Bienvenue Sur Medecine Pro


Phosphore sanguin (phosphatémie)  
B
C
D
E
Absorbé par l’intestin selon les besoins (de 25 à 40 mmol) éliminé  
par le rein en mêmes quantités, le phosphore est stocké dans l’os et  
les tissus mous. Seule une petite proportion se trouve dans le sang,  
plasma et globules rouges. C’est le phosphore minéral plasmatique  
qui est dosé.  
F
Indications  
Bilan phosphocalcique essentiellement dans le cadre d’une insuf-  
fisance rénale chronique ou d’une hyperparathyroïdie.  
G
Surveillance des traitements cytolytiques, de l’acidocétose diabé-  
tique, et des traitements par les diphosphonates.  
I
J
Prélèvement  
B
Prélèvement sur tube sec ou sur héparine (citrate, EDTA, oxalate  
ne conviennent pas).  
K
L
Prélever à jeun afin d’éviter les variations postprandiales, au  
repos (variations avec l’exercice physique), le matin (variations  
circadiennes).  
M
N
O
P
Se garder de toute hémolyse en raison de la concentration élevée  
de phosphate dans les globules rouges.  
Le dosage doit être effectué dans les 2 h : envoyer très rapidement  
au laboratoire.  
Q
R
S
Valeurs usuelles  
Adulte :  
2
5 à 50 mg/L (0,80 à 1,60 mmol/L)  
Facteurs de conversion  
mg × 0,032 = mmol  
mmol × 31 = mg  
Nourrisson :  
T
5
0 à 70 mg/L (1,6 à 2,2 mmol/L)  
U
V
W
X
Y
Z
L’hypophosphorémie sévère est rare mais grave.  
SI le phosphore est < 10 mg/L (< 0,32 mmol/L), prévenez  
l’équipe soignante : le patient court un risque de défaillance  
cardio-respiratoire.  
!
Interprétation  
Hyperphosphatémie  
Concentration plasmatique de phosphate > 1,60 mmol/L (50 mg/L)  
Diminution de l’excrétion urinaire du phosphore  
L’hyperphosphatémie est principalement due à une diminution de  
l’excrétion urinaire du phosphore.  
La cause habituelle en est l’insuffisance rénale chronique dont elle  
est une manifestation tardive.  
Dans l’hypoparathyroïdie s’observe également une hyperphospho-  
rémie due à l’augmentation de la réabsorption tubulaire du phos-  
phore, mais moins élevée, excédant rarement 1,8 mmol/L (55 mg/L).  
Transfert extracellulaire du phosphore  
L’hyperphosphatémie résulte parfois d’un transfert du phosphore  
des cellules vers le secteur extracellulaire, au cours de chimiothéra-  
pies très cytolytiques, de grandes rhabdomyolyses.  
Hypophosphatémie  
Concentration plasmatique de phosphate < 0,80 mmol/L (25 mg/L)  
Augmentation de l’excrétion urinaire du phosphore  
L’hypophosphatémie est due principalement à une augmentation  
de l’excrétion urinaire du phosphore.  
La cause habituelle est une hyperparathyroïdie qu’elle soit primi-  
tive ou secondaire (voir Parathormone).  
Plusieurs syndromes rares sont caractérisés par une fuite urinaire de  
phosphate isolée et responsables de rachitisme chez l’enfant, d’os-  
téomalacie chez l’adulte. Ces tubulopathies peuvent être congéni-  
tales chez l’enfant ou secondaires à un myélome multiple à chaînes  
légères chez l’adulte.  
Transfert intracellulaire du phosphore  
L’hypophosphorémie résulte parfois d’un transfert intracellulaire du  
phosphore en cas d’apports importants d’insuline ou de glucose.  
C’est le cas des patients dénutris et alcooliques rechargés en gluci-  
des, ou de patients traités pour acidocétose diabétique ou recevant  
une alimentation parentérale.  
