Bienvenue Sur Medecine Pro


1
42 infliximab  
Inhibiteur du TNF-alpha  
®
Remicade  
Contre-indications  
Patients atteints de tuberculose ou d’autres infections sévères telles que sepsis, abcès  
et infections opportunistes. Patients atteints d’insuffisance cardiaque modérée ou  
sévère (de classe III/IV dans la classification NYHA. Patients ayant des antécédents  
d’hypersensibilité à l’infliximab, aux autres protéines murines ou à l’un des excipients.  
Perfusion IV  
Adulte.  
Polyarthrite rhumatoïde :  
Maladie active lorsque la réponse DMARDs, dont le méthotrexate,  
a été inappropriée ; maladie active, sévère et évolutive,  
non traitée auparavant par le méthotrexate ni les autres DMARDs.  
En association avec le méthotrexate.  
Maladie de Crohn chez l’adulte :  
Maladie de Crohn active, sévère, chez les patients qui n’ont pas  
répondu malgré un traitement approprié et bien conduit  
par un corticoïde et/ou un immunosuppresseur ; ou chez lesquels  
ce traitement est contre-indiqué ou mal toléré.  
Traitement de la maladie de Crohn active fistulisée,  
chez les patients qui n’ont pas répondu malgré un traitement  
conventionnel approprié et bien conduit (comprenant  
antibiotiques, drainage et thérapie immunosuppressive).  
Maladie de Crohn chez l’enfant  
:
Traitement de la maladie de Crohn active, sévère, chez les enfants  
âgés de 6 à 17 ans, qui n’ont pas répondu à un traitement  
Indication  
conventionnel comprenant un corticoïde, un immunomodulateu  
r
et un traitement nutritionnel de première intention, ou chez lesquels  
ces traitements sont mal tolérés ou contre-indiqués. En association  
avec un traitement conventionnel immunosuppresseur.  
Rectocolite hémorragique :  
Traitement de la rectocolite hémorragique active, modérée  
à sévère chez les patients qui n’ont pas répondu de manière  
adéquate à un traitement conventionnel comprenant  
les corticoïdes et la 6-mercaptopurine ou l’azathioprine,  
ou chez lesquels ce traitement est mal toléré ou contre-indiqué.  
Spondylarthrite ankylosante :  
Traitement de la spondylarthrite ankylosante active sévère  
chez les adultes qui n’ont pas répondu de manière adéquate  
à un traitement conventionnel.  
Rhumatisme psoriasique :  
Traitement du rhumatisme psoriasique actif et évolutif  
chez les adultes quand la réponse à un précédent traitement  
avec les DMARDs a été inadéquate.  
infliximab  
235  
Perfusion IV  
En association avec le méthotrexate ; ou seul chez les patients  
qui ont montré une intolérance au méthotrexate ou chez lesquels  
le méthotrexate est contre-indiqué.  
Psoriasis :  
Psoriasis en plaques modéré à sévère de l’adulte en cas d’échec,  
ou de contre-indication, ou d’intolérance aux autres traitements  
systémiques, y compris la ciclosporine, le méthotrexate  
ou la puvathérapie.  
Polyarthrite rhumatoïde chez les patients non traités auparavant  
par infliximab  
:
3
mg/kg en perfusion IV de 2 h suivis par des perfusions IV  
supplémentaires de 3 mg/kg à J15 et J45 après la première  
perfusion, puis ensuite toutes les 8 semaines. En cas de tolérance  
des 3 perfusions IV initiales en 2 h, possibilité de diminuer la durée  
des perfusions suivantes à moins d’1 h.  
En association avec le méthotrexate.  
Réponse clinique habituellement obtenue dans les 12 semaines  
de traitement. Si réponse inadéquate ou pas de réponse  
après cette période, augmentation de la dose par paliers d’environ  
1
,5 mg/kg possible jusqu’à un maximum de 7,5 mg/kg  
toutes les 8 semaines ; ou augmentation de la fréquence  
à 3 mg/kg toutes les 4 semaines. Si réponse adéquate,  
maintenir la dose ou à la fréquence d’administration sélectionnées.  
En l’absence de bénéfice thérapeutique au cours des 12 premières  
semaines du traitement ou après ajustement de la dose, poursuite  
du traitement à reconsidérer.  
