Bienvenue Sur Medecine Pro

IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf
IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf




FORME
solution à diluer pour perfusion
COMPOSITION
par 1 ml
irinotécan chlorhydrate trihydrate20 mg
  Soit irinotécan17,33 mg
Excipients : sorbitol, acide lactique à 90 %, sodium hydroxyde, eau ppi, pH 3,0 - 3,8 .
INDICATIONS

IRINOTECAN EBEWE est indiqué dans le traitement des patients présentant un cancer colorectal avancé :
- en association avec le 5-fluorouracile et l'acide folinique chez les patients n'ayant pas reçu de chimiothérapie antérieure pour le stade avancé de leur maladie,
- en monothérapie après échec d'un traitement ayant comporté du 5-fluorouracile.
IRINOTECAN EBEWE en association avec le cetuximab est indiqué dans le traitement des patients présentant un cancer colorectal métastatique avec gène KRAS de type sauvage exprimant le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR), n'ayant pas reçu de traitement préalable pour une maladie métastatique ou après échec d'une chimiothérapie à base d'irinotécan (se reporter aux propriétés pharmacodynamiques).
IRINOTECAN EBEWE en association avec le 5-fluorouracile, l'acide folinique et le bevacizumab est indiqué en traitement de première ligne chez les patients atteints de cancer colorectal métastatique.
IRINOTECAN EBEWE en association avec la capecitabine avec ou sans bevacizumab est indiqué en traitement de première ligne chez les patients présentant un cancer colorectal métastatique.


