Bienvenue Sur Medecine Pro


Openmirrors.com  
Protéinurie  
B
C
D
E
Tant que les glomérules sont intacts les protéines du plasma ne pas-  
sent pas dans les urines et il n’y a pas plus de 150 mg de protéines  
dans les urines de 24 h.  
La présence permanente de protéines en quantités supérieures tra-  
duit des lésions glomérulaires le plus souvent, tubulaires parfois.  
Elle a une grande valeur sémiologique.  
F
G
Indications  
Dépistage systématique.  
Recherche de la cause d’œdèmes,  
I
Surveillance d’une grossesse, d’une hypertension artérielle.  
J
Bandelettes réactives  
La recherche d’une protéinurie utilise des bandelettes réactives  
K
L
(
type Albustix) imprégnées de bleu de bromophénol. Cet indica-  
teur coloré vire du jaune au vert en présence de protéines. Une  
échelle de couleurs permet une estimation semi-quantitative de  
la protéinurie. Pour obtenir une réponse fiable, la bandelette doit  
être immergée pendant un temps bref dans une urine fraîchement  
émise.  
M
N
O
P
Les résultats sont exprimés en croix (+), de 0 à ++++, une croix cor-  
respondant approximativement à 300 mg/L d’albumine.  
Q
R
S
La bandelette urinaire ne détecte pas les chaînes légères d’immu-  
noglobulines, et se positive anormalement lorsque les urines sont  
basiques (pH > 8).  
Dosage de la protéinurie des 24 h  
Toute protéinurie dépistée lors d’un examen par bandelette urinaire  
devrait être confirmée par un dosage de la protéinurie des 24 h.  
T
U
V
W
X
Y
Z
Le dosage de la protéinurie se fait sur les urines des 24 h.  
La technique du recueil des urines des 24 h doit être expliquée au patient :  
vider la vessie le matin au lever, aux toilettes;  
à partir de ce moment, recueillir les urines de toutes les mictions dans  
un récipient propre, soigneusement rincé;  
le lendemain matin, au lever, vider la vessie dans le récipient.  
Valeurs usuelles  
Le résultat est toujours exprimé en débit : g/24 h ou mg/min et non  
en g/L.  
La protéinurie est dite «physiologique» lorsqu’elle est :  
< ꢀ1 50ꢀmg/24ꢀhꢀ(0,1ꢀmg/min)  
Une protéinurie est qualifiée de :  
faible lorsqu’elle est :  
ꢀ1 ꢀg/24ꢀh  
<
moyenne lorsqu’elle est :  
entreꢀ1ꢀetꢀ3ꢀg/24ꢀh  
abondante lorsqu’elle est :  
> ꢀ3 ꢀg/24ꢀh  
> ꢀ5 0ꢀmg/kg/24ꢀhꢀchezꢀl’enfant  
Interprétation  
Protéinuriesꢀintermittentes  
Certaines protéinuries surviennent de façon transitoire au décours  
d’un effort physique, d’un état fébrile, d’un coup de chaleur,  
d’une poussée d’insuffisance cardiaque ou sous l’influence de  
l’orthostatisme.  
Le caractère orthostatique d’une protéinurie doit être confirmé  
par un dosage de la protéinurie sur des urines recueillies en posi-  
tion couchée après un repos en décubitus strict de plusieurs heures.  
La raison de cette anomalie bénigne qui frappe des sujets jeunes  
longilignes et hyperlordotiques est inconnue. Elle nécessite une  
surveillance, mais n’implique aucun traitement. La fonction rénale  
reste normale.  
Protéinuriesꢀpermanentes  
Une protéinurie permanente traduit une atteinte rénale.  
Protéinuriesꢀglomérulaires  
Les protéines glomérulaires sont habituellement abondantes (>3 g/  
24 h).  
Si la protéinurie est >3 g/24 h, et s’il existe en outre une hypoalbu-  
minémie <30 g/L, elle s’intègre dans le cadre d’un syndrome néphro-  
tique (voir encadré ci-dessous).  
Si la protéinurie, brutalement apparue, s’associe à une hématurie  
des œdèmes, une HTA, elle s’intègre dans le cadre d’un syndrome  
néphrétique aigu.  
Une protéinurie modérée (< 2 g/24 h) peut également être le  
signe d’une glomérulonéphrite si elle s’associe à une hématurie  
microscopique.  