Maladie de Crohn active, sévère :  
5
mg/kg en perfusion IV d’une durée de 2 h, suivis d’une perfusion  
Posologie  
IV supplémentaire de 5 mg/kg, 2 semaines après la première  
perfusion. Si un patient ne répond pas après 2 doses,  
aucun traitement supplémentaire ne doit être administré.  
Ne pas continuer le traitement en l’absence de réponse  
dans les 6 semaines suivant la perfusion initiale.  
En cas de réponse, traitement d’entretien : 5 mg/kg  
à la semaine 6 après la dose initiale, suivie par des perfusions IV  
toutes les 8 semaines, ou réadministration d’une perfusion IV  
de 5 mg/kg si les signes et symptômes de la maladie  
réapparaissent.  
Chez les patients ayant initialement répondu à 5 mg/kg,  
mais dont la réponse a ensuite été perdue, possibilité de retrouver  
une réponse après augmentation de la dose.  
En l’absence de bénéfice après un ajustement de la dose, poursuite  
du traitement à reconsidérer.  
Maladie de Crohn active fistulisée  
:
5
mg/kg par perfusion IV d’une durée de 2 h suivis  
de perfusions supplémentaires IV de 5 mg/kg aux semaines 2 et  
après la première perfusion. Si le patient ne répond  
pas après 3 doses, aucun traitement supplémentaire  
ne doit être administré.  
6
236  
Immunologie  
Perfusion IV  
En cas de réponse, traitement d’entretien : perfusions I  
supplémentaires de 5 mg/kg toutes les 8 semaines,  
V
ou réadministration d’une perfusion de 5 mg/kg si les signes  
et symptômes de la maladie réapparaissent,  
suivie par des perfusions de 5 mg/kg toutes les 8 semaines.  
Chez les patients ayant initialement répondu à 5 mg/kg,  
mais dont la réponse a ensuite été perdue, possibiliter de retrouver  
une réponse après augmentation de la dose.  
En l’absence de bénéfice après un ajustement de la dose, poursuite  
du traitement à reconsidérer.  
L’expérience de la réadministration en cas de réapparition  
des signes et symptômes de la maladie est limitée.  
Rectocolite hémorragique :  
5
mg/kg en perfusion IV d’une durée de 2 h suivis  
par des perfusions IV supplémentaires de 5 mg/kg aux semaines 2  
et 6 après la première perfusion, puis ensuite toutes les 8 semaines.  
Réponse clinique habituellement obtenue dans les 14 semaines  
de traitement. En l’absence de réponse après cet intervalle  
de temps, poursuite du traitement à reconsidérer.  
Spondylarthrite ankylosante :  
5
mg/kg en perfusion IV d’une durée de 2 h suivi  
par des perfusions IV supplémentaires de 5 mg/kg aux semaines  
et 6 après la première perfusion, puis ensuite toutes les  
s
2
6
à 8 semaines. En l’absence de réponse après la semaine 6,  
aucun traitement supplémentaire ne doit être administré.  
Rhumatisme psoriasique :  
5
mg/kg en perfusion IV d’une durée de 2 h, suivis  
par des perfusions IV supplémentaires de 5 mg/kg aux semaines  
2
et 6 après la première perfusion, puis ensuite toutes les 8 semaines.  
Psoriasis :  
5
mg/kg en perfusion IV d’une durée de 2 h, suivis  
par des perfusions IV supplémentaires de 5 mg/kg aux semaines 2  
et 6 après la première perfusion, puis ensuite toutes les 8 semaines.  
En l’absence de réponse après la semaine 14, aucun traitement  
supplémentaire ne doit être administré.  
Réadministration pour la maladie de Crohn et la polyarthrite  
rhumatoïde  
:
Si les signes et symptômes de la maladie réapparaissent,  
réadministration possible dans les 16 semaines  
suivant la dernière perfusion. La sécurité et l’efficacité  
de la réadministration après un intervalle sans traitement  
de plus de 16 semaines est non établies.  
Réadministration pour la rectocolite hémorragique  
:
Tolérance et efficacité de la réadministration,  
autre que toutes les 8 semaines sont non établies.  
Réadministration pour la spondylarthrite ankylosante  
Tolérance et efficacité de la réadministration,  
:
autre que toutes les 6 à 8 semaines sont non établies.  