POSOLOGIE et MODE D'ADMINISTRATION
Réservé à l'adulte. La solution d'IRINOTECAN EBEWE doit être perfusée dans une veine périphérique ou centrale.Posologie recommandéeEn monothérapie (chez les patients prétraités)
La posologie recommandée d'IRINOTÉCAN EBEWE est de 350 mg/m² administrés en perfusion intraveineuse de 30 à 90 minutes toutes les 3 semaines (voir " Mode d'administration " et Mises en garde et précautions d'emploi).
En association (chez les patients non prétraités)
L'efficacité et la tolérance de l'irinotécan en association avec le 5-fluorouracile (5-FU) et l'acide folinique (AF) ont été évaluées selon le schéma suivant (voir Propriétés pharmacodynamiques) :
Irinotécan et 5- FU/AF, schéma toutes les 2 semaines.
La dose recommandée d'IRINOTÉCAN EBEWE est 180 mg/m² en perfusion intraveineuse de 30 à 90 minutes toutes les 2 semaines, suivie d'une perfusion d'acide folinique et de 5- FU.
Concernant la posologie et le mode d'administration de l'irinotécan administré en association avec le
cetuximab, se référer au Résumé des Caractéristiques du Produit de ce médicament.
La dose d'irinotécan utilisée est généralement la même que celle administrée au cours des derniers cycles du précédent traitement à base d'irinotécan. Irinotécan doit être administré au moins une heure après la fin de la perfusion du cetuximab.
Concernant la posologie et le mode d'administration du bevacizumab, se référer au Résumé des Caractéristiques du Produit de ce médicament.
Concernant la posologie et le mode d'administration de la capécitabine en association, se reporter aux Propriétés pharmacodynamiques et se référer aux rubriques appropriées du Résumé des Caractéristiques du Produit de ce médicament.Ajustements posologiquesIRINOTECAN EBEWE doit être administré après récupération convenable de tous les effets indésirables, c'est-à-dire grade 0 ou 1 selon les critères NCI- CTC (National Cancer Institute Common Toxicity Criteria) et après disparition complète d'une diarrhée liée au traitement.
Avant chaque administration du traitement, les doses d'IRINOTECAN EBEWE et de 5-FU si nécessaire, devront être réduites, en tenant compte des effets indésirables de plus haut grade observés et liés à l'administration précédente. Le traitement doit être retardé d'une ou deux semaines afin de permettre une récupération de tous les effets indésirables liés au traitement.
La posologie d'IRINOTÉCAN EBEWE et/ou de 5-FU si nécessaire, devra être réduite de 15 à 20% en cas de survenue des effets indésirables suivants :
- toxicité hématologique : neutropénie grade 4, neutropénie fébrile (neutropénie grade 3 - 4 et fièvre grade 2 - 4), thrombopénie et leucopénie (grade 4),
- toxicité non hématologique (grade 3 - 4).
Les recommandations de modification de doses du cetuximab, administré en association avec l'irinotécan, doivent être en accord avec le Résumé des Caractéristiques du Produit du cetuximab.
Se référer au Résumé des Caractéristiques du Produit du bevacizumab pour les recommandations de modification de doses en association avec la combinaison IRINOTECAN EBEWE /5FU/AF.
En association avec la capécitabine chez les patients âgés de 65 ans ou plus, une réduction de la posologie initiale de la capécitabine à 800 mg/m² deux fois par jour est recommandée, en accord avec le Résumé des Caractéristiques du Produit de ce médicament. Se référer aussi aux recommandations de modifications de doses lorsque la capécitabine est utilisée en association, dans le Résumé des Caractéristiques du Produit de ce médicament.Durée du traitement :Le traitement par I'IRINOTECAN EBEWE doit être poursuivi jusqu'à progression objective de la maladie ou apparition d'une toxicité inacceptable.Populations à risquePatients présentant une insuffisance hépatique
En monothérapie: la bilirubinémie (jusqu'à 3 fois la limite supérieure de la normale (LSN)), chez les patients ayant un indice de performance ? 2, conditionne la posologie initiale d'IRINOTÉCAN EBEWE. Chez ces patients ayant une hyperbilirubinémie et un taux de prothrombine supérieur à 50%, la clairance d'irinotécan est diminuée (voir Propriétés pharmacocinétiques) et le risque de toxicité hématopoïétique est donc augmenté. Une surveillance hebdomadaire de la numération de la formule sanguine doit alors être réalisée.
- Pour les patients ayant une bilirubinémie < ou = à 1,5 fois la LSN, la dose recommandée d'IRINOTÉCAN EBEWE est de 350 mg/m².
- Pour les patients ayant une bilirubinémie comprise entre 1,5 et 3 fois la LSN, la dose recommandée d'IRINOTÉCAN EBEWE est de 200 mg/m².
