Bienvenue Sur Medecine Pro


Openmirrors.com  
Liquide céphalo-rachidien (LCR)  
B
C
D
E
L’examen du LCR, prélevé par ponction lombaire (PL) entre L3-  
L4 ou L4-L5, concourt au diagnostic de nombreuses affections  
neurologiques.  
Indications  
Diagnostic et suivi des méningites et des méningo-encéphalites  
devant un syndrome méningé fébrile.  
F
G
Syndrome de Guillain et Barré.  
Diagnostic d’une sclérose en plaques (SEP), d’une affection démyé-  
linisante aiguë.  
I
Aide au classement d’une démence.  
Recherche d’une extension méningée au cours d’une leucémie.  
Suivi de son traitement.  
J
K
L
Prélèvement  
M H B  
Le recueil de 3 mL de LCR dans trois tubes stériles suffit à la plupart  
des examens. Les tubes marqués 1, 2, 3 dans l’ordre où ils ont été  
collectés, doivent être acheminés immédiatement au laboratoire  
M
N
O
P
(
près de la moitié des polynucléaires sont détruits dans les 2 h) à  
l’abri du froid qui est très nocif pour certaines espèces bactérien-  
nes comme les méningocoques (donc manuporté).  
Le premier tube est réservé aux dosages et à l’immunologie, le  
second aux recherches microbiologiques, le troisième aux comp-  
tages cellulaires.  
Q
R
S
Afin de prévenir les céphalées post-PL si redoutées des patients  
l’infirmière veille à ce que la PL soit suivie d’un repos allongé en  
décubitus dorsal pendant 6 h (un repos plus prolongé est proba-  
blement inutile), et d’une hyperhydratation par voie orale.  
T
U
V
W
X
Y
Z
Céphalées post-PL  
Les céphalées post-PL surviennent 24 à 48 h après l’examen, s’accompa-  
gnent de nausées, de vision brouillée, de vertiges. Surtout elles sont postu-  
rales, apparaissant en position assise ou debout et se calmant en position  
couchée. Elles disparaissent en général en moins d’une semaine. Lorsqu’elles  
persistent, un blood patch permettrait de réduire la fuite de LCR respon-  
sable des douleurs.  
Valeurs usuelles  
Aspect  
Le LCR est clair : «eau de roche».  
Composition chimique  
La composition du LCR est différente de celle du plasma.  
La concentration en protéines est nettement plus basse :  
0
,20 à 0,60 g/l  
La glycorachie est la moitié de celle du plasma, soit :  
de 0,40 g à 0,70 g/l (2,2 à 3,8 mmol/l).  
Cytobactériologie  
Le LCR normal est stérile, acellulaire contenant au plus 1 à 2 élé-  
ments/µl (en général des lymphocytes). Il n’y a pas d’hématies.  
Examen biochimique  
Anomalies de la glycorachie  
La glycorachie est abaissée (moins de 0,40 g/L) dans toutes les  
méningites purulentes et puriformes aseptiques.  
Parmi les méningites à liquide clair, seules la méningite tuberculeuse,  
les méningites à levures ou à Listeria abaissent la glycorachie.  
Anomalies de la protéinorachie  
L’hyperprotéinorachie peut être isolée sans élévation des éléments  
cellulaires. Une augmentation isolée de la protéinorachie sans aug-  
mentation des cellules ou «dissociation albumino-cytologique»  
s’observe au-dessous des compressions médullaires, dans les polyra-  
diculonévrites type Guillain et Barré, au cours du diabète.  
L’hyperprotéinorachie est associée à une augmentation des élé-  
ments cellulaires plus ou moins importante dans les hémorragies  
méningées et dans les méningites, qu’elles soient purulentes, puri-  
formes ou lymphocytaires.  
Dans la SEP les protides restent normaux ou < 0,7 g/L, mais avec une  
synthèse intrathécale d’IgG mise en évidence par diverses formules.  
Des bandes oligoclonales sont mises en évidence par électrophorèse.  