Réadministration pour le rhumatisme psoriasique :  
Tolérance et efficacité de la réadministration, autre que toute  
les 8 semaines sont non établies.  
s
238  
Immunologie  
choisit de poursuivre le traitement chez des patients qui développent une tumeur,  
patients atteints d’insuffisance cardiaque légère (classe I/II de la NYHA), antécédents  
de maladie démyélinisante du SNC, survenue récente d’une maladie démyélinisante  
du SNC, chez les patients considérés comme ayant un risque accru de développe  
-
ment d’une maladie démyélinisante.  
Équipement d’urgence tel qu’adrénaline, antihistaminiques, corticoïdes ainsi qu’une  
assistance respiratoire disponible.  
Traitement avec un antihistaminique, de l’hydrocortisone et/ou du paracétamol afin  
de prévenir la survenue d’effets indésirables légers et transitoires.  
Pendant le traitement, les autres traitements concomitants tels que les corticoïdes  
et les immunosuppresseurs devront être optimisés.  
En cas de retraitement après une longue période sans traitement, surveillance étroite  
vis-à-vis des signes et symptômes d’une réaction d’hypersensibilité retardée.  
Recherche des infections avant, pendant, et après le traitement. Interrompre le trai-  
tement en cas d’infections graves, septicémies, tuberculoses, et autres infections  
opportunistes.  
Recherche de tuberculose active ou inactive (latente).  
Dépistage préalable d’infection à VHB. Réactivation d’une hépatite B possible.  
En cas de jaunisse et/ou une élévation des ALA  
arrêt du traitement.  
T  5 fois la limite normale supérieure,  
Association à l’anakinra ou l’abatacept non recommandée.  
Ne pas administrer de vaccins vivants chez les patients traités.  
Vaccinations préalables conformément au calendrier de vaccination en vigueur chez les  
patients atteints d’arthrite juvénile idiopathique avant d’initier un traitement pa  
Enbrel .  
r
®
Risque de tumeurs malignes et troubles lymphoprolifératifs.  
Dans la maladie de Crohn, l’échec au traitement peut indiquer la présence de sté  
-
noses fibreuses fixes pouvant nécessiter un traitement chirurgical.  
Femmes en âge de procréer : utilisation d’une contraception appropriée. Poursuivre  
son utilisation pendant au moins 6 mois après le dernier traitement.  
Réaction au point d’injection.  
Grossesse  
Déconseillé ou contre-indiqué.  
Allaitemen  
t
Déconseillé ou contre-indiqué pendant au moins 6 mois après le traitement.  
Effets indésirables  
Réactions d’hypersensibilité. Infections virales. Infections respiratoires. Fièvre. Céphalées,  
vertiges. Hypertension artérielle. Bouffées de chaleur. Dyspnée. Aggravation d’une  
insuffisance cardiaque. Douleur thoracique. Nausées, diarrhée, douleurs abdominales,  
dyspepsie, constipation. Sudation, sécheresse cutanée, eczéma, séborrhée, photo-  
sensibilisation, rosacée, vaginite, mycose cutanée. Asthénie. Anomalie des fonctions  
hépatiques. Abcès, cellulite, moniliase, sepsis, infections. Mauvaise cicatrisation.  
Auto-anticorps. Anomalie de la fraction du complément. Leucopénie, lymphadénopa-  
thie, lymphocytose, lymphopénie, anémie, thrombopénie. Epistaxis, ecchymoses.  