- Pour les patients ayant une bilirubinémie > 3 fois la LSN, IRINOTÉCAN EBEWE est contre-indiqué (voir
Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).
Il n'y a pas de donnée disponible chez les patients présentant une insuffisance hépatique traités par IRINOTECAN EBEWE en association.Patients présentant une insuffisance rénale
Aucune étude spécifique n'ayant été réalisée chez les insuffisants rénaux, IRINOTECAN EBEWE n'est pas recommandé chez les patients présentant une insuffisance rénale (voir Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).Sujets âgés
Aucune étude pharmacocinétique spécifique n'a été réalisée chez le sujet âgé. Toutefois, la dose doit être choisie avec prudence dans cette population en raison de la fréquence plus importante de l'altération des fonctions biologiques. Cette population demande une surveillance plus étroite (voir Mises en garde et précautions d'emploi).Enfants
IRINOTECAN EBEWE ne pas être utilisé chez l'enfant.Mode d'administrationIRINOTECAN EBEWE est un médicament cytotoxique, pour les informations relatives à la dilution, et aux précautions particulières d'élimination et de manipulation.
IRINOTECAN EBEWE ne doit pas être administré en bolus intraveineux ou en perfusion intraveineuse moins de 30 minutes ou plus de 90 minutes.Durée de traitement
Le traitement par IRINOTECAN EBEWE doit être poursuivi jusqu'à progression objective de la maladie ou apparition d'une toxicité inacceptable.Mode d'administration
Précautions particulières d'élimination et de manipulation
Manipulation
Comme tous les agents antinéoplasiques, IRINOTÉCAN EBEWE doit être préparé et manipulé avec précaution. La solution doit être préparée de façon aseptique par un personnel qualifié dans un local adapté.
Les précautions doivent être prises pour éviter tout contact avec la peau et les muqueuses.Préparation de la solution à perfuser
IRINOTÉCAN EBEWE est utilisé en perfusion intraveineuse uniquement après dilution dans les solvants recommandés avant toute administration, soit une solution de chlorure de sodium pour perfusion à 0,9%, soit une solution de glucose pour perfusion à 5%.
A l'aide d'une seringue graduée, prélever dans le flacon la quantité voulue de la solution d'IRINOTÉCAN EBEWE en veillant à respecter les conditions d'asepsie et l'injecter dans une poche ou un flacon de perfusion de 250 ml. Mélanger soigneusement la solution à perfuser par rotation manuelle.
En cas de présence de précipité dans les flacons ou dans la solution diluée, le produit doit être jeté selon les procédures classiques de traitement des déchets cytotoxiques.
Instructions de protection pour la préparation de la solution pour perfusion d'IRINOTÉCAN EBEWE
1. Une chambre de protection doit être utilisée et des gants protecteurs et une blouse de protection doivent être portés. Dans le cas où aucune chambre de protection n'est disponible, des masques et des lunettes de protection devront être utilisés.
2. Les récipients, tels que les flacons pour injection, les flacons pour perfusion et les canules, les seringues, les cathéters, les tubes usagés et les produits cytostatiques résiduels devront être traités comme des déchets dangereux et doit être détruit conformément aux procédures classiques hospitalières de traitement des DECHETS DANGEREUX.
3. Suivre les recommandations suivantes en cas de renversement :
- des vêtements de protection doivent être portés,
- les bris de verre doivent être collectés et placés dans un récipient adapté aux DECHETS DANGEREUX,
- les surfaces contaminées devront être nettoyées convenablement et abondamment avec de l'eau froide,
- les surfaces nettoyées devront être essuyées minutieusement et le matériel utilisé pour le nettoyage devra être éliminé avec les DECHETS DANGEREUX.
4. En cas de contact cutané d'IRINOTÉCAN EBEWE, il convient d'éliminer immédiatement et soigneusement le produit à l'eau et au savon. En cas de contact d'une muqueuse avec la solution à diluer ou la solution à perfuser, celle-ci doit être lavée immédiatement à grande eau. En cas d'inconfort, veuillez contacter un médecin.
5. En cas de contact d'IRINOTÉCAN EBEWE avec les yeux, les laver immédiatement à grande eau. Consulter un ophtalmologue immédiatement.Elimination des déchets
Tout matériel utilisé pour la dilution, l'administration ou entrant autrement en contact avec IRINOTÉCAN EBEWE, doit être détruit conformément aux procédures classiques hospitalières de traitement des déchets cytotoxiques.