B
C
D
E
L’électrophorèse des urines permet de distinguer protéinuries sélec-  
tives et non sélectives :  
une protéinurie est «sélective» lorsqu’elle est composée de peti-  
tes molécules : albumine surtout et globulines de faible poids  
moléculaire;  
une protéinurie est «non sélective» lorsqu’à l’albumine s’ajou-  
tent de grosses molécules comme les immunoglobulines.  
F
G
Les protéinuries sélectives correspondent à des lésions glomérulai-  
res peu importantes, les protéinuries non sélectives à des lésions  
glomérulaires graves.  
I
L’existence d’une protéinurie glomérulaire est une indication à pra-  
tiquer une ponction-biopsie rénale, du moins chez l’adulte. La biop-  
sie rénale précisera la forme histologique de la glomérulonéphrite  
et son pronostic.  
J
K
L
Protéinuriesꢀtubulaires  
Les protéinuries tubulaires généralement peu abondantes et asso-  
ciées souvent à une leucocyturie sont constituées de protéines de  
faible poids moléculaire filtrées par le glomérule et incomplètement  
réabsorbées par le tubule. Les protéinuries tubulaires s’observent  
dans les tubulopathies congénitales, les néphrites interstitielles, les  
pyélonéphrites chroniques, les reins polykystiques.  
M
N
O
P
Protéinuriesꢀglobuliniques  
Q
R
S
Une protéinurie faite de globulines, est due au passage dans les urines  
de chaînes légères kappa ou lambda des immunoglobulines (protéine  
de Bence-Jones), au cœur d’un myélome ou de certains lymphomes.  
Elle est de mauvais pronostic.  
La présence de chaînes légères dans les urines est détectée par  
l’électrophorèse qui met en évidence un pic étroit. La nature mono-  
clonale du pic est précisée par immunofixation.  
T
U
V
W
X
Y
Z
Syndrome néphrotique  
Un syndrome néphrotique est facile à reconnaître devant des œdèmes blancs  
mous prenant le godet, une forte protéinurie (> 3 g/24 h) et une hypoalbu-  
binémie (<30 g/L). Une hypogammaglobulinémie est habituelle alors que  
les α2 globulines sont augmentées. Une hyperlipidémie est fréquente Le syn-  
drome néphrotique fait courir le risque de thromboses veineuses à cause de  
la baisse de la concentration plasmatique de l’AT et de la protéine S dont la  
fuite urinaire accompagne celle de l’albumine.  
Les syndromes néphrotiques de l’enfant sont dus à une «néphrose lipoïdi-  
que» ou glomérulonéphrite à lésions glomérulaires minimes (ou à une hyali-  
nose glomérulaire et focale qui est peut-être la même maladie). Chez l’adulte  
la cause la plus fréquente de syndrome néphrotique est la glomérulonéphrite  
extramembraneuse.  
× Home
  • Potassium sanguin (kaliémie)
  • Réticulocytes
  • Immunoglobulines
  • BNP (brain natriuretic peptid)
  • Prélèvement génital chez l’homme
  • Lavage broncho-alvéolaire (LBA)
  • Protéine C
  • Protéine S
  • Ammoniaque plasmatique, ammonium
  • GH (hormone de croissance,
  • Amylase
  • Liquide céphalo-rachidien (LCR)
  • Hémoglobine (Hb)
  • Chlamydiae
  • Antiépileptiques
  • PSA : prostate specific antigen
  • CA 15-3
  • Mononucléose infectieuse
  • Antithrombine (AT)
  • Helicobacter pylori
  • Lymphocytes (Numération des)
  • Ionogramme urinaire
  • Groupes sanguins
  • Myoglobine
  • Hémoculture
  • Paludisme (recherche d’un paludisme)
  • Folates
  • Scotch-test
  • Gamma-glutamyl-transpeptidase (gꢀGT)
  • Acide oxalique (oxalate) sanguin
  • Hépatite virale C (sérodiagnostic)
  • Insuline
  • Sérotonine
  • Fer sérique
  • Vitamine B12
  • Paracétamol (dosage)
  • Énolase neurospécifique