Examen cytobactériologique  
Méningites purulentes  
En cas de méningite bactérienne, le liquide est trouble et contient  
un nombre élevé d’éléments : de 150 à plusieurs milliers par micro-  
litre, composés dans leur majorité de polynucléaires altérés. La  
présence de bactéries extra- ou intracellulaires peut être visible sur  
le frottis ou mise en évidence par culture : Neisseria meningitidis  
et Streptococcus pneumoniae chez l’adulte et l’enfant de plus de  
B
C
D
E
5
ans, Hæmophilus influenzæ chez l’enfant de «3 mois à 3 ans»,  
Escherichia coli et Listeria monocytogenes chez le nourrisson.  
Méningites à liquide clair  
En cas de méningite à liquide clair, le nombre des éléments (en  
majorité des lymphocytes) varie d’une dizaine à plusieurs centaines  
par microlitre.  
F
Dans la tuberculose méningée il est peu élevé (moins de 200/µl). Les  
cultures mettent en évidence des bacilles de Koch (BK) après deux  
ou trois semaines de culture. La recherche par PCR de l’ADN bacté-  
rien donne des résultats plus rapidement.  
G
I
Lorsqu’il s’agit de méningite virale les cultures restent négatives,  
mais une production intrathécale d’anticorps spécifiques (ménin-  
gite herpétique) peut être mise en évidence dans certains cas.  
J
K
L
Lorsque le LCR est panaché, contenant plus de 10 éléments/µL avec  
une égalité polynucléaires/lymphocytes, une protéinorachie et une  
glycorachie normales, il faut évoquer une listériose, une méningite  
au début (lymphocytaire ou purulente), un abcès cérébral.  
M
N
O
P
Hémorragies méningées  
Un liquide sanglant est le fait des hémorragies méningées.  
Aujourd’hui ce diagnostic n’est plus porté par l’examen du LCR  
(
dangereux), mais par l’examen tomodensitométrique.  
Examen du LCR  
Q
R
S
Aspect  
Protéines  
g/L)  
Glucose  
(mmol/L) (par mm )  
Éléments  
Nature des  
éléments  
3
(
LCR normal  
Clair  
0,40  
> 1  
2,5  
> 1  
2,5  
2,5  
0-2  
Mononucléés  
T
Méningite à pyogènes Trouble  
150 à > 1000 Polynucléaires  
Méningite virale  
Clair  
Clair  
> 0,8  
> 1  
0 à 100  
Lymphocytes  
U
V
W
X
Y
Z
Méningite listérienne  
ou tuberculeuse  
100 à 500  
Lymphocytes ou  
formule panachée  
× Home
  • Potassium sanguin (kaliémie)
  • Réticulocytes
  • Immunoglobulines
  • BNP (brain natriuretic peptid)
  • Prélèvement génital chez l’homme
  • Lavage broncho-alvéolaire (LBA)
  • Protéine C
  • Protéine S
  • Ammoniaque plasmatique, ammonium
  • GH (hormone de croissance,
  • Amylase
  • Liquide céphalo-rachidien (LCR)
  • Hémoglobine (Hb)
  • Chlamydiae
  • Antiépileptiques
  • PSA : prostate specific antigen
  • CA 15-3
  • Mononucléose infectieuse
  • Antithrombine (AT)
  • Helicobacter pylori
  • Lymphocytes (Numération des)
  • Ionogramme urinaire
  • Groupes sanguins
  • Myoglobine
  • Hémoculture
  • Paludisme (recherche d’un paludisme)
  • Folates
  • Scotch-test
  • Gamma-glutamyl-transpeptidase (gꢀGT)
  • Acide oxalique (oxalate) sanguin
  • Hépatite virale C (sérodiagnostic)
  • Insuline
  • Sérotonine
  • Fer sérique
  • Vitamine B12
  • Paracétamol (dosage)
  • Énolase neurospécifique
  • Lyme (sérodiagnostic de la maladie
  • Activité anti-Xa
  • ACTH
  • Lithium
  • Rubéole (sérodiagnostic de la)
  • CA 19-9
  • Protéine C activée (résistance à la)
