Bienvenue Sur Medecine Pro


Calcium sanguin (calcémie)  
Le calcium plasmatique ne représente qu’une fraction minime du  
capital calcique, car la presque totalité (99 %) du calcium se trouve  
dans le squelette. Il joue cependant un rôle important dans la coa-  
gulation, l’automatisme cardiaque, la contraction des muscles lisses  
et striés, la conduction nerveuse. Le maintien de la calcémie dans  
les zones étroites de la normalité résulte du jeu conjugué de trois  
hormones : la vitamine D, la parathormone (PTH) et la calcitonine.  
Indications  
Recherche d’une hypercalcémie – se traduisant parfois par une  
déshydratation, des nausées, des douleurs abdominales, un syn-  
drome confusionnel –, le plus souvent asymptomatique mais  
recherchée en cas de métastases osseuses, myélome multiple, lym-  
phome, sarcoïdose, lithiase calcique, déminéralisation osseuse.  
Recherche d’une hypocalcémie en cas d’insuffisance rénale ou  
devant des crises de tétanie chez l’enfant (spasme carpo-pédal,  
stridor, convulsions), des crampes, des picotements du pourtour  
de la bouche chez l’adulte.  
Suivi d’une hypoparathyroïdie.  
Suivi d’une ostéomalacie, reconnue sur des douleurs osseuses  
mécaniques, un déficit musculaire rhizomélique, un aspect parti-  
culier des os à la radiographie.  
Suivi d’un rachitisme chez l’enfant.  
Examen systématique au même titre que l’ionogramme sanguin.  
Prélèvement  
B
Prélever sur tube sec ou hépariné. Proscrire l’utilisation d’EDTA,  
d’oxalate, de citrate.  
Patient couché, à jeun, en évitant la stase veineuse (la station  
debout, la période postprandiale, le garrot augmentent le calcium  
total). Rejeter les prélèvements après pose d’un garrot > 1 min.  
Demander simultanément un dosage de l’albumine plasmatique car  
la calcémie dépend de la concentration en albumine plasmatique.  
Valeurs usuelles  
entre 90 et 105 mg/L (2,20 et  
Facteurs de conversion  
mg × 0,025 = mmol  
mmol × 40 = mg  
2,60 mmol/L)  
B
C
D
E
L’interprétation de la calcémie doit tenir compte de l’albuminé-  
mie, car une partie du calcium plasmatique est liée aux protéines  
plasmatiques (forme dite non diffusible ou non ultrafiltrable). Une  
variation de 10 g d’albumine autour de 40 g/L fait varier la concen-  
tration calcique de 0,2 mmol.  
F
Calcémie corrigée (en mg/L) = calcémie en mg/L + (40 - albuminémie  
en g/L).  
G
H
I
Interprétation  
Hypercalcémies > 2,6 mmol/L  
J
L’hypercalcémie (qui diminue QT sur l’électrocardiogramme)  
peut provoquer troubles du rythme et arrêt cardiaque. C’est  
une urgence.  
!
K
L
Prévenez l’équipe soignante surtout si l’hypercalcémie est  
>
3 mmol/L (120 mg/L)  
M
N
O
P
Les causes d’hypercalcémie sont nombreuses (plus d’une vingtaine)  
mais les deux principales sont les cancers osseux et l’hyperpara-  
thyroïdie (90 % des cas).  
Cancers  
Les hypercalcémies néoplasiques sont faciles à reconnaître car lors-  
qu’elles surviennent, le cancer est généralement connu.  
Q
R
S
Elles sont dues à des métastases de cancer du sein (la moitié des  
cas), de cancer bronchique, de la prostate, du corps thyroïde, du rein  
ou à un myélome.  
T
Plus difficiles à reconnaître sont les hypercalcémies «paranéopla-  
siques», où une tumeur bronchique, ORL ou du col utérin secrète  
des substances ostéolytiques reproduisant les effets de l’hormone  
parathyroïdienne – avec toutefois une parathormone (PTH) basse,  
ce qui permet le diagnostic.  