× Home
  • Abréviations
  • acétylsalicylate de DL-lysine
  • bétaméthasone
  • diclofénac
  • kétoprofène
  • méthylprednisolone
  • morphine
  • néfopam
  • paracétamol
  • phloroglucinol/triméthylphloroglucinol
  • piroxicam
  • scopolamine
  • tramadol
  • trimébutine
  • acébutolol
  • amiodarone
  • aténolol
  • buflomédil
  • bumétanide
  • canrénoate de potassium
  • clonidine
  • digoxine
  • dihydralazine
  • diltiazem
  • disopyramide
  • esmolol
  • flécaïnide
  • furosémide
  • iloprost
  • isosorbide dinitrate
  • labétalol
  • lidocaïne
  • molsidomine
  • nicardipine chlorhydrate
  • nitroprussiate de sodium
  • pentoxifylline
  • piribédil
  • propranolol
  • sotalol
  • urapidil
  • vérapamil
  • exénatide
  • glucagon
  • Insuline
  • desmopressine
  • désoxycortone
  • hydrocortisone
  • cimétidine
  • ésoméprazole
  • famotidine
  • métoclopramide
  • métopimazine
  • oméprazole
  • pantoprazole
  • ranitidine
  • somatostatine
  • terlipressine
  • atosiban
  • carbétocine
  • dinoprostone
  • hydroxyprogestérone caproate
  • médroxyprogestérone
  • méthylergométrine
  • oxytocine
  • sulprostone
  • terbutaline
  • altéplase
  • aprotinine
  • complexe prothrombique humain
  • complexe prothrombique humain
  • daltéparine sodique
  • danaparoïde sodique
  • déféroxamine
  • énoxaparine sodique
  • fe r
  • fondaparinux sodique
  • héparine calcique
  • héparine sodique
  • lépirudine
  • nadroparine calcique
  • protamine
  • rétéplase
  • streptokinase
  • ténectéplase
  • tinzaparine sodique
  • urokinase
  • adalimumab
  • alimémazine
  • déxaméthasone
  • dexchlorphéniramine
  • étanercept
  • infliximab
  • méthotrexate
  • prométhazine
  • aciclovi
  • acide fusidique
  • amikacine
  • amoxicilline
  • amoxicilline/acide clavulanique
  • amphotéricine B
  • amphotéricine B
  • amphotéricine B (liposomale)
  • ampicilline
  • antimoniate de méglumine
  • aztréonam
  • bénéthamine benzylpénicilline/
  • benzathine benzylpénicilline
  • benzylpénicilline
  • caspofungine
  • céfapirine
  • céfazoline
  • céfépime
  • céfotaxime
  • cefpirome
  • cefsulodine
  • ceftazidime
  • ceftriaxone
  • céfuroxime
  • cidofovi
  • ciprofloxacine
  • clarithromycine
  • clindamycine
  • cloxacilline
  • colistine (colistiméthate sodique)
  • daptomycine
  • doxycycline
  • enfuvirtide
  • ertapénem
  • érythromycine
  • éthambuto
  • fluconazole
  • flucytosine
  • foscarnet sodique
  • fosfomycine
  • ganciclovir
  • gentamicine
  • imipénem/cilastatine
  • isoniazide
  • itraconazole
  • lévofloxacine
  • lincomycine
  • linézolide
  • méropénème
  • métronidazole
  • mezlocilline
  • nétilmicine
  • ofloxacine
  • ornidazole
  • oxacilline
  • péfloxacine
  • pentamidine
  • pipéracilline/tazobactam
  • quinine
  • quinupristine/dalfopristine
  • rifampicine
  • spectinomycine
  • spiramycine
  • streptomycine
  • sulbactam/ampicilline
  • sulfadoxine/pyriméthamine
  • sulfaméthoxazole/triméthoprime
  • teicoplanine
  • ticarcilline
  • ticarcilline/acide clavulanique
  • tigécycline
  • tobramycine
  • vancomycine
  • voriconazole
  • zidovudine
  • acétylleucine
  • acide valproïque sel de sodium
  • clonazépam
  • diazépam
  • dihydroergotamine
  • fosphénytoïne sodique
  • lévétiracétam
  • mannitol
  • phénobarbital
  • phénytoïne
  • sumatriptan
  • tétracosactide
  • trihexyphénidyle
  • tropatépine
  • acétazolamide
  • salbutamol
  • amisulpride
  • amitriptyline
  • chlorpromazine
  • citalopram
  • clomipramine
  • clorazépate
  • cyamémazine
  • doxépine
  • dropéridol
  • flupentixol
  • fluphénazine
  • halopéridol
  • halopéridol décanoate
  • hydroxyzine
  • lévomépromazine
  • loxapine
  • méprobamate
  • olanzapine
  • perphénazine
  • pipotiazine
  • rispéridone
  • sulpiride
  • tiapride
  • zuclopenthixol acétate
  • zuclopenthixol décanoate
  • acide ibandronique
  • acide pamidronique ou pamidronate
  • acide zolédronique
  • thiocolchicoside
  • acétylcystéïne ou N-acétylcystéïne
  • adénosine triphosphate
  • atropine
  • calcium édétate de sodium
  • dobutamine
  • dopéxamine
  • épinéphine
  • flumazéni
  • hydroxocobalamine
  • immunoglobulines antidigoxine ovin
  • isoprénaline
  • naloxone
  • norépinéphrine
  • pralidoxime