CONTRE-INDICATIONS Absolue(s) :
  • Inflammatoire chronique de l'intestin, maladie
  • Occlusion intestinale
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Grossesse
  • Allaitement
  • Bilirubinémie > 3 fois la limite supérieure normale
  • Insuffisance médullaire sévère
  • Indice de performance de grade OMS > 2
  • Intolérance au fructose

MISES EN GARDE et PRECAUTIONS D'EMPLOI
  • Traitement à administrer en service spécialisé
    L'utilisation d'IRINOTECAN EBEWE doit être réservée aux unités spécialisées dans l'administration de cytotoxiques.
  • Surveillance par un médecin spécialisé pendant le traitement
    L'utilisation d'IRINOTECAN EBEWE doit être uniquement administré sous le contrôle d'un médecin qualifié dans l'utilisation des chimiothérapies anticancéreuses.
  • Evaluation individuelle du bénéfice attendu
    Etant donné la nature et la fréquence de survenue des effets indésirables, l'utilisation d'IRINOTECAN EBEWE ne sera décidée qu'après avoir pesé les avantages attendus par rapport aux éventuels risques thérapeutiques dans les cas suivants :
    - chez les patients présentant des facteurs de risque, notamment un indice de performance de grade OMS = 2.
    - dans les rares cas où il est prévisible que le patient n'observera pas les recommandations de prise en charge des effets indésirables (nécessité d'un traitement antidiarrhéique immédiat et prolongé associé à une prise abondante de liquide dès qu'une diarrhée tardive apparaît). Un suivi strict à l'hôpital est recommandé.
  • Patient traité en monothérapie
    Lorsqu'IRINOTECAN EBEWE est utilisé en monothérapie, il est habituellement prescrit selon un schéma d'administration toutes les 3 semaines. Cependant, un schéma d'administration hebdomadaire peut être envisagé chez des patients nécessitant un suivi plus rapproché ou qui ont un risque particulier de neutropénie sévère.
  • Information du patient
    - Les patients doivent être avertis du risque de diarrhée tardive survenant plus de 24 heures après l'administration d'IRINOTECAN EBEWE à tout moment de l'intercure.
    - Les patients doivent être avertis du risque de neutropénie et de l'importance de la présence d'une fièvre. Une neutropénie fébrile (température > 38°C et nombre de neutrophiles <= 1000/mm3 ) doit être traitée en urgence en milieu hospitalier, par des antibiotiques à large spectre par voie intraveineuse.
  • Risque de diarrhée
    Diarrhée tardive :
    En monothérapie, le délai médian d'apparition de la première selle liquide est de 5 jours après la perfusion d'IRINOTECAN EBEWE. En cas d'apparition de cet effet indésirable, les patients doivent prévenir rapidement leur médecin et débuter immédiatement un traitement adapté.
    Le risque de diarrhée est augmenté chez les patients ayant reçu une radiothérapie abdomino-pelvienne, chez les patients ayant une hyperleucocytose initiale et ceux avec un indice de performance de grade OMS >= 2, et chez les femmes. Si la diarrhée n'est pas traitée correctement, elle peut menacer le pronostic vital, particulièrement en cas de neutropénie concomitante.
    Dès la première selle liquide, le patient doit boire abondamment des boissons riches en électrolytes et doit débuter immédiatement un traitement antidiarrhéique approprié. A cet effet, l'ordonnance de ce traitement anti-diarrhéique sera établie dans le service où IRINOTECAN EBEWE a été administré. A sa sortie de l'hôpital, le patient devra se procurer le médicament prescrit afin de pouvoir traiter la diarrhée dès sa survenue. De plus, le patient doit informer le médecin ou le service ayant administré IRINOTECAN EBEWE de l'apparition de la diarrhée tardive.
    Le traitement antidiarrhéique actuellement recommandé consiste en de fortes doses de lopéramide (4 mg lors de la première prise puis 2 mg toutes les 2 heures). Ce traitement doit être poursuivi au moins pendant 12 heures après la dernière selle liquide et ne sans modification. En aucun cas, le lopéramide ne doit être administré à cette posologie plus de 48 heures consécutives, en raison du risque d'iléus paralytique.
