Bienvenue Sur Medecine Pro


PATIENT ÂGÉ  
PATIENT ÂGÉ  
79  
Patient âgé et urgences  
Objectifs  
Alors que la formation des soignants se fonde sur la monopathologie des  
sujets jeunes, se trouver face à des pathologies intriquées peut déstabili-  
ser, surtout dans le cadre des urgences. Afin d’y remédier :  
Être à l’écoute du patient âgé.  
L’examiner de façon systématique sans banaliser le ou les symptômes  
qu’il présente.  
Ne pas rattacher à l’âge tout ce qui est observé.  
Définition  
Les polypathologies sont particulièrement fréquentes chez les sujets âgés.  
Il s’agit de l’accumulation de pathologies au cours de la vie, certaines  
séquellaires, d’autres actives, qui rendent difficiles l’interprétation d’un  
symptôme et sa recherche étiologique.  
L’existence de polypathologies est un cadre trompeur.  
Il faut savoir distinguer :  
le vieillissement physiologique d’un organe ;  
les pathologies chroniques stables ;  
les événements intercurrents décompensant l’équilibre de santé initial.  
C’est le traitement des facteurs déclenchants qui permettra le retour à  
l’état de santé antérieur.  
Trop souvent, les urgences du patient âgé sont méconnues,  
banalisées, retardées. La conséquence est l’aggravation des  
symptômes et l’apparition précoce de complications.  
CONCEPT DE LÉVALUATION GÉRONTOLOGIQUE  
Il consiste en un examen clinique détaillé associé à l’étude systématique :  
de l’autonomie au quotidien ;  
de l’état fonctionnel et sensoriel (vue, audition, marche…) ;  
de l’état nutritionnel ;  
des fonctions cognitives habituelles ;  
de l’humeur ;  
des conditions de vie et de gestion administrative ;  
de l’observance médicamenteuse ;  
de son entourage.  
3
60  
PATIENT ÂGÉ  
7
9
Patient âgé et urgences  
Premiers gestes – Questions au patient  
Rôle de l’infirmière organisatrice de l’accueil :  
Motif d’arrivée.  
Recueil de données avec le patient, l’entourage, les services de secours :  
autonomie, conditions de vie, anamnèse.  
Prise de constantes systématiques : PA, pouls, température.  
Saturométrie, score de Glasgow, glycémie capillaire.  
Algie : EVA, localisation.  
Antécédents et allergie.  
Autonomie motrice à l’arrivée. Évaluation neurologique.  
Évaluation clinique.  
L’orientation et la prise en charge sont réalisées selon le degré d’urgence  
constaté par l’IOA :  
Urgence absolue : installation immédiate en SAUV :  
Urgence relative : évaluation et prise en charge rapides :  
Consultation d’urgence :  
Consultation sans rendez-vous ou de médecine générale.  
L’arrivée aux urgences d’un patient âgé déclenche la mise en œuvre de  
moyens diagnostiques habituellement appliqués à l’adulte jeune.  
Il est parfois difficile d’obtenir précisément l’anamnèse, le motif et les cir-  
constances déclenchant la venue à l’hôpital du patient âgé. Ceci est lié au  
stress, à la perte des repères habituels, à l’existence de troubles cognitifs  
ou de la vigilance, ou encore à la négligence du patient lui-même.  
L’interrogatoire du patient âgé commence à l’accueil puis sera complété  
par celui de sa famille et de son entourage habituel (aide à domicile, voi-  
sins), et par les renseignements obtenus auprès de son médecin traitant.  
Prise en charge – Bilans, traitement  
Passage en salle de soins.  
Installer confortablement et préparer le patient âgé pour faciliter l’exa-  
men clinique du médecin.  
L’aider à se déshabiller, tout en préservant sa pudeur.  
Observer l’état cutané, la présence de patch, pansements…  
Être attentif à la présence de lésions traumatiques et de douleur à la  
mobilisation.  