En résumé  
Hyperphosphatémie = diminution de l’élimination urinaire du phosphore  
B
C
D
E
Insuffisance rénale chronique  
Hypoparathyroïdie  
Hypophosphatémie = augmentation de l’élimination urinaire du phosphore  
Hyperparathyroïdie  
Tubulopathie congénitale  
F
Transferts :  
G
de glucose vers les cellules (perfusions de glucose + insuline) = hypo­  
phosphatémie  
de phosphore des cellules vers le sang (rhabdomyolyses) = hyper­  
phosphatémie  
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
× Home
  • Potassium sanguin (kaliémie)
  • Réticulocytes
  • Immunoglobulines
  • BNP (brain natriuretic peptid)
  • Prélèvement génital chez l’homme
  • Lavage broncho-alvéolaire (LBA)
  • Protéine C
  • Protéine S
  • Ammoniaque plasmatique, ammonium
  • GH (hormone de croissance,
  • Amylase
  • Liquide céphalo-rachidien (LCR)
  • Hémoglobine (Hb)
  • Chlamydiae
  • Antiépileptiques
  • PSA : prostate specific antigen
  • CA 15-3
  • Mononucléose infectieuse
  • Antithrombine (AT)
  • Helicobacter pylori
  • Lymphocytes (Numération des)
  • Ionogramme urinaire
  • Groupes sanguins
  • Myoglobine
  • Hémoculture
  • Paludisme (recherche d’un paludisme)
  • Folates
  • Scotch-test
  • Gamma-glutamyl-transpeptidase (gꢀGT)
  • Acide oxalique (oxalate) sanguin
  • Hépatite virale C (sérodiagnostic)
  • Insuline
  • Sérotonine
  • Fer sérique
  • Vitamine B12
  • Paracétamol (dosage)
  • Énolase neurospécifique
  • Lyme (sérodiagnostic de la maladie
  • Activité anti-Xa
  • ACTH
  • Lithium
  • Rubéole (sérodiagnostic de la)
  • CA 19-9
  • Protéine C activée (résistance à la)
  • Ionogramme plasmatique
  • Hémoglobines glycosylées,
  • Cryoglobulines
  • Triiodothyronine (T3) (T3 libre)
  • Bilharzioses (diagnostic)
  • CA 125
  • Amibiase (sérodiagnostic)
  • Haptoglobine
  • Facteur rhumatoïde
  • Alcool (éthanol)
  • Microalbuminurie
  • Numération-formule sanguine
  • Digitaline-digoxine
  • Acide urique (urate) urinaire, uricurie
  • Produits de dégradation
  • Phosphore urinaire (phosphaturie)
  • C réactive protéine (CRP)
  • Calcium urinaire
  • Expression des résultats
  • Antigène carcino-embryonnaire (ACE)
  • Catécholamines
  • Bilirubine
  • Immuno-électrophorèse,
  • Glucose-6-phosphate déshydrogénase
  • Isoniazide (INH) (dosage)
  • Lipase
  • Procalcitonine (PCT)
  • Guthrie (test de)
  • Lipoprotéines sériques (électrophorèse
  • Anticorps anti-facteur intrinsèque
  • Hépatite virale A (sérodiagnostic)
  • Taux de prothrombine (TP)
  • Phosphore sanguin (phosphatémie)
  • Sodium sanguin (natrémie)
  • Protéinurie
  • Liquide synovial
  • Lymphocytes (phénotypage des)
  • Frottis utérin cervicovaginal (FCV)
  • Coombs (test de)
  • Temps de céphaline avec activateur
  • Protéines sériques (électrophorèse)
  • Syphilis (sérodiagnostic de la)
  • Alpha-fœtoprotéine (AFP)
  • Glucose sanguin (glycémie)
  • Abréviations
  • Polynucléaires (granulocytes)
  • Acide urique (urate) sanguin
  • Cortisol (composé F) plasmatique
  • VIH (virus de l’immunodéficience
  • Examen cytobactériologique
  • Calcium sanguin (calcémie)
  • Vitesse de sédimentation
  • Marqueurs tumoraux sériques
  • Phosphatases alcalines (PA)
  • Prélèvements
  • Créatinine (clairance de la)
  • Progestérone 17 hydroxy (17-OHP)
  • pH sanguin
  • Cholestérol des HDL et des LDL
  • Créatinine sanguine
  • Liquide d’ascite
  • Caryotype
  • Anticorps anti-antigènes nucléaires
  • Xylose (épreuve au)
  • Protocoles
  • Troponines
  • Fibrinogène
  • Anticorps anti-cytoplasme des
  • Hépatite virale B (sérodiagnostic)
  • Toxoplasmose (sérodiagnostic de la)
  • Coproculture
  • Albumine sérique
  • Freinage à la dexaméthasone
  • Anticorps antinucléaires (ACAN)
  • Hémoglobine (diagnostic des anémies)
  • D-dimères
  • Catécholamines libres
  • Anticorps anti-ADN natifs
  • Acide lactique (lactate)
  • Anticorps antitransglutaminase
  • Magnésium
  • Anticorps antithyroïdiens (ACAT)
  • Plaquettes (numération des)
  • Myélogramme
  • Prélèvement de gorge
  • Folliculostimuline (FSH) et hormone
  • VIH (infection à) – charge virale
  • Bicarbonates
  • Inflammation (marqueurs de l’)
  • Androstènedione (delta
  • -
  • Immunoglobulines E (IgE) totales
  • Complément
  • Prolactine
  • Gaz du sang artériel
  • Hormone chorionique gonadotrope
  • Hémoglobine (électrophorèse de l’)
  • Peptide C (ou peptide de connexion)
  • Anticorps antiphospholipides (aPL)
  • Testostérone
  • Thyroxine libre
  • Examen parasitologique des selles
  • Estradiol (17-bêta-estradiol) (E2)
  • Temps de saignement
  • Prélèvement génital chez la femme
  • Table des matières
  • Ascite (liquide d’)
  • Liquide pleural
  • Recherche d’anticorps irréguliers
  • Parathormone (PTH)
  • Acide oxalique (oxalate) urinaire
  • Ferritine
  • Aldolases sériques
  • Synacthène immédiat (test au)
  • Transaminases (ALAT, ASAT)
  • TSH, TSH «ultrasensible» (TSHu)