    Une antibiothérapie prophylactique à large spectre peut être associée au traitement antidiarrhéique dans les cas de diarrhée concomitante à une neutropénie sévère (nombre de neutrophiles < 500/mm3).
    Une hospitalisation, associée à une antibiothérapie est recommandée dans les cas suivants afin de contrôler la diarrhée :
    . diarrhée accompagnée de fièvre,
    . diarrhée sévère (demandant une réhydratation parentérale),
    . diarrhée persistante après 48 heures de traitement à forte dose de lopéramide.
    Le lopéramide ne doit pas être administré à titre prophylactique, même chez des patients ayant présenté une diarrhée tardive lors de cures précédentes.
    Chez les patients ayant présenté une diarrhée tardive sévère, une réduction de la posologie est recommandée pour les cycles suivants (voir Posologie et mode d'administration).
    Chez les patients ayant une diarrhée sévère, le risque d'infection et de toxicité hématologique est augmenté.
    Un hémogramme doit être réalisé en cas de diarrhée sévère.
  • Surveillance de la formule sanguine 1 fois par semaine pendant le traitement
    Une surveillance hebdomadaire de l'hémogramme est recommandée pendant le traitement par le chlorhydrate d'irinotécan. Les patients doivent être avertis du risque de neutropénie et de l'importance de la présence d'une fièvre. Une neutropénie fébrile (température >38°C et nombre de neutrophiles < ou = 1000/mm3) doit être traitée en urgence en milieu hospitalier, par des antibiotiques à large spectre par voie intraveineuse.
    Chez les patients ayant eu une toxicité hématologique sévère, une réduction de dose est recommandée pour les administrations suivantes (voir Posologie et mode d'administration).
    Chez les patients ayant une diarrhée sévère, le risque d'infection et de toxicité hématologique est augmenté.
    Un hémogramme doit être réalisé en cas de diarrhée sévère.
  • Risque de neutropénie
    Une surveillance hebdomadaire de l'hémogramme est recommandée pendant le traitement par le chlorhydrate d'irinotécan. Les patients doivent être avertis du risque de neutropénie et de l'importance de la présence d'une fièvre. Une neutropénie fébrile (température >38°C et nombre de neutrophiles < ou = 1000/mm3) doit être traitée en urgence en milieu hospitalier, par des antibiotiques à large spectre par voie intraveineuse.
    Chez les patients ayant eu une toxicité hématologique sévère, une réduction de posologie est recommandée pour les administrations suivantes (voir Posologie et mode d'administration).
    Chez les patients ayant une diarrhée sévère, le risque d'infection et de toxicité hématologique est augmenté.
    Un hémogramme doit être réalisé en cas de diarrhée sévère.
  • Surveillance de la fonction hépatique avant et pendant le traitement
    Avant la première administration et avant chaque cycle, il est nécessaire de réaliser un bilan hépatique.
    Une surveillance hebdomadaire de la numération sanguine doit être réalisée chez les patients ayant une bilirubinémie comprise entre 1,5 et 3 fois la LSN, en raison de la diminution de la clairance de l'irinotécan (Voir Propriétés pharmacocinétiques) et de l'augmentation du risque d'hématotoxicité.
    IRINOTECAN EBEWE ne doit pas être administré aux patients ayant une bilirubinémie > 3 fois la LSN (voir Contre-indications).
  • Hyperbilirubinémie
    Une surveillance hebdomadaire de la numération sanguine doit être réalisée chez les patients ayant une bilirubinémie comprise entre 1,5 et 3 fois la LSN, en raison de la diminution de la clairance de l'irinotécan (Voir Propriétés pharmacocinétiques) et de l'augmentation du risque d'hématotoxicité.
    IRINOTECAN EBEWE ne doit pas être administré aux patients ayant une bilirubinémie > 3 fois la LSN (voir Contre-indications).
  • Risque de vomissement
    Un traitement antiémétique prophylactique est recommandé avant chaque administration d'IRINOTECAN EBEWE. Des nausées et vomissements ont été fréquemment rapportés. Les patients chez lesquels des vomissements sont associés à la diarrhée tardive doivent être hospitalisés le plus rapidement possible.
