans le dossier.  
Fiche 80, Maltraitance : dépistage et conduite à tenir aux urgences.  
Fiche 81, Victime de violences.  
Fiche 83, Victime adulte de violences sexuelles.  
Fiche 78, Prise en charge de la crise suicidaire.  
Fiche 107, Douleur (évaluation de la –).  
Fiche 108, Douleur (traitement de la –).  
3
78  
× Home
  • Situations médico-sociales
  • Mort subite du nourrisson
  • Prise en charge d’un patient décédé
  • Prélèvements post mortem et autopsie
  • Victime de violences (généralités)
  • Victime de violences conjugales
  • Violences sexuelles chez l’adulte
  • Complications physiques aiguës
  • Complications psychiatriques
  • Annonce des mauvaises nouvelles
  • Patient âgé et urgences
  • Victime d’accident de travail
  • Prélèvements d’organes à visée
  • Maltraitance : dépistage et conduite
  • Violences sexuelles chez l’enfant
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook