Bienvenue Sur Medecine Pro

IRINOTECAN ACCORD 20 mg/ml sol diluer p perf
IRINOTECAN ACCORD 20 mg/ml sol diluer p perf




FORME
solution à diluer pour perfusion
COMPOSITION
par 1 ml
irinotécan chlorhydrate trihydrate20 mg
  Soit irinotécan17,33 mg
Excipients : sorbitol, acide lactique, sodium hydroxyde, acide chlorhydrique, eau ppi.
INDICATIONS

Irinotecan est indiqué dans le traitement des patients présentant un cancer colorectal avancé :
- en association avec le 5-fluorouracile (5FU) et l'acide folinique (AF) chez les patients n'ayant pas reçu de chimiothérapie antérieure pour le stade avancé de leur maladie,
- en monothérapie après échec d'un traitement ayant comporté du 5-FU.
L'Irinotecan en association avec le cétuximab est indiqué dans le traitement des patients présentant un cancer colorectal métastatique exprimant le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) après échec d'une chimiothérapie à base d'irinotécan.
L'Irinotecan en association avec le 5-fluorouracile, l'acide folinique et le bévacizumab est indiqué en traitement de première ligne des patients présentant un carcinome métastatique du colon ou du rectum.


POSOLOGIE et MODE D'ADMINISTRATION
Réservé à l'adulte.
Après dilution, la solution d'Irinotecan doit être perfusée dans une veine périphérique ou centrale.Posologie recommandée :
- En monothérapie (chez les patients traités précédemment) :
La posologie recommandée est de 350 mg/m2 de chlorhydrate d'Irinotecan trihydraté administrés en perfusion intraveineuse de 30 à 90 minutes toutes les 3 semaines (cf Mises en garde/Précautions d'emploi, Modalités de manipulation).
- En association (chez les patients non traités précédemment) :
L'efficacité et la tolérance de l'Irinotecan en association avec le 5-fluorouracile (5-FU) et l'acide folinique (AF) ont été évaluées selon le schéma suivant (cf Pharmacodynamie) :
Irinotecan et 5-FU/AF : schéma toutes les 2 semaines.
La dose recommandée est de 180 mg/m2 de chlorhydrate d'Irinotecan trihydraté en perfusion intraveineuse de 30 à 90 minutes toutes les 2 semaines, suivie d'une perfusion d'acide folinique et de 5-FU.
Concernant la posologie et le mode d'administration du cetuximab administré concomitamment, se référer au résumé des caractéristiques du produit de ce médicament. La dose d'irinotécan utilisée est généralement la même que celle administrée au cours des derniers cycles du précédent traitement à base d'irinotécan. L'irinotécan doit être administré au moins une heure après la fin de la perfusion du cétuximab.
Concernant la posologie et le mode d'administration du bévacizumab, se référer au résumé des caractéristiques du produit de ce médicament.
- Ajustements posologiques :
L'irinotecan doit être administré après récupération convenable de tous les effets indésirables, c'est-à-dire grade 0 ou 1 selon les critères NCI-CTC (National Cancer Institute Common Toxicity Criteria), et après disparition complète d'une diarrhée liée au traitement.
Avant chaque administration du traitement en perfusion, les doses d'irinotecan et de 5-FU, si nécessaire, devront être réduites, en tenant compte des effets indésirables de plus haut grade observés et liés à l'administration précédente. Le traitement doit être retardé d'une ou deux semaines afin de permettre une récupération de tous les effets indésirables liés au traitement.
La posologie de chlorhydrate d'irinotecan trihydraté et/ou de 5-FU, si nécessaire, devra être réduite de 15 à 20 % en cas de survenue des effets indésirables suivants :
. toxicité hématologique : neutropénie grade 4, neutropénie fébrile (neutropénie grade 3-4 et fièvre grade 2-4), thrombopénie et leucopénie (grade 4),
. toxicité non hématologique (grade 3-4).
Les recommandations de modification de posologie du cétuximab, administré en association avec l'irinotécan, doivent être en accord avec le Résumé des caractéristiques du produit du cétuximab.
Se référer au résumé des caractéristiques du bévacizumab pour les recommandations de modification de posologie du bévacizumab administré en association avec Irinotecan/5FU/AF.
- Durée du traitement :
Le traitement par irinotecan doit être poursuivi jusqu'à progression objective de la maladie ou apparition d'une toxicité inacceptable.
- Populations à risque :
. Patients présentant une insuffisance hépatique :
En monothérapie : la bilirubinémie, jusqu'à 3 fois la limite supérieure de la normale (LSN), chez les patients ayant un indice de performance <= 2, conditionne la posologie initiale d'irinotecan.
Chez ces patients ayant une hyperbilirubinémie et un taux de prothrombine supérieur à 50 %, la clairance d'irinotécan est diminuée (cf Pharmacocinétique) et le risque de toxicité hématopoïétique est donc augmenté.
Une surveillance hebdomadaire de la numération et de la formule sanguine doit alors être réalisée chez ces patients.
. Pour les patients ayant une bilirubinémie <= 1,5 fois la LSN, la dose recommandée de chlorhydrate d'irinotecan trihydraté est de 350 mg/m2.
. Pour les patients ayant une bilirubinémie comprise entre 1,5 et 3 fois la LSN, la dose recommandée de chlorhydrate d'irinotecan trihydraté est de 200 mg/m2.
. Pour les patients ayant une bilirubinémie > 3 fois la LSN, ne doivent pas être traités avec l'irinotecan (cf Contre-indications, Mises en garde/Précautions d'emploi).
Il n'y a pas de données disponibles chez les patients présentant une insuffisance hépatique traités par l'irinotecan en association.
. Patient présentant une insuffisance rénale : aucune étude n'ayant été réalisée dans cette population, l'irinotecan n'est pas recommandé chez les patients présentant une insuffisance rénale (cf Mises en garde/Précautions d'emploi, Pharmacocinétique).
. Sujet âgé :
Aucune étude pharmacocinétique spécifique n'a été réalisée chez le sujet âgé.
Toutefois, la dose doit être choisie avec prudence dans cette population en raison de la fréquence plus importante de l'altération des fonctions biologiques. Cette population demande une surveillance plus étroite (cf Mises en garde/Précautions d'emploi).Durée du traitement :
Le traitement par l'irinotecan doit être poursuivi jusqu'à progression objective de la maladie ou apparition d'une toxicité inacceptable.Modalités de manipulation :
Comme tous les agents antinéoplasiques, l'irinotecan doit être préparé et manipulé avec précaution. Il est indispensable d'utiliser des lunettes de protection, un masque et des gants.
En cas de contact cutané avec la solution à diluer ou la solution à perfuser, il convient d'éliminer immédiatement et soigneusement le produit à l'eau et au savon. En cas de contact d'une muqueuse avec la solution à diluer ou la solution à perfuser, celle-ci doit être lavée immédiatement à grande eau.
Préparation de la solution à perfuser
Comme tous les autres médicaments utilisés par voie injectable, la solution d'IRINOTECAN POUR PERFUSION DOIT ÊTRE PRÉPARÉE DE FAÇON ASEPTIQUE (voir "Précautions particulières de conservation").
En cas de présence de précipité dans les flacons ou dans la solution diluée, le produit doit être jeté selon les procédures classiques de traitement des déchets cytotoxiques.
A l'aide d'une seringue graduée, prélever dans le flacon la quantité voulue de la solution d'irinotecan en veillant à respecter les conditions d'asepsie et l'injecter dans une poche ou un flacon de perfusion de 250 ml contenant soit une solution de chlorure de sodium à 0,9 %, soit une solution glucosée à 5 %. Mélanger soigneusement la solution à perfuser par rotation manuelle.
Elimination des déchets
Tout le matériel utilisé pour la dilution et l'administration doit être détruit conformément aux procédures classiques hospitalières de traitement cytotoxiques.

CONTRE-INDICATIONS Absolue(s) :
  • Inflammatoire chronique de l'intestin, maladie
  • Occlusion intestinale
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Grossesse
  • Allaitement
  • Bilirubinémie > 3 fois la limite supérieure normale
  • Insuffisance médullaire sévère
  • Indice de performance de grade OMS > 2
  • Intolérance au fructose

MISES EN GARDE et PRECAUTIONS D'EMPLOI
  • Traitement à administrer en service spécialisé
    L'utilisation d'Irinotecan doit être réservée aux unités spécialisées dans l'administration de cytotoxiques.
  • Interaction phytothérapique : millepertuis

IAM : INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES
Voir banque Interactions Médicamenteuses

GROSSESSE ET ALLAITEMENT

 Grossesse :

Il n'y a aucune information concernant l'utilisation d'irinotecan chez la femme enceinte. Chez le lapin et le rat, des effets embryotoxiques, foetotoxiques et tératogènes ont été observés. Aussi, irinotecan ne doit pas être utilisé pendant la grossesse (cf Contre-indications, Mises en garde/Précautions d'emploi).
Femmes en âge de procréer :
Il doit être conseillé aux femmes en âge de procréer recevant du irinotecan d'éviter toute grossesse et d'informer immédiatement leur médecin si elles venaient à être enceintes (cf Contre-indications, Mises en garde/Précautions d'emploi).

 Allaitement :

Chez les rates qui allaitent, l'irinotécan marqué au C14 a été détecté dans le lait. Il n'existe pas de données relatives au passage de l'irinotecan dans le lait maternel humain. En conséquence, en raison du risque potentiel de manifestations indésirables chez le nourrisson, l'allaitement doit être interrompu pendant la durée du traitement par l'irinotecan (cf Contre-indications).

CONDUITE ET UTILISATION DE MACHINES
Les patients doivent être avertis du risque potentiel de vertiges ou de troubles visuels pouvant se produire dans les 24 heures après l'administration du produit, et doivent éviter la conduite de véhicule ou l'utilisation d'une machine si de tels symptômes apparaissent.

EFFETS INDESIRABLES
  • Diarrhée (Très fréquent)
  • Entérocolite pseudomembraneuse (Peu fréquent)
  • Nausée
  • Vomissement
  • Déshydratation
  • Insuffisance rénale (Rare)
  • Hypotension artérielle (Rare)
  • Collapsus cardiovasculaire (Rare)
  • Constipation
  • Occlusion intestinale (Rare)
  • Iléus (Rare)
  • Hémorragie gastro-intestinale (Rare)
  • Douleur abdominale
  • Colite (Rare)
  • Perforation intestinale (Rare)
  • Anorexie
  • Stomatite
  • Pancréatite (Rare)
  • Neutropénie (Très fréquent)
  • Fièvre (Fréquent)
  • Anémie
  • Thrombopénie
  • Syndrome cholinergique (Fréquent)
  • Asthénie
  • Réaction au point d'injection (Peu fréquent)
  • Hypertension artérielle (Rare)
  • Pneumopathie interstitielle (Peu fréquent)
  • Infiltrat pulmonaire (Peu fréquent)
  • Dyspnée (Peu fréquent)
  • Alopécie (Très fréquent)
  • Dermatose (Peu fréquent)
  • Hypersensibilité (Peu fréquent)
  • Réaction anaphylactique (Rare)
  • Crampe (Rare)
  • Paresthésie (Rare)
  • Transaminases (augmentation)
  • Phosphatases alcalines (augmentation)
  • Hyperbilirubinémie
  • Créatininémie (augmentation) (Fréquent)
  • Amylasémie (augmentation) (Très rare)
  • Lipase sérique (augmentation) (Très rare)
  • Hypokaliémie (Rare)
  • Hyponatrémie (Rare)
  • Trouble de la parole (Très rare)
  • Infection

PHARMACODYNAMIE
  • Classement ATC : 
        L01XX19 / IRINOTECAN
  • Classement Vidal : 
        Antinéoplasique : antitopoisomérase I : irinotécan

PRESENTATIONS Liste I
  • CIP : 5748944 (IRINOTECAN ACCORD 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Fl/2ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités
  • CIP : 5748950 (IRINOTECAN ACCORD 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Fl/5ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités
  • CIP : 5769403 (IRINOTECAN ACCORD 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Fl/25ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités


Accord Healthcare France SAS