  • Risque de syndrome cholinergique aigu
    Si un syndrome cholinergique aigu apparaît (défini par une diarrhée précoce et un ensemble de symptômes tels que hypersudation, crampes abdominales, larmoiements, myosis et hypersalivation), du sulfate d'atropine (0,25 mg par voie sous-cutanée) doit être administré en dehors de ses contre-indications cliniques (voir Effets indésirables). Des précautions doivent être prises chez les patients asthmatiques.
    Lorsqu'un syndrome cholinergique aigu a été observé lors de la première administration, l'utilisation de sulfate d'atropine à titre prophylactique est recommandée lors des administrations ultérieures d'IRINOTECAN EBEWE.
  • Risque de pneumopathie
    Les cas de pathologie pulmonaire interstitielle avec infiltrats pulmonaires sont peu fréquents sous
    IRINOTECAN EBEWE. La pathologie pulmonaire interstitielle peut être fatale. Le risque de développement de pathologie pulmonaire interstitielle peut être favorisé par l'administration concomitante de médicaments pneumotoxiques, la radiothérapie, et l'administration de facteurs de croissance. Chez les patients présentant des facteurs de risques, la survenue de symptômes respiratoires devra être étroitement surveillée avant et pendant le traitement par IRINOTECAN EBEWE.
  • Radiothérapie
    Les cas de pathologie pulmonaire interstitielle avec infiltrats pulmonaires sont peu fréquents sous
    IRINOTECAN EBEWE. La pathologie pulmonaire interstitielle peut être fatale. Le risque de développement de pathologie pulmonaire interstitielle peut être favorisé par l'administration concomitante de médicaments pneumotoxiques, la radiothérapie, et l'administration de facteurs de croissance. Chez les patients présentant des facteurs de risques, la survenue de symptômes respiratoires devra être étroitement surveillée avant et pendant le traitement par IRINOTECAN EBEWE.
  • Sujet âgé
    En raison de la fréquence plus élevée de l'altération des fonctions biologiques, en particulier de la fonction hépatique chez les personnes âgées, le choix de la posologie du chlorhydrate d'irinotecan doit être fait avec précaution dans cette population (voir Posologie et mode d'administration).
  • Occlusion intestinale
    Ces patients ne doivent pas être traités par IRINOTECAN EBEWE avant la résolution de l'occlusion intestinale (voir Contre-indications).
  • Insuffisance rénale
    Aucune étude dans cette population n'a été faite (voir Posologie et mode d'administration, Propriétés pharmacocinétiques).
  • Déshydratation
    De rares cas d'insuffisance rénale, d'hypotension ou d'hypovolémie ont été observés chez des patients ayant présenté des épisodes de déshydratation associés à une diarrhée et/ou à des vomissements, ou à une infection.
  • Femme susceptible d'être enceinte
    Les femmes en âge de procréer recevant de l'irinotécan doivent éviter toute grossesse et informer immédiatement leur médecin si elles venaient à être enceintes (voir Contre-indications, Mises en garde/Précautions d'emploi).
  • Utiliser une contraception efficace pdt le traitement puis pdt 3 mois après l'arrêt du traitement
    Des mesures contraceptives doivent être prises pendant le traitement et poursuivies au moins trois mois après l'arrêt du traitement. (Voir Grossesse et Allaitement)
  • Réservé à l'adulte
  • Interaction phytothérapique : millepertuis
    - Niveau de gravité :
    Contre-indication
    - Nature du risque :
    Diminution des concentrations plasmatiques du métabolite actif de l'irinotécan, avec risque d'échec du traitement cytotoxique.
  • Incompatibilité avec tous les médicaments
    IRINOTECAN EBEWE ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans Précautions particulières d'élimination et de manipulation.
  • Compatibilité avec certains solvants
    A l'aide d'une seringue graduée, prélever dans le flacon la quantité voulue de la solution d'IRINOTÉCAN EBEWE en veillant à respecter les conditions d'asepsie et l'injecter dans une poche ou un flacon de perfusion de 250 ml. Mélanger soigneusement la solution à perfuser par rotation manuelle.