U
V
W
X
Y
Z
Hyperparathyroïdie  
L’hyperparathyroïdie primaire, seconde cause d’hypercalcémie,  
frappe les femmes entre 45 et 65 ans. Elle est due dans 85 % des  
cas à un adénome bénin d’une seule glande, dans 1 % des cas à un  
carcinome.  
Elle est évoquée devant une lithiase calcique, une déminéralisation  
osseuse diffuse et douloureuse, une hypophosphatémie ≤ 0,9 mmol/L  
(
(
27 mg/L). Le diagnostic repose sur le dosage de la PTH plasmatique  
voir PTH Plasmatique).  
Autres causes d’hypercalcémies  
Aprèscesdeuxcausesprincipales, tumeursethyperparathyroïdiepri-  
maire, viennent les granulomatoses et notamment la sarcoïdose.  
Les autres causes sont plus rares (10 %) : immobilisation prolongée,  
thyrotoxicose, hypervitaminose D, syndrome des buveurs de lait et  
d’alcalins.  
Hypocalcémies < 2,20 mmol  
L’hypocalcémie peut être due à une hyperphosphorémie aiguë comme  
on en voit à la phase d’induction du traitement des hémopathies mali-  
gnes, ou d’une insuffisance rénale chronique. En dehors de ces cas,  
elle reconnaît deux causes : le déficit parathyroïdien et le déficit en  
vitamine D (ostéomalacie chez l’adulte, rachitisme chez l’enfant).  
En pratique, le diagnostic étiologique est assuré par le dosage de la  
créatininémie et de la phosphorémie :  
en cas d’hyperphosphorémie, il s’agit :  
soit d’une insuffisance rénale, et dans ce cas, la créatininémie  
est élevée;  
soit d’une hypoparathyroïdie (beaucoup plus rare), et dans ce  
cas, la créatininémie est normale.  
en cas d’hypophosphorémie < 1 mmol/L, il s’agit d’une carence en  
vitamine D.  
Une hypocalcémie est une urgence.  
!
Prévenez l’équipe soignante si le calcium est < 70 mg/L  
1,75 mmol/L)  
(
Remarque : dans le sang, la moitié du calcium est liée aux protéines  
plasmatiques, l’autre moitié est ionisée. Seule cette fraction ionisée  
est physiologiquement active.  
En l’absence d’hypoalbubinémie, les variations du calcium ionisé sont  
parallèles à celles du calcium total, sauf en cas d’acidose (où il aug-  
mente), ou d’alcalose (où il diminue). En règle générale, il n’y a pas  
d’intérêt à le doser sauf en cas de trouble acido-basique complexe.  
Valeurs usuelles : la moitié du calcium total, soit de 1,10 à  
1
,30 mmol/L.  
× Home
  • Potassium sanguin (kaliémie)
  • Réticulocytes
  • Immunoglobulines
  • BNP (brain natriuretic peptid)
  • Prélèvement génital chez l’homme
  • Lavage broncho-alvéolaire (LBA)
  • Protéine C
  • Protéine S
  • Ammoniaque plasmatique, ammonium
  • GH (hormone de croissance,
  • Amylase
  • Liquide céphalo-rachidien (LCR)
  • Hémoglobine (Hb)
  • Chlamydiae
  • Antiépileptiques
  • PSA : prostate specific antigen
  • CA 15-3
  • Mononucléose infectieuse
  • Antithrombine (AT)
  • Helicobacter pylori
  • Lymphocytes (Numération des)
  • Ionogramme urinaire
  • Groupes sanguins
  • Myoglobine
  • Hémoculture
  • Paludisme (recherche d’un paludisme)
  • Folates
  • Scotch-test
  • Gamma-glutamyl-transpeptidase (gꢀGT)
  • Acide oxalique (oxalate) sanguin
  • Hépatite virale C (sérodiagnostic)
  • Insuline
  • Sérotonine
  • Fer sérique
  • Vitamine B12
  • Paracétamol (dosage)
  • Énolase neurospécifique
  • Lyme (sérodiagnostic de la maladie
  • Activité anti-Xa
  • ACTH
  • Lithium
  • Rubéole (sérodiagnostic de la)
  • CA 19-9