  • Ionogramme plasmatique
  • Hémoglobines glycosylées,
  • Cryoglobulines
  • Triiodothyronine (T3) (T3 libre)
  • Bilharzioses (diagnostic)
  • CA 125
  • Amibiase (sérodiagnostic)
  • Haptoglobine
  • Facteur rhumatoïde
  • Alcool (éthanol)
  • Microalbuminurie
  • Numération-formule sanguine
  • Digitaline-digoxine
  • Acide urique (urate) urinaire, uricurie
  • Produits de dégradation
  • Phosphore urinaire (phosphaturie)
  • C réactive protéine (CRP)
  • Calcium urinaire
  • Expression des résultats
  • Antigène carcino-embryonnaire (ACE)
  • Catécholamines
  • Bilirubine
  • Immuno-électrophorèse,
  • Glucose-6-phosphate déshydrogénase
  • Isoniazide (INH) (dosage)
  • Lipase
  • Procalcitonine (PCT)
  • Guthrie (test de)
  • Lipoprotéines sériques (électrophorèse
  • Anticorps anti-facteur intrinsèque
  • Hépatite virale A (sérodiagnostic)
  • Taux de prothrombine (TP)
  • Phosphore sanguin (phosphatémie)
  • Sodium sanguin (natrémie)
  • Protéinurie
  • Liquide synovial
  • Lymphocytes (phénotypage des)
  • Frottis utérin cervicovaginal (FCV)
  • Coombs (test de)
  • Temps de céphaline avec activateur
  • Protéines sériques (électrophorèse)
  • Syphilis (sérodiagnostic de la)
  • Alpha-fœtoprotéine (AFP)
  • Glucose sanguin (glycémie)
  • Abréviations
  • Polynucléaires (granulocytes)
  • Acide urique (urate) sanguin
  • Cortisol (composé F) plasmatique
  • VIH (virus de l’immunodéficience
  • Examen cytobactériologique
  • Calcium sanguin (calcémie)
  • Vitesse de sédimentation
  • Marqueurs tumoraux sériques
  • Phosphatases alcalines (PA)
  • Prélèvements
  • Créatinine (clairance de la)
  • Progestérone 17 hydroxy (17-OHP)
  • pH sanguin
  • Cholestérol des HDL et des LDL
  • Créatinine sanguine
  • Liquide d’ascite
  • Caryotype
  • Anticorps anti-antigènes nucléaires
  • Xylose (épreuve au)
  • Protocoles
  • Troponines
  • Fibrinogène
  • Anticorps anti-cytoplasme des
  • Hépatite virale B (sérodiagnostic)
  • Toxoplasmose (sérodiagnostic de la)
  • Coproculture
  • Albumine sérique
  • Freinage à la dexaméthasone
  • Anticorps antinucléaires (ACAN)
  • Hémoglobine (diagnostic des anémies)
  • D-dimères
  • Catécholamines libres
  • Anticorps anti-ADN natifs
  • Acide lactique (lactate)
  • Anticorps antitransglutaminase
  • Magnésium
  • Anticorps antithyroïdiens (ACAT)
  • Plaquettes (numération des)
  • Myélogramme
  • Prélèvement de gorge
  • Folliculostimuline (FSH) et hormone
  • VIH (infection à) – charge virale
  • Bicarbonates
  • Inflammation (marqueurs de l’)
  • Androstènedione (delta
  • -
  • Immunoglobulines E (IgE) totales
  • Complément
  • Prolactine
  • Gaz du sang artériel
  • Hormone chorionique gonadotrope
  • Hémoglobine (électrophorèse de l’)
  • Peptide C (ou peptide de connexion)
  • Anticorps antiphospholipides (aPL)
  • Testostérone
  • Thyroxine libre
  • Examen parasitologique des selles
  • Estradiol (17-bêta-estradiol) (E2)
  • Temps de saignement
  • Prélèvement génital chez la femme
  • Table des matières
  • Ascite (liquide d’)
  • Liquide pleural
  • Recherche d’anticorps irréguliers
  • Parathormone (PTH)
  • Acide oxalique (oxalate) urinaire
  • Ferritine
  • Aldolases sériques
  • Synacthène immédiat (test au)
  • Transaminases (ALAT, ASAT)
  • TSH, TSH «ultrasensible» (TSHu)