  • Lyme (sérodiagnostic de la maladie
  • Activité anti-Xa
  • ACTH
  • Lithium
  • Rubéole (sérodiagnostic de la)
  • CA 19-9
  • Protéine C activée (résistance à la)
  • Ionogramme plasmatique
  • Hémoglobines glycosylées,
  • Cryoglobulines
  • Triiodothyronine (T3) (T3 libre)
  • Bilharzioses (diagnostic)
  • CA 125
  • Amibiase (sérodiagnostic)
  • Haptoglobine
  • Facteur rhumatoïde
  • Alcool (éthanol)
  • Microalbuminurie
  • Numération-formule sanguine
  • Digitaline-digoxine
  • Acide urique (urate) urinaire, uricurie
  • Produits de dégradation
  • Phosphore urinaire (phosphaturie)
  • C réactive protéine (CRP)
  • Calcium urinaire
  • Expression des résultats
  • Antigène carcino-embryonnaire (ACE)
  • Catécholamines
  • Bilirubine
  • Immuno-électrophorèse,
  • Glucose-6-phosphate déshydrogénase
  • Isoniazide (INH) (dosage)
  • Lipase
  • Procalcitonine (PCT)
  • Guthrie (test de)
  • Lipoprotéines sériques (électrophorèse
  • Anticorps anti-facteur intrinsèque
  • Hépatite virale A (sérodiagnostic)
  • Taux de prothrombine (TP)
  • Phosphore sanguin (phosphatémie)
  • Sodium sanguin (natrémie)
  • Protéinurie
  • Liquide synovial
  • Lymphocytes (phénotypage des)
  • Frottis utérin cervicovaginal (FCV)
  • Coombs (test de)
  • Temps de céphaline avec activateur
  • Protéines sériques (électrophorèse)
  • Syphilis (sérodiagnostic de la)
  • Alpha-fœtoprotéine (AFP)
  • Glucose sanguin (glycémie)
  • Abréviations
  • Polynucléaires (granulocytes)
  • Acide urique (urate) sanguin
  • Cortisol (composé F) plasmatique
  • VIH (virus de l’immunodéficience
  • Examen cytobactériologique
  • Calcium sanguin (calcémie)
  • Vitesse de sédimentation
  • Marqueurs tumoraux sériques
  • Phosphatases alcalines (PA)
  • Prélèvements
  • Créatinine (clairance de la)
  • Progestérone 17 hydroxy (17-OHP)
  • pH sanguin
  • Cholestérol des HDL et des LDL
  • Créatinine sanguine
  • Liquide d’ascite
  • Caryotype
  • Anticorps anti-antigènes nucléaires
  • Xylose (épreuve au)
  • Protocoles
  • Troponines
  • Fibrinogène
  • Anticorps anti-cytoplasme des
  • Hépatite virale B (sérodiagnostic)
  • Toxoplasmose (sérodiagnostic de la)
  • Coproculture
  • Albumine sérique
  • Freinage à la dexaméthasone
  • Anticorps antinucléaires (ACAN)
  • Hémoglobine (diagnostic des anémies)
  • D-dimères
  • Catécholamines libres
  • Anticorps anti-ADN natifs
  • Acide lactique (lactate)
  • Anticorps antitransglutaminase
  • Magnésium
  • Anticorps antithyroïdiens (ACAT)
  • Plaquettes (numération des)
  • Myélogramme
  • Prélèvement de gorge
  • Folliculostimuline (FSH) et hormone
  • VIH (infection à) – charge virale
  • Bicarbonates
  • Inflammation (marqueurs de l’)
  • Androstènedione (delta
  • -
  • Immunoglobulines E (IgE) totales
  • Complément
  • Prolactine
  • Gaz du sang artériel
  • Hormone chorionique gonadotrope
  • Hémoglobine (électrophorèse de l’)
  • Peptide C (ou peptide de connexion)
  • Anticorps antiphospholipides (aPL)
  • Testostérone
  • Thyroxine libre
  • Examen parasitologique des selles
  • Estradiol (17-bêta-estradiol) (E2)
  • Temps de saignement
  • Prélèvement génital chez la femme
  • Table des matières
  • Ascite (liquide d’)
  • Liquide pleural
  • Recherche d’anticorps irréguliers
  • Parathormone (PTH)
  • Acide oxalique (oxalate) urinaire
  • Ferritine
  • Aldolases sériques
  • Synacthène immédiat (test au)
  • Transaminases (ALAT, ASAT)
  • TSH, TSH «ultrasensible» (TSHu)