  • Protéine C activée (résistance à la)
  • Ionogramme plasmatique
  • Hémoglobines glycosylées,
  • Cryoglobulines
  • Triiodothyronine (T3) (T3 libre)
  • Bilharzioses (diagnostic)
  • CA 125
  • Amibiase (sérodiagnostic)
  • Haptoglobine
  • Facteur rhumatoïde
  • Alcool (éthanol)
  • Microalbuminurie
  • Numération-formule sanguine
  • Digitaline-digoxine
  • Acide urique (urate) urinaire, uricurie
  • Produits de dégradation
  • Phosphore urinaire (phosphaturie)
  • C réactive protéine (CRP)
  • Calcium urinaire
  • Expression des résultats
  • Antigène carcino-embryonnaire (ACE)
  • Catécholamines
  • Bilirubine
  • Immuno-électrophorèse,
  • Glucose-6-phosphate déshydrogénase
  • Isoniazide (INH) (dosage)
  • Lipase
  • Procalcitonine (PCT)
  • Guthrie (test de)
  • Lipoprotéines sériques (électrophorèse
  • Anticorps anti-facteur intrinsèque
  • Hépatite virale A (sérodiagnostic)
  • Taux de prothrombine (TP)
  • Phosphore sanguin (phosphatémie)
  • Sodium sanguin (natrémie)
  • Protéinurie
  • Liquide synovial
  • Lymphocytes (phénotypage des)
  • Frottis utérin cervicovaginal (FCV)
  • Coombs (test de)
  • Temps de céphaline avec activateur
  • Protéines sériques (électrophorèse)
  • Syphilis (sérodiagnostic de la)
  • Alpha-fœtoprotéine (AFP)
  • Glucose sanguin (glycémie)
  • Abréviations
  • Polynucléaires (granulocytes)
  • Acide urique (urate) sanguin
  • Cortisol (composé F) plasmatique
  • VIH (virus de l’immunodéficience
  • Examen cytobactériologique
  • Calcium sanguin (calcémie)
  • Vitesse de sédimentation
  • Marqueurs tumoraux sériques
  • Phosphatases alcalines (PA)
  • Prélèvements
  • Créatinine (clairance de la)
  • Progestérone 17 hydroxy (17-OHP)
  • pH sanguin
  • Cholestérol des HDL et des LDL
  • Créatinine sanguine
  • Liquide d’ascite
  • Caryotype
  • Anticorps anti-antigènes nucléaires
  • Xylose (épreuve au)
  • Protocoles
  • Troponines
  • Fibrinogène
  • Anticorps anti-cytoplasme des
  • Hépatite virale B (sérodiagnostic)
  • Toxoplasmose (sérodiagnostic de la)
  • Coproculture
  • Albumine sérique
  • Freinage à la dexaméthasone
  • Anticorps antinucléaires (ACAN)
  • Hémoglobine (diagnostic des anémies)
  • D-dimères
  • Catécholamines libres
  • Anticorps anti-ADN natifs
  • Acide lactique (lactate)
  • Anticorps antitransglutaminase
  • Magnésium
  • Anticorps antithyroïdiens (ACAT)
  • Plaquettes (numération des)
  • Myélogramme
  • Prélèvement de gorge
  • Folliculostimuline (FSH) et hormone
  • VIH (infection à) – charge virale
  • Bicarbonates
  • Inflammation (marqueurs de l’)
  • Androstènedione (delta
  • -
  • Immunoglobulines E (IgE) totales
  • Complément
  • Prolactine
  • Gaz du sang artériel
  • Hormone chorionique gonadotrope
  • Hémoglobine (électrophorèse de l’)
  • Peptide C (ou peptide de connexion)
  • Anticorps antiphospholipides (aPL)
  • Testostérone
  • Thyroxine libre
  • Examen parasitologique des selles
  • Estradiol (17-bêta-estradiol) (E2)
  • Temps de saignement
  • Prélèvement génital chez la femme
  • Table des matières
  • Ascite (liquide d’)
  • Liquide pleural
  • Recherche d’anticorps irréguliers
  • Parathormone (PTH)
  • Acide oxalique (oxalate) urinaire
  • Ferritine
  • Aldolases sériques
  • Synacthène immédiat (test au)
  • Transaminases (ALAT, ASAT)
  • TSH, TSH «ultrasensible» (TSHu)