3
61  
PATIENT ÂGÉ  
7
9
Patient âgé et urgences  
Réaliser un ECG systématique.  
Prélèvements sanguins et pose de perfusion sur prescription médicale.  
Expliquer chaque acte et décision pris afin de diminuer l’anxiété du  
patient et d’obtenir son adhésion aux soins, surtout en cas de troubles  
sensoriels (vue, ouïe).  
La vérification du lever et de la marche est nécessaire si l’état de  
santé le permet, sinon différé, mais le plus précoce possible.  
EXAMENS COMPLÉMENTAIRES DE PREMIÈRE LIGNE  
Les examens complémentaires de première intention permettront une  
orientation initiale de la prise en charge du patient :  
NFS, hémostase, fibrinogène.  
Ionogramme sanguin, urée, créatinine, glycémie, calcémie.  
CRP.  
Bilan hépatique complet.  
Alcoolémie au moindre doute.  
Dosage de médicaments.  
Électrocardiogramme.  
Radiographie pulmonaire.  
BU.  
Le but est d’identifier les polypathologies intriquées, les facteurs déclen-  
chants, la polymédication et ses conséquences, afin de compléter la recher-  
che étiologique et prescrire le traitement le plus adapté.  
Identifier les médicaments et leur observance permet de connaître  
les risques d’iatrogénie : polymédication, interactions, erreurs  
d’observance (oublis ou excès), automédication. Associées aux  
modifications physiologiques liées au vieillissement rénal, les  
prescriptions posologiques non adaptées à la clairance de la  
créatinine n’arrangent pas la situation.  
2
0 % des effets indésirables entraînent une hospitalisation chez les  
plus de 65 ans.  
Surveillance – Évaluation  
Quelle que soit la décision (sortie, hospitalisation en UHCD ou autre ser-  
vice, ou transfert vers un autre établissement) :  
Évaluer le soin appliqué ou l’efficacité du traitement administré.  
3
62  
PATIENT ÂGÉ  
7
9
Patient âgé et urgences  
Rassurer le patient âgé à chaque changement de lieu : l’anxiété peut  
être majorée.  
Informer le patient âgé et son entourage des décisions de soins et  
d’orientation.  
Prévenir les complications d’alitement prolongé sur brancard.  
Ne pas omettre de répondre à toutes les questions essentielles avant  
toute sortie à domicile (cf. encadré).  
L’intervention d’une assistance sociale peut être envisagée, selon  
le cas, dès l’accueil.  
QUESTIONS ESSENTIELLES  
Dès l’accueil aux urgences.  
À compléter à chaque étape hospitalière.  
Surtout : avant d’envisager la sortie.  
Pourquoi l’hospitalisation est-elle déclenchée ?  
Quelle(s) maladie(s) et antécédents ?  
Quels médicaments ?  
Quel(s) handicap(s) ?  
Quelle situation civile ?  
Quelles aides à domicile ?  
Le logement est-il adapté ?  
Quel est le désir du patient ?  
Quelle est la situation financière et sociale ?  
3
63  
× Home
  • Situations médico-sociales
  • Mort subite du nourrisson
  • Prise en charge d’un patient décédé
  • Prélèvements post mortem et autopsie
  • Victime de violences (généralités)
  • Victime de violences conjugales
  • Violences sexuelles chez l’adulte
  • Complications physiques aiguës
  • Complications psychiatriques
  • Annonce des mauvaises nouvelles
  • Patient âgé et urgences
  • Victime d’accident de travail
  • Prélèvements d’organes à visée
  • Maltraitance : dépistage et conduite
  • Violences sexuelles chez l’enfant
  • × accueil
  • Urgences Non Traumatiques
  • Urgences Traumatiques
  • Urgences Psychiatriques
  • Situations Médico-Sociales
  • Urgences En Pathologie Materno-Foetale Et Pédiatrie
  • page facebook