IAM : INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES
Voir banque Interactions Médicamenteuses

GROSSESSE ET ALLAITEMENT

 Grossesse :

Il n'y a aucune information concernant l'utilisation de l'irinotécan chez la femme enceinte. Chez le lapin et le rat, des effets embryotoxiques, fœtotoxiques et tératogènes ont été observés. Aussi, l'irinotécan ne doit pas être utilisé pendant la grossesse (voir Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).
Femmes en âge de procréer/Contraception
Les femmes en âge de procréer recevant de l'irinotécan doivent éviter toute grossesse et informer immédiatement leur médecin si elles venaient à être enceintes. Les mesures de contraception doivent être prises pour les femmes en âge de procréer, et aussi pour les patients hommes pendant le traitement et au moins trois moins après le traitement.

 Allaitement :

Chez les rats qui allaitent, l'irinotécan marqué au C14 a été détecté dans le lait. Il n'existe pas de données relatives au passage de l'irinotécan dans le lait maternel humain. En conséquence, en raison du risque potentiel de manifestations indésirables chez le nourrisson, l''allaitement doit être interrompu pendant la durée du traitement par irinotécan (voir Contre-indications)

CONDUITE ET UTILISATION DE MACHINES
Les patients doivent être avertis du risque potentiel de vertiges ou de troubles visuels pouvant se produire dans les 24 heures après l'administration d'IRINOTÉCAN EBEWE, et doivent éviter la conduite de véhicule ou l'utilisation d'une machine si de tels symptômes apparaissent.

EFFETS INDESIRABLES
  • Insuffisance rénale (Peu fréquent)
  • Hypotension artérielle (Peu fréquent)
  • Collapsus cardiovasculaire (Peu fréquent)
  • Neutropénie (Très fréquent)
  • Anémie
  • Thrombopénie
  • Hypersensibilité (Peu fréquent)
  • Réaction anaphylactique (Rare)
  • Trouble de la parole (Très rare)
  • Hypertension artérielle (Rare)
  • Pneumopathie interstitielle (Peu fréquent)
  • Infiltrat pulmonaire (Peu fréquent)
  • Dyspnée (Peu fréquent)
  • Diarrhée (Très fréquent)
  • Entérocolite pseudomembraneuse (Rare)
  • Déshydratation
  • Nausée
  • Vomissement
  • Constipation (Fréquent)
  • Occlusion intestinale (Peu fréquent)
  • Iléus (Peu fréquent)
  • Hémorragie gastro-intestinale (Peu fréquent)
  • Douleur abdominale
  • Colite (Rare)
  • Perforation intestinale (Rare)
  • Anorexie
  • Stomatite
  • Pancréatite (Rare)
  • Transaminases (augmentation)
  • Phosphatases alcalines (augmentation)
  • Hyperbilirubinémie
  • Créatininémie (augmentation) (Fréquent)
  • Amylasémie (augmentation) (Très rare)
  • Lipase sérique (augmentation) (Très rare)
  • Hypokaliémie (Rare)
  • Hyponatrémie (Rare)
  • Crampe (Rare)
  • Paresthésie (Rare)
  • Alopécie (Très fréquent)
  • Fièvre (Fréquent)
  • Dermatose (Peu fréquent)
  • Réaction au point d'injection (Peu fréquent)
  • Infection
  • Syndrome cholinergique (Fréquent)
  • Asthénie

PHARMACODYNAMIE
  • Classement ATC : 
        L01XX19 / IRINOTECAN
  • Classement Vidal : 
        Antinéoplasique : antitopoisomérase I : irinotécan

PRESENTATIONS Liste I
  • CIP : 5779436 (IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Fl/15ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités
  • CIP : 5779442 (IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Fl/25ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités
  • CIP : 5779459 (IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Flac/2ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités
  • CIP : 5779488 (IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Flac/5ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités
  • CIP : 5779519 (IRINOTECAN EBEWE 20 mg/ml sol diluer p perf : 1Flac/7,5ml).
    Disponibilité : hôpitaux
    Agréé aux collectivités


Sandoz